•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les barrages routiers avaient une efficacité limitée, estime Josée Néron

Une voiture de police et une pancarte Arrêt.

Au printemps, les policiers de Saguenay, en plus de ceux de la Sûreté du Québec, contrôlaient l'accès à la région.

Photo : Radio-Canada / Steeven Tremblay

Radio-Canada

Alors que la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a ouvert un peu plus la porte mercredi à des barrages routiers lors de la semaine de relâche, la mairesse de Saguenay, Josée Néron, a rappelé qu'ils avaient une efficacité limitée, puisqu'au printemps les policiers devaient se fier à la bonne foi des citoyens.

La mairesse de Saguenay, Josée Néron, affirme que si Québec en fait la demande, il y aura à nouveau des points de contrôle. Au printemps, les policiers de Saguenay étaient affectés à cette tâche à certains points d'entrée de la région.

Bien qu'elle affirme aussi comprendre les craintes de la population en faveur des barrages, Josée Néron a ajouté que ces points de contrôle n'étaient pas complètement étanches. Elle a rappelé qu'en avril et mai les policiers n’avaient pas le pouvoir d’interdire l'entrée aux gens qui ne faisaient pas des déplacements jugés essentiels. La Sécurité publique base ses choix sur la bonne foi de ce que la personne va lui donner comme information, a-t-elle commenté.

Geneviève Guilbault assise durant un point de presse.

La vice-première ministre, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Le gouvernement craint que le Saguenay-Lac-Saint-Jean, en zone orange comme d'autres régions périphériques, soit envahi par des visiteurs du sud du Québec, encore en zone rouge, ce qui pourrait provoquer une hausse de la contagion. Mercredi, aucun cas de COVID-19 n'a été signalé dans la région.

Le contrôle des allées et venues entre les provinces et à l'intérieur de la province fait partie de nos discussions et de nos préoccupations continuelles, a mentionné Geneviève Guilbault lors d'un point de presse mercredi. Le premier ministre François Legault avait effleuré l'idée mardi.

Québec se donne encore quelques jours avant de prendre une décision.

D'après un reportage de Louis Martineau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !