•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les porcs peuvent jouer à des jeux vidéo, selon une étude

Un cochon joue à un jeu vidéo dans un laboratoire.

Quatre cochons ont participé à une étude portant sur leur capacité à jouer à des jeux vidéo.

Photo : ESTON MARTZ / PENNSYLVANIA STATE UNIVERSITY

Radio-Canada

Après la résolution de casse-tête à choix multiples et l’apprentissage de commandes telles que « assis », voilà qu’une équipe de scientifiques est parvenue avec succès à entraîner des cochons à jouer à un jeu vidéo en échange de gâteries, selon une étude dont les résultats ont été publiés dans le journal Frontiers in Psychology (Nouvelle fenêtre).

Hamlet, Omelette, Ebony et Ivory, quatre cochons, ont réussi à manipuler un contrôleur relié à un jeu d’arcade en utilisant leur museau. L’objectif du jeu était de manœuvrer un curseur jusqu’à ce qu’il entre en collision avec l’un des quatre murs à l’écran.

Chaque fois qu’un animal passait un niveau du jeu, un son était émis et il recevait une récompense en nourriture. Le distributeur de gâteries s’est même brisé en cours de route, mais cela n’a pas empêché les cochons de poursuivre leur partie, surtout grâce à de simples encouragements des scientifiques. L’équipe explique par ailleurs ce comportement par le contact social que le jeu leur offrait.

Ce ne sont toutefois pas tous les porcs qui étaient doués pour la tâche. Hamlet était meilleure qu’Omelette, mais tous les deux rencontraient des difficultés lorsque le jeu devenait plus ardu, en atteignant la cible un peu moins de la moitié du temps. Alors qu'Ivory était quant à lui capable de toucher des cibles 76 % du temps, Ebony ne pouvait le faire que 34 % du temps.

Ces résultats ne relèvent pas du hasard, affirment les spécialistes derrière l’étude, qui assurent que les tentatives étaient délibérées et ciblées.

Selon les scientifiques, le fait même que les bêtes parviennent à jouer à des jeux vidéo malgré qu’elles n’ont ni mains ni pouces est remarquable. L’équipe ajoute également que la compréhension du lien entre le contrôleur et le curseur du jeu, acquise dans une certaine mesure par tous, n’est pas une mince affaire non plus.

Les porcs sont peut-être capables d'apprendre, de comprendre et de réagir à davantage de choses que ce que nous avions prévu, a ajouté l’une des cosignataires de la recherche.

Une expérience similaire a déjà été menée avec des chimpanzés et des singes, des animaux munis d’une plus grande dextérité. Ces derniers avaient répondu avec succès à des exigences beaucoup plus élevées.

Avec les informations de BBC, et Guardian

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !