•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’administration municipale recommande la vente du 219 Provencher à Manitoba Possible

La Société de la francophonie manitobaine dénonce un manque de considération pour la communauté francophone.

L'hôtel de ville de Saint-Boniface vue de haut.

En novembre 2019, la Ville de Winnipeg a publié un appel d’offres pour la vente du bâtiment situé au 219, boulevard Provencher, ainsi que pour l’ancienne caserne de pompiers, située au 212 de la rue Dumoulin.

Photo : Radio-Canada / Trevor Lyons

L’administration de la Ville de Winnipeg recommande la vente de l’ancien Hôtel de Ville et caserne de pompiers de Saint-Boniface à Manitoba Possible, un groupe porte-parole des personnes vivant avec un handicap.

La recommandation et le rapport qui l’accompagne se trouvent dans l’ordre du jour de la prochaine réunion (Nouvelle fenêtre) du comité d'orientation permanent des biens et de l'aménagement, du patrimoine et du développement du centre-ville.

L’administration municipale a évalué quatre propositions, selon le rapport, et la proposition de Manitoba Possible a reçu le résultat le plus élevé selon les critères de l'appel d’offres. Les autres candidats n’ont pas été dévoilés.

Le prix proposé par Manitoba Possible pour l’achat des bâtiments, ainsi que d’un bout de stationnement situé derrière l’ancien Hôtel de Ville, est de 10 000 $.

Selon sa proposition, l'acheteur travaillerait avec les locataires actuels de l’ancienne mairie afin de sécuriser des locations à long terme, soit de plus de dix ans. Si une entente ne peut pas être conclue en un an, à compter de l’achat du bâtiment, l’acheteur n’a pas l’obligation de prolonger les baux des locataires au-delà de leur date de fin en 2025.

Manitoba Possible propose de créer ce qu’ils appellent en anglais un Abilities Village (village des possibilités) avec des emplois, des formations, des entreprises sociales et des logements destinés aux personnes vivant avec un handicap.

Un édifice en pierres et briques avec une tour.

La désignation patrimoniale de l'ancienne caserne de pompier de Saint-Boniface limite ce que les acheteurs pourront en faire.

Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

Cela va créer un bon modèle d’accessibilité et d’intégration communautaire dans le quartier de Saint-Boniface, indique le rapport.

Celui-ci reconnaît que le prix proposé est bien en dessous de la valeur estimée des propriétés, mais cela reflète les loyers très bas que Manitoba Possible souhaite proposer à ses locataires, dit le rapport.

Les œuvres d’art du Jardin des sculptures situées sur le terrain de l’ancien Hôtel de Ville seraient soit déplacées aux frais de la Ville sur le terrain du Jardin des sculptures, soit le terrain de l’Hôtel de Ville occupé par les sculptures serait cédé à la Ville de Winnipeg.

Un plan en trois phases

Manitoba Possible propose un plan de développement des propriétés en trois phases. Son intention est de laisser le 219 boulevard Provencher tel quel, de rénover le 212 rue Dumoulin et de construire quelques nouveaux bâtiments.

La proposition prévoit que 60 % des installations seront réservées pour des entreprises et organismes, 34 % pour des résidences et 6 %, pour des commerces de détail.

La première phase consisterait à formaliser le projet et construire un nouveau siège social pour Manitoba Possible sur l’un des stationnements situés sur la rue Dumoulin, et de commencer la transformation de la caserne de pompier en lieu de rassemblement communautaire.

Un mur de métal gaufré.

Les murs en métal gaufré à l'intérieur de l'ancienne caserne de pompier jouissent d'une protection patrimoniale.

Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

La deuxième phase serait la construction de la portion du projet pour les commerces de détail et les entreprises, qui comprendra un Centre de l’entreprise sociale sur un autre stationnement.

La troisième phase du projet serait la construction de 42 logements dans la partie nord-ouest du site.

Si le comité approuve la recommandation de l’administration municipale vendredi, la vente du bâtiment pourrait être conclue en 2022.

Mathieu Allard propose une troisième voie

En entrevue avec Radio-Canada, le conseiller municipal de Saint-Boniface, Mathieu Allard, indique qu’il va comparaître à la réunion du comité vendredi pour se prononcer sur cette recommandation. Il soutient qu’il existe une troisième voie entre le refus de la proposition et son adoption.

Celle-ci se trouve dans le rapport de l’administration municipale. Il note que Manitoba Possible a soumis une proposition alternative pour l’achat d’une portion des propriétés en vente, c’est à dire seulement le lot avec l’ancienne caserne de pompiers.

Une vue en plongée prise du haut d'un escalier en colimaçon, cinq personnes discutent.

Des visiteurs dans l'ancienne caserne de pompier de Saint-Boniface lors de portes ouvertes tenues dans le cadre de l'appel d'offres de la Ville de Winnipeg, en 2020.

Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

Mathieu Allard affirme qu’il souhaite que la Ville poursuive cette option. Depuis 2014, j’avais pour but de voir le développement de la caserne des pompiers […] Cet édifice est historique et j’avais peur qu’il tombe en morceaux durant mon terme comme conseiller municipal, dit-il.

Il souhaite que la Ville reste propriétaire de l’ancien Hôtel de Ville et du Jardin des sculptures. C’est un point charnière, personne ne sait ce qui se passera vendredi, dit M. Allard.

Très peu de considération pour la communauté francophone, dit la SFM

À peine l’ordre du jour de la réunion de comité avait-il été publié, que des membres de la communauté francophone se sont insurgés contre la recommandation des fonctionnaires municipaux sur les réseaux sociaux.

C’est de l’usurpation!, écrit l’un d’eux. Plusieurs soutiennent que l’organisme n’a pas de lien avec la francophonie. Son site web est effectivement uniquement en anglais.

Cependant, rappelle Mathieu Allard, la population francophone fait aussi partie du mandat de Manitoba Possible.

Je pense que Manitoba Possible représente une gamme de citoyens winnipégois et aussi de la francophonie, je crois que leur mandat est aussi compatible avec la communauté francophone, dit-il.

Dans un communiqué, la Société de la francophonie manitobaine (SFM) abonde dans le même sens, reconnaissant par ailleurs que Manitoba Possible a fait preuve de plus de considération que l’administration municipale dans sa proposition et nous nous réjouissons de la possibilité de les accueillir au sein de la communauté de Saint-Boniface et de travailler avec eux à l'avenir.

Le soleil plombe sur le dessus de l'ancien hôtel de ville. Deux grosses affiches sont collées au bâtiment. L'une d'Enterprises Riel et l'autre de la maison des artistes visuels francophones.

Le 219 boulevard Provencher.

Photo : Radio-Canada / Zoé Le Gallic-Massie

La SFM demande au comité d’examiner la possibilité selon laquelle Manitoba Possible pourrait seulement acquérir la caserne de pompiers et le terrain de stationnement adjacent.

L’organisme dénonce par ailleurs la recommandation de l’administration municipale.

Nous sommes déconcertés que la Ville de Winnipeg puisse accepter de vendre un monument historique national pour le prix de 10 000 $, avec très peu de considération pour la communauté francophone et l’historique des propriétés en question, est-il écrit dans un communiqué.

La SFM conteste également l'évaluation faite par l'administration des considérations communautaires dans sa décision, car la communauté francophone ne semble pas être identifiée comme un élément important de ses critères. La SFM est d’ailleurs frustrée par le peu de référence à la francophonie dans le rapport de la Ville, poursuit-il.

La réunion du Comité d'orientation permanent des biens et de l'aménagement, du patrimoine et du développement du centre-ville a lieu vendredi à 9 h 30.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !