•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québecor achète la maison de disques Audiogram

Chargement de l’image

Par l'intermédiaire de sa filiale Sports et divertissement, Québecor fait l’acquisition de la maison de disques québécoise Audiogram.

Photo : iStock

Radio-Canada

La filiale Sports et divertissement de Québecor a annoncé mercredi avoir fait l’acquisition de la maison de disques québécoise Audiogram.

Les détails de la transaction n'ont pas été divulgués.

Ce changement de propriétaire ne provoquera cependant pas de mouvement à la direction de l’entreprise.

Philippe Archambault, qui la dirige depuis 2015, cumulera maintenant ses fonctions de directeur général et celles de vice-président Musique du groupe Sports et divertissement de Québecor.

C’est un homme talentueux, il a de l’expérience. On n’a pas la prétention de tout connaître à Québecor, au contraire. On fait confiance à ceux qui ont construit une base solide, a indiqué Pierre Karl Péladeau, président et chef de la direction de Québecor, à la journaliste Catherine Richer pour expliquer cette décision.

Tous les employés d’Audiogram doivent également rester en poste.

Michel Bélanger, président fondateur d’Audiogram, dit se réjouir avec Rosaire Archambault, son compère dans l'entreprise, de voir cette dernière demeurer propriété québécoise. Québecor assure quant à elle qu’elle préservera la personnalité artistique et la liberté de création qui ont fait la renommée d'Audiogram depuis sa fondation.

Voir notre entreprise demeurer entre les mains d'un propriétaire québécois qui aura à cœur ses intérêts avec tout le respect et la sensibilité nécessaires ainsi que Philippe Archambault poursuivre l'aventure, était pour moi le scénario espéré, a déclaré Michel Bélanger dans un communiqué.

Pour sa part, Pierre Karl Péladeau estime que le conglomérat Québecor, propriétaire de chaînes de télévision, de magazines et de médias d'information, est « bien placé » pour faire la promotion des artistes Audiogram qu'il représente désormais.

[Il faut] la capacité de faire du bruit autour d’une œuvre. […] Montrer le visage d’un artiste, l’approcher du public, ça passe par la télévision et par les médias, affirme-t-il.

M. Péladeau se réjouit d'ailleurs de cette acquisition. C’est une institution au Québec. Mon sentiment, c'est que ça représente et ça symbolise l’identité québécoise, a-t-il commenté, avant de préciser : Je suis boomer.

Près de 40 ans d'existence

Fondée en 1984, Audiogram se targue d’être la plus importante maison de disques francophone indépendante en Amérique du Nord, notamment avec des ventes de plus de 10 millions d'albums dans le monde et une division spectacle. En fait également partie Éditorial Avenue, une importante maison d'édition musicale francophone canadienne.

Le premier album lancé par Audiogram en 1984 a été Nouvelles d'Europe, de Paul Piché. De nombreuses collaborations ont suivi ensuite avec de grands artistes québécois, dont Michel Rivard, Jean-Pierre Ferland, Jean Leloup, Loco Locass, Ariane Moffatt, Daniel Bélanger – qui est le frère du fondateur d'Audiogram – et Pierre Lapointe.

Déjà propriétaire de Musicor, STE-4 et MP3 disques, dirigée par Mario Pelchat, Québecor Sports et divertissement continue donc d’étendre ses ramifications dans l’industrie musicale québécoise.

Mais l'intérêt de Québecor pour l'industrie du disque ne date pas d'hier, signale Pierre Karl Péladeau. Quand je suis entré chez Québecor en 1985, il y avait une entreprise de distribution qui s’appelait Trans-Canada. Déjà également, il y avait des maisons de disques, a rappelé M. Péladeau.

Le patron de Québecor remarque cependant que la façon de consommer de la musique a beaucoup évolué depuis et que la compétition avec les géants de l’écoute en continu est féroce.

On se bat contre des géants. On n’est pas toujours maître de sa destinée, mais on souhaite mettre notre musique en valeur, assure-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !