•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un service d'autocar interurbain géré régionalement envisagé par la REGIM

L'intérieur d'un autocar. La moitié des sièges est inaccessible en raison de la pandémie.

Les autocars Keolis voyagent à perte en Gaspésie.

Photo : Radio-Canada

La Régie intermunicipale de transport Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine (RÉGÎM) songe à mettre en place son propre service d’autocar interurbain pour desservir la Gaspésie dans l'éventualité d'une rupture de service de l'entreprise Keolis.

Ce service géré par la Régie est l’un des scénarios qui seront étudiés lors de la prochaine rencontre de la REGÎM, le 24 février prochain.

On a pris très au sérieux la menace de Keolis qui voulait interrompre ses activités sur le territoire. Tout ça a mené à une réflexion pour éviter qu’on se retrouve devant une rupture de service pure et dure. C’est arrivé dans le passé, ça pourrait se reproduire, raconte le vice-président de la REGIM et préfet de la MRC de la Haute-Gaspésie, Allen Cormier.

M. Cormier indique qu'un autre scénario envisagé inclut la gestion du transport interurbain par un transporteur privé.

Il affirme que des analyses financières et juridiques devront être faites pour s’assurer que le scénario choisi sera profitable et rentable.

Si Keolis dit perdre plusieurs millions de dollars par année, il ne faudrait pas non plus se retrouver dans la même position, note-t-il.

Une homme devant la mer

Allen Cormier, le préfet de la MRC de la Haute-Gaspésie

Photo : Radio-Canada / Marie-Jeanne Dubreuil

Dans tous les cas, la solution sélectionnée sera appliquée sous la supervision de la REGIM, rappelle Marie-Andrée Pichette, directrice générale de l'organisme.

Objectivement, la solution la plus efficace et la plus simple est la continuité du service actuel, mais dans l’optique où la compagnie pourrait cesser ses activités sur le territoire, nous avons le mandat de réfléchir à un plan B.

Une citation de Marie-Andrée Pichette, directrice générale de la REGIM

De toute façon, que ce soit la régie qui soit gestionnaire ou pas, elle ne peut pas exploiter elle-même ses véhicules. On aurait à travailler avec un entrepreneur privé pour établir le service, explique-t-elle.

Mme Pichette ajoute que même si le mandat de la REGIM n’inclut pas nécessairement le transport interurbain en Gaspésie, il peut tout de même englober des projets plus larges qui facilitent la mobilité des Gaspésiens.

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Gaspésie

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Gaspésie.