•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nouveau-Brunswick n’aide pas assez les PME, selon des entrepreneurs du Restigouche

Des vêtements à 25 % de rabais dans une boutique.

Le Nouveau-Brunswick n’aide pas assez les PME, selon des entrepreneurs du Restigouche.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Radio-Canada

Des entrepreneurs déplorent le manque de soutien du gouvernement du Nouveau-Brunswick envers les PME qui souffrent, depuis bientôt un an, des répercussions économiques engendrées par la COVID-19.

Leurs propos font écho à ceux des chefs de certains partis d'opposition à Fredericton, qui estiment que le gouvernement provincial semble peu préoccupé par le sort des petites et moyennes entreprises (PME).

Ida Thomas devant son commerce.

Ida Thomas, propriétaire de Restigouche River Outfitters, le 11 février 2021 à Campbellton au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

On est contents qu’on puisse survivre jusqu’à cette heure, lance Ida Thomas, propriétaire de Restigouche River Outfitters, à Campbellton.

Survivre est le mot qu’emploient plusieurs commerçants de cette région, où plusieurs propriétaires de PME s'efforcent de garder la tête hors de l'eau.

Dans le Restigouche, la fermeture de la frontière entre le Nouveau-Brunswick et le Québec fait particulièrement mal. Il y a beaucoup de clients qui ne peuvent pas venir ici, dit Ida Thomas.

On n’a pas eu beaucoup d'aide du gouvernement. On a eu de l'aide du fédéral, mais pas provinciale.

Une citation de :Ida Thomas, propriétaire de Restigouche River Outfitters

Selon la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), qui a sondé 4129 de ses membres en janvier, un propriétaire de PME sur six au Canada envisagerait sérieusement de fermer ses portes d’ici la fin de 2021. Au Nouveau-Brunswick, ce serait un sur quatre, affirme la FCEI.

Oui, beaucoup le considèrent, ils n’ont plus l’énergie, déclare Alexa Elias, propriétaire de LEX Boutique, à Campbellton. Ils vivent dans une incertitude encore plus prononcée qu’à l’habitude, souligne-t-elle.

Alexa Elias devant sa boutique.

Alexa Elias, propriétaire de LEX Boutique, à Campbellton au Nouveau-Brunswick, le 11 février 2021.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

L’entrepreneure qualifie de vraie claque dans la face les propos tenus par le premier ministre du Nouveau-Brunswick, lors de son discours sur l’état de la province, mercredi.

M. Higgs se targuait d'avoir réduit le déficit budgétaire pour l'année à 13 millions de dollars.

Mme Elias aurait souhaité que ces économies servent à offrir un soutien aux PME qui traversent d'importantes difficultés.

Je veux rester ici. Mais il faut que les autres businesses alentour de moi fonctionnent pour que ma business puisse fonctionner, explique-t-elle.

Plusieurs de ses clients, dit-elle, gèrent eux-mêmes une petite entreprise. Si leur business ne marche pas, ils ne viennent pas dépenser pour du linge, illustre Alexa Elias.

Observant une diminution des ventes, Ida Thomas a été forcée de mettre à pied une employée.

Elle aussi croit que le gouvernement du Nouveau-Brunswick pourrait en faire davantage pour les PME.

Ils devraient aider beaucoup plus, parce que ça affecte nos chiffres d'affaires, puis on veut garder nos employés. On ne peut pas laisser nos employés aller. Ils ont besoin de vivre eux autres aussi, déclare-t-elle.

D’après le reportage de Serge Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !