•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Action de visibilité pour dénoncer le manque de personnel en soins en Abitibi-Témiscamingue

Près 75 patients en carton grandeur nature ont été placés devant le futur centre de cancérologie.

La FIQ-SISSAT s'est arrêtée devant le futur centre de cancérologie de Rouyn-Noranda pour illustrer le manque de personnel infirmier.

Photo : gracieuseté

Désiré Kafunda

Le Syndicat interprofessionnel en soins de santé de l’Abitibi-Témiscamingue (FIQ-SISSAT) a tenu une action de visibilité à Rouyn-Noranda pour dénoncer le manque de professionnels en soins dans la région.

Devant le futur site du Centre de cancérologie de Rouyn-Noranda, 74 mannequins ont été installés. Ces mannequins représentent à la fois le personnel et des patients occupant actuellement les lits de l’unité de débordement et de l’unité de médecine-chirurgie de Rouyn-Noranda.

Dans plusieurs MRC, on est à une infirmière de ne plus être capable d’offrir des services. On a même des gens qui nous disent qu’ils sont à bout, qu’ils sont fatigués et qui se sentent mal de prendre des congés en sachant que ça va pénaliser directement les usagers, qui devront soit reporter leurs soins ou tout simplement les annuler, explique Jean-Sébastien Blais, président par intérim de la FIQ-SISSAT.

Une action symbolique

Les membres du syndicat ont délibérément choisi de tenir leur action devant le futur site du Centre de cancérologie de Rouyn-Noranda. Ils veulent ainsi démontrer que si le projet avance bien sur le plan matériel, il importe de prévoir qu’il faudra des gens pour travailler à l’intérieur du futur centre.

Probablement qu’on a pensé aux radiooncologues, mais on n'a pas pensé que ça prendrait des infirmières pour être capables de donner des soins de santé aux usagers, indique M. Blais.

Être capable de trouver ces infirmières-là qui vont travailler dans ce centre de cancérologie, ça veut dire qu’il y a des services qui vont devoir être fermés pour être capables d’assurer ces soins-là, ajoute-t-il.

La FIQ-SISSAT prévoit d'autres actions dans les prochaines semaines.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !