•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La SFM veut des certitudes sur l’avenir de l’ancienne mairie de Saint-Boniface

Le conseiller municipal Mathieu Allard réclame le report de la vente du bâtiment.

Chargement de l’image

En novembre 2019, la Ville de Winnipeg a publié un appel d’offres pour la vente du bâtiment situé au 219, boulevard Provencher, ainsi que pour l’ancienne caserne de pompiers située au 212 de la rue Dumoulin.

Photo : Radio-Canada / Trevor Lyons

La Société de la francophonie manitobaine (SFM) réitère ses préoccupations quant à la recommandation de l’administration municipale en ce qui concerne la vente du 219 boulevard Provencher. Le problème, selon la SFM, c’est que l’incertitude plane encore sur l’avenir du bâtiment.

La vice-présidente de la SFM, Angela Cassie, soutient que la Ville a ignoré l’importance du 219 boulevard Provencher pour la communauté francophone dans son processus d’appel d’offres pour sa vente et celle du 212 rue Dumoulin.

Mercredi, Radio-Canada révélait que l’administration municipale recommandait la vente des propriétés à l’organisme Manitoba Possible, qui sert les personnes vivant avec un handicap.

Maintenant, son inquiétude est que le bâtiment tombe dans les mains d’un d’un tiers parti pas lié [à la francophonie] qui ne peut pas garantir que l’ancien hôtel de ville de Saint-Boniface maintiendra son rôle culturel.

On a plusieurs organismes qui l’utilisent comme espace. C’est un lieu de rassemblement pour la communauté […] Certes, ils nous ont indiqué qu’ils seraient prêts à offrir des baux de 10 à 15 ans, mais ça ne nous donne pas une certitude, fait-elle valoir.

[Est-ce qu’on] va se retrouver tous les 10 ans à recommencer cette discussion, est-ce qu’ils pourraient le vendre dans 10 ans s’il y a une offre?, s'interroge Angela Cassie.

La SFM s’est donc lancée dans une campagne de sensibilisation auprès des conseillers municipaux et, en date de jeudi matin, s’était entretenue avec 12 des 16 élus de la Ville. Plusieurs affirment qu’ils appuieront la SFM, selon Mme Cassie.

L’organisme souhaite que le comité d'orientation permanent des biens et de l'aménagement, du patrimoine et du développement du centre-ville recommande la vente de l’ancienne caserne de pompiers et d’un stationnement adjacent à Manitoba Possible, et que la Ville retienne l’ancienne mairie de Saint-Boniface en vue d’éventuelles négociations pour le céder à la communauté franco-manitobaine.

Mme Cassie souligne que la SFM serait heureuse d’accueillir l’organisme Manitoba Possible dans le quartier.

Mathieu Allard veut retarder la vente du 219 Provencher

Le conseiller municipal de Saint-Boniface, Mathieu Allard, a écrit à ses collègues du comité d'orientation permanent des biens et de l'aménagement, du patrimoine et du développement du centre-ville en amont de leur réunion de vendredi.

Il prône la même solution que Mme Cassie : Je crois qu'il y a ici une occasion de restaurer et de préserver la caserne de pompiers tout en maintenant l'accès et l'utilisation communautaire de l'ancien bâtiment de l'hôtel de ville de Saint-Boniface, dit-il.

Je demanderai à nouveau un report de la vente du 219 Provencher afin que plus de temps puisse être donné à la communauté francophone pour lui permettre de trouver soit un moyen d'acheter l'immeuble, soit de financer les frais d'entretien différés de l'immeuble avec les locataires actuels, ajoute-t-il

Dans son courriel, Mathieu Allard ajoute qu’il s'attend à ce que de nombreux membres de la communauté comparaissent devant le comité.

Manitoba Possible n’a aucune intention d’occuper le 219 Provencher

Le président-directeur général de Manitoba Possible, Dana Erickson, affirme que l’organisme n’a aucune intention d’occuper le 219 Provencher ou de changer sa programmation. Nous espérons travailler avec les locataires actuels.

Nous reconnaissons certainement que le bâtiment occupe un rôle culturel et historique important et nous voulons respecter cela. Nous espérons pouvoir travailler ensemble pour célébrer son importance historique, ajoute-t-il.

Il assure que Manitoba Possible a consulté plusieurs organismes et représentants de la communauté francophone.

Il dit que l’organisme avait effectivement suggéré la solution de rechange qui consistait à acheter seulement l’ancienne caserne de pompiers et le stationnement, mais que l’administration municipale a répondu que cela éliminerait l’offre de Manitoba Possible.

Chargement de l’image

L’ancienne caserne de pompiers, située au 212 de la rue Dumoulin.

Photo : Radio-Canada / Trevor Lyons

Pour cette raison, nous ne pouvons pas ouvrir cette porte, indique M. Erickson.

Le prix proposé par Manitoba Possible pour l’achat des bâtiments, ainsi que d’un bout de stationnement situé derrière l’ancien hôtel de ville, est de 10 000 $.

Manitoba Possible propose de créer ce qu’ils appellent en anglais un Abilities Village (village des possibilités) avec des emplois liés à la fine pointe technologique, des formations, des entreprises sociales et des logements destinés aux personnes vivant avec un handicap.

Dana Erickson explique que le lieu était très attirant en raison de son accessibilité. C’est sur une rue principale, très proche du centre, près de plein de services, explique-t-il, en notant que le site est bien desservi par les transports en commun.

Nous le voyons vraiment comme une excellente occasion, dit-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !