•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections à T.-N.-L. : les progressistes-conservateurs demandent le report du scrutin

Ches Crosbie.

Ches Crosbie, chef du Parti progressiste-conservateur de Terre-Neuve-et-Labrador, le 3 février 2021.

Photo : La Presse canadienne / Paul Daly

Radio-Canada

Le chef du Parti progressiste-conservateur de Terre-Neuve-et-Labrador Ches Crosbie a demandé le report de l’élection générale du 13 février.

Les électeurs sont conviés aux urnes samedi, alors que la province vient d’enregistrer un nouveau record d’infections au coronavirus.

Je demande au premier ministre et au directeur général des élections de trouver un moyen de repousser le jour de l’élection, afin de donner aux travailleurs d’élection et à la santé publique le temps de garantir un vote sécuritaire, déclare Ches Crosbie dans un communiqué, mercredi en fin après-midi.

Consultez toutes nos nouvelles électorales.

Plus de 33 000 électeurs ont déjà voté par anticipation. On recense cette année plus de 368 000 électeurs inscrits.

Dans la région de Saint-Jean, un service sera établi samedi pour permettre aux personnes qui doivent s'isoler en raison de la COVID-19 de voter au volant, de sa voiture. Plus de 1500 personnes sont en isolement à cause d’une éclosion de COVID-19.

Ches Crosbie a exprimé sa solidarité avec les familles éprouvées par la présente éclosion. Les gens de notre province souffrent en ce moment, a écrit le chef sortant de l’opposition officielle.

Il a toutefois adressé des critiques au premier ministre sortant, Andrew Furey, qu’il a accusé d’avoir fait passer la politique avant la santé publique en déclenchant l’élection du 13 février.

Les deux chefs assis à des pupitres à plusieurs mètres de distance dans l'Assemblée législative.

Le chef libéral Andrew Furey (gauche) et le chef progressiste-conservateur Ches Crosbie (droite) lors d'un débat télévisé filmé à l'Assemblée législative de Terre-Neuve-et-Labrador, le 3 février 2021 à Saint-Jean.

Photo : La Presse canadienne / Paul Daly

Andrew Furey a succédé à Dwight Ball comme premier ministre après avoir été élu chef du Parti libéral provincial l’été dernier, son prédécesseur ayant annoncé qu’il quitterait son poste. En vertu de la loi provinciale, M. Furey devait demander la tenue d’une élection générale avant le 19 août 2021 - un an, au maximum, après son assermentation.

Ches Crosbie souligne que les élus avaient proposé au chef libéral d’attendre en octobre pour tenir l’élection, en espérant le déploiement d’une campagne de vaccination.

En octobre dernier, l’Assemblée législative avait en effet adopté, à 18 voix contre 16, une motion pour repousser à l’automne suivant l’élection générale. Mais cette motion lancée par le Parti progressiste-conservateur était destinée à rester sans effet si la loi provinciale sur les élections n’était pas changée.

La loi n’a pas été modifiée et Andrew Furey a déclenché des élections le 15 janvier. Ce jour-là, il y avait cinq cas actifs de COVID-19 connus des autorités de santé publique de la province.

Après l’éclosion des derniers jours, on compte aujourd’hui au moins 110 cas actifs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !