•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Legault envisage ouvertement des barrages routiers entre le Québec et l'Ontario

La mise au point sur le mot "police" sur la porte d'une auto-patrouille avec en arrière plan un barrage routier.

Des contrôles routiers ont été mis en place le printemps dernier sur les ponts reliant le Québec et l'Ontario. Il s'agissait alors de décourager les déplacements non essentiels.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Radio-Canada

François Legault envisage de plus en plus la possibilité de mettre en place des barrages routiers à la frontière du Québec et de l’Ontario en vue de la semaine de relâche scolaire afin d’empêcher la propagation de la COVID-19, et plus particulièrement de ses nouveaux variants.

En conférence de presse jeudi, le premier ministre du Québec n’a pas confirmé qu’une telle mesure, sans précédent, serait mise en œuvre, mais il s’est tout de même ouvertement interrogé sur la façon de l’opérationnaliser.

C’est quelque chose qu’on regarde, effectivement. On a une inquiétude de ce côté-là, a-t-il dit, avant d’ajouter : On est en train regarder ça. Qui va faire ça, comment vont se faire les vérifications.

La mise en place de tels barrages est sans contredit un enjeu complexe, puisque des milliers de résidents de Gatineau et d'Ottawa franchissent régulièrement la frontière, que ce soit pour aller travailler, magasiner, voire se fréquenter.

M. Legault a cependant souligné qu’à son avis, le principal risque pour la propagation de la maladie demeure la mixité des bulles familiales au cours de cette semaine, où beaucoup de familles se réunissent traditionnellement dans des chalets.

Ce qui va être le plus important pendant la semaine de relâche, c’est que les bulles familiales soient respectées. Ça veut dire que si une famille s’en va à son chalet, l’important c’est que ce soit juste la famille qui aille dans son chalet. […] Et on va demander aux policiers de continuer à suivre ça, a-t-il ajouté.

L’autre chose [qui importe], c’est que le couvre-feu soit respecté. Est-ce qu’on garde le couvre-feu à 8 h dans toutes les zones rouges? Est-ce qu’on garde toutes les zones rouges jusqu’au 8 ou au 15 mars? C’est quelque chose qu’on regarde, a aussi dit le premier ministre.

S’il y a un couvre-feu, si les restaurants ne sont pas ouverts, s’il y a de la surveillance pour que les bulles familiales soient respectées, je pense que c’est bien plus important que de mettre des barrages.

Une citation de :François Legault, premier ministre du Québec

À l’heure actuelle, les régions du Québec qui sont au palier d’alerte orange sont la Côte-Nord, la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine, le Bas-Saint-Laurent, le Saguenay-Lac-Saint-Jean, l’Abitibi-Témiscamingue et le Nord-du-Québec.

Seules les deux dernières jouxtent l’Ontario, mais elles ne sont pas réputées pour accueillir des vacanciers pendant la semaine de relâche scolaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !