•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba veut acheter 2 millions de doses d’un vaccin qui sera fabriqué à Winnipeg

Brian Pallister invite Ottawa et les provinces à mettre en place une solution canadienne.

La fabrication au Manitoba du vaccin de l'entreprise Providence serait faite par Emergent BioSolutions à Winnipeg.

Photo : Avec l'autorisation de Providence Therapeutics

Le Manitoba achète 2 millions de doses d’un vaccin ARNm qui sera fabriqué dans la province et qui en est à l'étape des essais cliniques. Selon l'entente conclue par la province, le Manitoba obtiendra les 200 000 premières doses de ce vaccin quand il sera homologué, possiblement durant l'automne prochain.

Dans son allocution, le premier ministre Brian Pallister explique que l’approvisionnement fédéral des vaccins est trop incertain.

Le gouvernement fédéral nous a enlevé le droit d’acheter des vaccins, mais la santé est, du point de vue constitutionnel, une compétence provinciale, a-t-il déclaré. Notre gouvernement doit faire son possible pour protéger les Manitobains de ce virus mortel.

Brian Pallister a aussi indiqué qu’il a contacté les autres provinces ainsi qu’Ottawa pour les inviter à mettre en place une solution canadienne en ce qui concerne la vaccination.

Lors d’une autre conférence de presse, Howard Njoo, sous-administrateur en chef de la santé publique du Canada, s’est dit surpris par l’annonce du Manitoba.

Il y a un seul organisme de réglementation fédéral pour tous les vaccins qui veulent être approuvés pour utilisation au Canada. Je ne suis pas certain de comprendre comment une province peut conclure une entente quelconque sur des produits non approuvés, a-t-il expliqué.

Un vaccin synonyme d’assurance

Le premier ministre Brian Pallister précise que l’achat des doses est sujet à l’approbation du vaccin par Santé Canada.

Nous avons bon espoir que l’approbation arrivera dès cet automne, a-t-il souligné.

Brian Pallister ne remet pas en doute l’objectif de Justin Trudeau de vacciner tous les Canadiens d’ici septembre, mais, si ce n’est pas le cas, cet investissement est une assurance pour la province, dit-il.

Wab Kinew, le chef du Nouveau parti démocratique du Manitoba, se réjouit de l’action proactive du gouvernement conservateur qui aidera les Manitobains. Il note toutefois que le gouvernement Pallister a l’habitude de faire des promesses qu’il ne tient pas ensuite.

Du côté du Parti libéral du Manitoba, cette annonce n’a pas convaincu. Par communiqué, le chef Dougald Lamont a qualifié l’annonce de Brian Pallister de gaspillage honteux de temps et d’argent. Acheter son propre vaccin non approuvé alors que le Canada a déjà acheté plus de 400 millions de doses n’apporte rien à la province.

Fabrication et remplissage à Winnipeg

La fabrication et le remplissage des flacons de ce vaccin devraient être effectués par l’entreprise Emergent BioSolutions dans son usine de Winnipeg.

Par ailleurs, ce vaccin devrait être plus facile à conserver que celui de Pfizer-BioNtech, précise le premier ministre manitobain. La technique de conservation serait similaire à celle de celui de Moderna, c'est-à-dire entre -15 et -25 degrés Celsius.

Mis au point à Toronto depuis le printemps dernier, PTX-COVID19-B, comme l’a surnommé l’entreprise, a été le premier vaccin contre la COVID-19, reposant entièrement sur la recherche, l'élaboration et la fabrication au Canada à atteindre le stade des essais cliniques sur les êtres humains au pays.

Par communiqué de presse jeudi, le directeur général de Providence Therapeutics, Brad Sorenson, s’est réjoui de cette nouvelle en affirmant que son entreprise sera capable de fabriquer et livrer des vaccins au Canada en 2021.

L’entreprise a déjà acheté un laboratoire de fabrication de masse dans la région de Calgary, en Alberta, qui assurera la production de son vaccin. L’espace de près de 2000 mètres carrés est déjà en train d’être aménagé en attente de l’approbation finale de Santé Canada pour la fabrication du vaccin.

L’entreprise pharmaceutique québécoise Medicago avait elle aussi commencé des essais cliniques sur les êtres humains au mois de juillet dernier, mais une grande partie de ces doses seront fabriquées en Caroline du Nord, aux États-Unis. Enfin, très récemment en Saskatchewan, le vaccin COVAC-2, mis au point par l'Organisation des vaccins et des maladies infectieuses (VIDO) de l'Université de la Saskatchewan a lui aussi commencé ses essais cliniques mercredi.

Visitez notre dossier sur les vaccins contre la COVID-19.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !