•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un magazine virtuel pour aider à comprendre ses racines afro-caribéennes

Le prochain numéro s’intéresse à la santé en partenariat avec l'Association canadienne des étudiants noirs en médecine

Capture d'écran d'une rencontre virtuelle où apparaissent plusieurs personnes à l'écran.

Un groupe de jeunes Ontariens souhaitent mettre en lumière l’histoire et l'héritage méconnus des cultures africaines et caribéennes au moyen d’un magazine virtuel, le tradmag.ca.

Photo : TRADmag

Radio-Canada

Un groupe de jeunes Ontariens souhaite mettre en lumière l’histoire et l'héritage méconnus des cultures africaines et caribéennes au moyen d’un magazine virtuel, le tradmag.ca. Une subvention de 250 000 $ sur trois ans accordée par la Fondation Trillium de l'Ontario dans le cadre du Fonds d'opportunités pour les jeunes permettra au groupe de rejoindre un plus large public.

Fondé en 2013, TRAD est d’abord né d’une initiative sur le campus de l'Université McMaster. À l'époque, de jeunes étudiants noirs ont formé un club pour échanger des idées, partager des connaissances et s’interroger sur toutes sortes d’aspects reliés aux différentes cultures africaines et caribéennes.

Le club a par la suite évolué en une organisation éducative, celle-là vouée à l'élaboration d'outils d'apprentissage pour les étudiants, les enseignants et la communauté.

Lancé il y a quelques mois, le magazine TRAD consiste en une plateforme qui propose des articles, des forums de discussion, des entrevues, des vidéos, des listes d’écoute de musique, de la poésie, etc. L'objectif est de faire paraître un nouveau nouveau numéro toutes les deux ou trois semaines.

Le magazine se veut un véhicule des idées africaines et des mémoires collectives.

Que signifie réellement l'expression temps africain ? Quelles sont les bases du calendrier dans l’histoire somalienne? Voilà quelques sujets abordés dans le plus récent numéro.

Désir d’exploration

Rika Mpogazi, 21 ans, une étudiante en développement international et en science politique à l'Université d’Ottawa, fait partie des jeunes noirs qui participent à l’effort collectif de faire connaître le patrimoine culturel des communautés afro-caribéenne et de la diaspora. Elle s’implique au sein de TRAD depuis octobre 2020.

La jeune étudiante, qui écrit des articles pour différents magazines depuis l’époque du secondaire, explique qu’il a été tout naturel pour elle de vouloir se joindre à l’équipe de TRAD.

TRAD c’est vraiment mon côté d’intérêt de l’Afrique, de la diaspora africaine, des cultures, de la tradition donc je voulais vraiment explorer ça, explique-t-elle.

Une femme vêtue de couleur orange sur un fond bleu.

Rika Mpogazi, 21 ans, une étudiante à l'Université d’Ottawa, fait partie des jeunes qui participent à l’effort collectif de faire connaître le patrimoine culturel des communautés afro-caribéennes et de la diaspora à travers le magazine TRAD.

Photo : Rika Mpogazi

Depuis, elle a notamment publié des articles sur le pouvoir du savoir au Mali et sur l’importance de la transmission orale par les griots. Elle a récemment animé des discussions que l’on peut aussi retrouver sur le site du magazine.

Une découverte continue

Née à Toronto d’une mère rwandaise et d’un père congolais, Rika Mpogazi affirme posséder une certaine connaissance de son histoire familiale, culturelle et ancestrale. Toutefois, même si le kinyarwanda, le swahili et le lingala étaient des langues parfois utilisées à la maison, son univers quotidien se déroulait majoritairement en français.

Elle dit avoir eu le sentiment de véritablement connecter avec la culture de manière palpable il y a trois ans l’un d’un passage au Rwanda.

C’était la découverte de mes racines. J’étais là et j'interagissais avec la culture. C’est là que j'ai eu un peu ce déclic de ''ah maintenant je veux connaître de manière plus approfondie d’où je viens''.

Une citation de :Rika Mpogazi, étudiante torontoise d'origine africaine.

Elle s’est ensuite jointe à l’association Black Student Leaders Association de l'Université d’Ottawa où elle a pu combiner ses intérêts personnels liés à sa culture et son histoire, et ses intérêts professionnels liés à l'écriture et à l’expression, ce qui l’a menée de fil en aiguille à découvrir TRAD.

Moi, mon parcours personnel c’est vraiment un parcours de self discovery ... Et je me découvre encore.

Une citation de :Rika Mpogazi, étudiante torontoise d'origine africaine.

Une volonté commune

Comme le magazine TRAD est le fruit d’un travail collectif, certains des rôles changent au gré des contributions et des contributeurs.

Les deux principaux acteurs restent néanmoins Chukky Ibe, 25 ans, rédacteur en chef du magazine et Sarah Brooks, 23 ans, directrice de l'éducation du groupe.

En s'interrogeant sur de petites et grandes questions, TRAD veut favoriser la reconnaissance de la philosophie, de l’art, de la science des sociétés africaines anciennes et actuelles. Le désir de découverte et d’apprentissage permet ce genre d’exploration.

TRAD c’est des jeunes curieux. C’est comme ça que tout a commencé et c’est comme ça que ça continue.

Une citation de :Rika Mpogazi, étudiante torontoise d'origine africaine.

Des curieux pour qui l’une des motivations premières est d’occuper l’espace qui leur revient.

TRAD ne cherche pas à nécessairement à répondre à un manque, mais plutôt de fournir un nouveau service, on est dans l'ajout, on s'impose, on crée un espace, pour la promotion des idées, de la justice et de la conscientisation, ajoute la jeune étudiante.

Infographie sur fond bleu de l'événement Poetry and Justice

L’événement Poetry and Justice se tiendra le 12 février sera animé par l’actrice et conférencière Donisha Prendergast et la rencontre également diffusée sur Instagram mettra en vedette les réflexions de l’artiste musical Kabaka Pyramid.

Photo : TRADmag

Le prochain numéro à paraître en ligne le samedi 13 février s’intéresse à la santé. Notamment, en lien avec la médecine traditionnelle et des interprétations des pratiques médicinales africaines, mais aussi à la façon dont les communautés noires ont été particulièrement touchées par la COVID-19. Ce prochain numéro est présenté en partenariat avec l'Association canadienne des étudiants noirs en médecine.

L’événement Poetry and Justice se tiendra quant à lui le 12 février. Animé par l’actrice et conférencière Donisha Prendergast, la rencontre également diffusée sur Instagram mettra en vedette les réflexions de l’artiste musical Kabaka Pyramid.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !