•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Brookfield prépare une offre non sollicitée de 13,5 G$ CA pour Inter Pipeline

Le chantier de construction de l'usine de plastique Heartland.

Le complexe pétrochimique Heartland d'Inter Pipeline, en construction à Fort Saskatchewan, en Alberta, en 2019.

Photo : La Presse canadienne / Jason Franson

Radio-Canada

L’entreprise calgarienne Inter Pipeline dit que la société ontarienne Brookfield Infrastructure et ses partenaires (Brookfield Infrastructure Partners L.P.) l'ont informé de leur intention de faire une offre d'achat non solicité, mais affirme que la valleur qui y est donnée à Inter Pipeline ne reflète pas sa valeur réelle.

Brookfield, une entreprise spécialisée en acquisition et en gestion d’infrastructure, a offert 16,50 $ CA la part mercredi, ce qui représente une prime de 23 % sur le prix des actions par rapport à leur cours à la dernière clôture des marchés.

L’entreprise ontarienne est prête à augmenter son offre à 18,25 $ par action si Inter Pipeline lui donne les accès nécessaires pour un contrôle diligent qui permettrait d'établir plus exactement l'état de ses finances.

La valeur de la transaction est évaluée à 13,5 milliards de dollars canadiens. Selon les dirigeants d’Inter Pipeline, cela ne reflète cependant pas la juste valeur de l’entreprise.

L’opérateur de pipeline ajoute que Brookfield n’a pas fait d’offre formelle, et que si elle le fait, son conseil d’administration l’examinera.

Brookfield a approché Inter Pipeline une première fois en septembre et dit avoir alors offert un prix par action représentant une prime de 40 à 50 % de sa valeur en cours à l'époque.

À l'automne, l’industrie pétrolière se préparait à une vague de consolidation, car plusieurs pétrolières étaient affaiblies par la baisse de la demande en pétrole engendrée par la pandémie de COVID-19.

Selon Brookfield, les négociations n’avaient cependant pas abouti parce qu’Inter Pipeline avait une vision plus optimiste de l'avenir, et avait surestimé sa valeur par rapport à l’évaluation faite par l’entreprise torontoise.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !