•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Ontario reporte la semaine de relâche de 2 millions d'élèves au 12 avril

Une enseignante qui porte un couvre-visage se déplace dans une classe vide.

La semaine de relâche est reportée d'un mois en Ontario.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Radio-Canada

La semaine de relâche de 2 millions d'élèves en Ontario est reportée d’un mois. Selon le ministre de l'Éducation Stephen Lecce, le congé scolaire aura lieu plus tard que prévu pour réduire la transmission communautaire de la COVID-19 et pour protéger la population de nouveaux variants.

Selon le ministre Lecce, cette décision, qui n’a pas été facile, a été prise en tenant compte des recommandations des experts en santé publique de la province.

Pour veiller à la sécurité continue des écoles, nous reportons le congé de mars à la semaine du 12 au 16 avril 2021, précise le ministre par voie de communiqué jeudi.

Il ne faut pas prendre de risque.

Une citation de :Stephen Lecce, ministre de l'Éducation de l'Ontario

Le congé scolaire cette année devait initialement avoir lieu du 15 au 19 mars. Plusieurs élèves, familles et enseignants attendaient avec impatience l'arrivée de ce moment de répit.

Nous sommes conscients du fait que les élèves et le personnel du secteur de l'éducation travaillent dur, et je tiens à le dire clairement : le congé de mars est reporté, il n'est pas annulé.

Une citation de :Stephen Lecce, ministre de l'Éducation de l'Ontario

Le médecin hygiéniste en chef de l'Ontario, le Dr David Williams, présent lors du point de presse de jeudi, reconnaît que les gens ont besoin d'une pause, mais elle doit être sécuritaire, selon lui.

Restez chez vous autant que possible.

Une citation de :Stephen Lecce, ministre de l'Éducation de l'Ontario

M. Lecce a rappelé du même coup que les Ontariens doivent s'abstenir de voyager, surtout compte tenu du risque direct que pose à notre pays l'augmentation des nouveaux variants.

Au Québec, la décision de maintenir la semaine de relâche a été prise la semaine dernière. Des centaines de milliers d’élèves québécois seront en congé du 1er au 5 mars.

En début de semaine, le Nouveau Parti démocratique (NPD) de l'Ontario avait appelé le gouvernement Ford à maintenir la semaine de relâche, affirmant que les élèves et les enseignants sont épuisés par le stress de l'apprentissage en ligne et par les protocoles de santé imposés par la pandémie.

Le report de la relâche scolaire ne reconnaît pas l'épuisement des parents, des élèves et du personnel, selon le NPD.

La chef de l’opposition officielle, Andrea Horwath, estime que les élèves, enseignants et parents ont besoin d’un congé en mars pour reprendre leur souffle, pas plus des montagnes russes d’annulations, de retards et de bouleversements de Doug Ford.

Syndicats d'enseignants contre la décision

Les quatre principaux syndicats d’enseignants en Ontario s’opposent fortement au report du congé de mars et demandent au gouvernement Ford d'immédiatement revoir sa décision.

Dans un communiqué commun envoyé jeudi après-midi par l'Association des enseignants franco-ontariens (AEFO), la Fédération des enseignants de l’élémentaire de l’Ontario (FEEO), l'Association des enseignants catholiques anglo-ontariens (OECTA) et la Fédération des enseignants des écoles secondaires de l’Ontario (FEESO), les syndicats affirment que le gouvernement ne se soucie pas de l'opinion des experts et qu'il prend des décisions irresponsables et sans fondement.

En cette période sans précédent, les élèves, les familles et les travailleurs de l’éducation, qui ont été soumis à énormément de pression tout au long de la pandémie de COVID-19, ont grandement besoin d’un répit.

Une citation de :Communiqué des quatre principaux syndicats d'enseignants en Ontario

La décision du gouvernement Ford ne tient pas compte de la santé mentale et du bien-être des personnes touchées. Reporter le congé de mars démontre, encore une fois, l'insuffisance de planification du gouvernement progressiste-conservateur, peut-on lire dans le même communiqué.

Pourtant, le ministre de l'Éducation dit avoir consulté les associations de conseillers scolaires, les fédérations d'enseignants, les syndicats des travailleurs du secteur de l'éducation et les associations de directions d'école et de directions adjointes pour recueillir leurs points de vue, au début du mois de février.

Ces dernières semaines, les élèves de l'Ontario sont progressivement retournés à l'école pour assister aux cours en présentiel. Les écoles des régions les plus touchées par la COVID-19 (Toronto, Peel et York) devraient rouvrir le 16 février.

Depuis le début de la pandémie, près de 5000 écoles dans la province ont signalé au moins un cas de COVID-19.

Une centaine d’écoles confirment actuellement au moins une infection et deux établissements sont fermés en raison d’une éclosion de COVID-19.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !