•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CIUSSS Centre-Sud « dévasté » par le suicide de deux intervenantes de la DPJ

Le Service de police de la Ville de Montréal mène une enquête dans ce dossier.

Une fille assise sur la marche d'un escalier, recroquevillée sur elle-même.

Des équipes psychosociales offrent un soutien psychologique en continu aux proches des deux jeunes femmes ainsi qu'aux employés de la DPJ.

Photo : iStock

Radio-Canada

La PDG du CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal Sonia Bélanger dit avoir appris en début de semaine la mort de deux intervenantes de la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ). Une nouvelle qui a créé « une onde de choc » dans le réseau et qui « bouleverse » le ministre Lionel Carmant.

Selon les informations du quotidien La Presse, les deux intervenantes, respectivement âgées de 23 et 26 ans, se sont enlevé la vie. Les deux femmes se connaissaient, a pu confirmer Radio-Canada mercredi.

Commentant ce drame lors d'un point de presse de la santé publique, mercredi, Mme Bélanger a déclaré que ses équipes en étaient grandement affectées.

Nous sommes absolument dévastés par cette terrible nouvelle qui crée une onde de choc importante dans notre établissement.

Une citation de :Sonia Bélanger, PDG du CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal

Mme Bélanger a ajouté que des équipes psychosociales offraient un soutien psychologique constant aux proches des deux jeunes femmes ainsi qu'aux employés de la DPJ.

On sait que la protection de la jeunesse a été grandement médiatisée au cours de la dernière année et ces deux décès viennent créer une certaine commotion dans notre grande communauté, a-t-elle conclu.

Mme Bélanger n'a pas voulu commenter davantage du fait que le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) mène actuellement une enquête dans ce dossier.

De son côté, le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, a affirmé sur Twitter qu'il était bouleversé par le suicide de deux jeunes intervenantes de la DPJ à Montréal. Il a offert ses condoléances aux familles et à leurs collègues.

Je sais que le travail des intervenants est souvent difficile et que la pandémie n’aide pas, a écrit Lionel Carmant. Si vous avez des idées suicidaires ou si vous êtes inquiet pour un proche : 1 (866) APPELLE. De l'aide psychologique existe pour les employés du réseau.

C'est important de demander de l'aide, a conclu le ministre Carmant.

Besoin de parler? Besoin d'aide?

Contactez le 1 866 APPELLE (277-3553)

Ou consultez en ligne : suicide.ca (Nouvelle fenêtre)

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, est elle aussi bouleversée. Les deux intervenantes jouaient un rôle essentiel auprès des jeunes dans un contexte très difficile, a-t-elle souligné sur Twitter, offrant à son tour ses sincères condoléances aux familles et aux proches.

Comprendre pourquoi

Plusieurs questions se posent par rapport à ce drame. Est-ce que la charge de travail objectivement élevée à la DPJ a pu contribuer à la détresse de ces deux jeunes femmes? Est-ce que la pression collective envers la DPJ depuis deux ou trois ans au Québec a pu alimenter une forme de désespoir?

Ces questions sont celles que posent leurs collègues à micro fermé. Mais il est impossible, pour l'instant, de faire un lien direct entre ce qui se passe à la DPJ et ces deux suicides, selon Caroline Letarte-Simoneau, représentante nationale de l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS).

D'autant plus que les causes d'un suicide sont très souvent multifactorielles et complexes.

À ce stade-ci, pour nous, il est beaucoup trop tôt pour faire des associations entre ces deux réalités-là, dit-elle. Notre priorité, en ce moment, est vraiment de s'assurer qu'il y a la mise en oeuvre de l'ensemble des moyens pour soutenir nos membres qui traversent cette situation-là, qui est difficile à vivre.

Avec les informations de Davide Gentile

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.