•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La propagation des variants peut nuire au progrès réalisé, selon Santé publique Ontario

Une jeune femme regarde à travers la fenêtre d'un hôpital, portant un masque.

Selon Santé publique Ontario, l'ordre de rester à la maison doit être maintenu pour limiter la transmission du virus dans la communauté.

Photo : Radio-Canada / Evan Mitsui

Radio-Canada

Santé publique Ontario dresse un portrait sombre des prochains mois quant à l'évolution de la pandémie dans la province, alors que certaines régions ont assoupli leurs mesures cette semaine. Selon les nouvelles projections de modélisation, tous les progrès réalisés pourraient être vains en raison des nouveaux variants.

Les variants sont la vraie menace, selon le coprésident de la Table de consultation scientifique sur la COVID-19 de l'Ontario, Dr Adalsteinn Brown, puisqu'ils se propagent plus rapidement.

Interrogé en point de presse jeudi à savoir si les nouvelles projections de modélisation prédisent un désastre, le Dr Brown a répondu que le nombre de cas de COVID-19 augmentera vraisemblablement compte tenu des variants préoccupants.

Si une troisième vague est déclenchée par les variants, elle serait pire que les deux autres, selon l'expert.

Sans la capacité de réagir rapidement et sans la capacité de contrôler la propagation [du virus] dans la communauté, nous sommes confrontés au risque très réel d'une troisième vague et potentiellement d'un troisième confinement

Une citation de :Dr Adalsteinn Brown, coprésident de la Table de consultation scientifique sur la COVID-19 de l'Ontario

Bien que la majorité des indicateurs (nombre de cas et d'hospitalisations) sont à la baisse en Ontario grâce aux mesures des dernières semaines, ces progrès pourraient s'évaporer si la progression des différents variants n'est pas rapidement freinée, selon les représentants de la santé publique.

Le nombre de cas pourrait drastiquement augmenter, dépendamment de la propagation du variant B117, précise le Dr Brown qui ajoute que d'autres facteurs ont été pris en compte dans la décision d'assouplir les restrictions dans certaines régions.

Selon le Dr Brown, l'ordre de rester à la maison doit être maintenu et une campagne de vaccination agressive est nécessaire pour éviter une troisième vague et un troisième confinement.

Dans le scénario le plus probable selon les experts, l'Ontario pourrait recenser de 5000 à 6000 nouveaux cas par jour d'ici la fin mars à cause du variant britannique, si les mesures de santé publique sont levées. Les experts en santé publique prévoient qu'il sera le variant dominant.

Le besoin de maintenir un bas taux de reproduction du virus est très critique.

Une citation de :Dr Adalsteinn Brown

Le nombre de patients aux soins intensifs devrait également suivre cette tendance.

Nous aurons peu de temps pour réagir et nous n'aurons pas droit à l'erreur en raison de la vitesse à laquelle le variant du virus se propage, estime le Dr Adalsteinn Brown, coprésident de la Table de consultation scientifique sur la COVID-19 de l'Ontario.

En ce moment, les variants du coronavirus représentent entre 5 % et 10 % des cas actifs dans la province.

Inquiétudes quant aux assouplissements

Selon le médecin hygiéniste en chef de l'Ontario, Dr David Williams, aussi présent au point de presse jeudi, les restrictions en place fonctionnent. Nous pouvons tous avoir un impact et faire la différence.

L'ordre de rester à la maison sera toutefois levé dans 28 régions de l'Ontario, le 16 février.

À la lumière des nouvelles projections, la chef du NPD de l'Ontario, Andrea Horwath, considère que l'assouplissement des mesures de la santé publique pour rouvrir l'Ontario fera exploser le nombre de variants, plongeant la province dans une dangereuse troisième vague de COVID-19.

Il est clair que l’Ontario est au bord du gouffre. Nous pouvons maintenir les mesures de santé publique pendant un peu plus longtemps ou nous pouvons rouvrir trop tôt et permettre au variant [de se propager], ajoute Andrea Horwath par voie de communiqué.

Santé publique Ontario estime d'ailleurs que le nombre de patients aux soins intensifs augmentera d’ici la fin du mois de mars.

Avec les informations de Colin Côté-Paulette et CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !