•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'épouse de l'opposant russe Alexeï Navalny se réfugie en Allemagne

Gros plan sur les yeux de madame Navalnaya, qui porte un masque.

Ioulia Navalnaya, à son arrivée au tribunal, le 2 février 2021, pour le procès de son mari, l'opposant Alexeï Navalny.

Photo : Getty Images / AFP/NATALIA KOLESNIKOVA

Radio-Canada

Ioulia Navalnaya, l'épouse de l'opposant russe Alexeï Navalny, est arrivée mercredi par avion à Francfort, en Allemagne, après avoir quitté la Russie, rapporte le journal allemand Der Spiegel sur son site Internet.

M. Navalny a été condamné à trois ans et demi de prison la semaine dernière pour avoir violé les conditions de sa liberté conditionnelle dans une affaire de détournement de fonds pour laquelle il avait été condamné en 2014.

La bête noire du Kremlin avait été arrêtée à son retour en Russie le 17 janvier, après avoir reçu des soins pendant près de cinq mois en Allemagne à la suite de son empoisonnement par un agent neurotoxique en août.

Les autorités russes ont par ailleurs lancé mercredi un nouveau mandat d'arrêt visant Léonid Volkov, un proche collaborateur de l'opposant Alexeï Navalny.

M. Volkov a réclamé des sanctions européennes contre Moscou, ce qui lui a valu d’être qualifié de traître par les autorités russes. Le militant, qui vit en Lituanie, était déjà visé par un ordre d'arrestation en Russie.

Leonid Volkov, la main gauche en l'air.

Leonid Volkov, lors d'une conférence de presse le 21 août dernier à Berlin, en Allemagne, où il avait accompagné Alexeï Navalny après son empoisonnement.

Photo : La Presse canadienne / AP/Michael Sohn

Le tribunal moscovite de Basmanny a indiqué à l'AFP qu'il a désormais été inclus à la base de données des personnes recherchées de la Communauté des États indépendants, regroupant la plupart des ex-républiques soviétiques, alliées à la Russie.

Leonid Volkov accusé de trahison

La porte-parole du tribunal, Irina Morozova, a précisé que M. Volkov est recherché pour avoir incité des mineurs à commettre des actes illégaux, une référence aux manifestations non autorisées du mois de janvier qui ont réuni des dizaines de milliers de personnes partout en Russie.

Le délit est passible d'une peine maximale de trois ans de prison.

Voilà comment réagir : [...] ne pas y prêter attention, continuer à travailler, a indiqué l'opposant sur Telegram après cette annonce.

Leonid Volkov avait indiqué lundi soir sur Telegram avoir discuté avec des représentants des pays de l'UE d'un paquet de sanctions ciblant des personnes de l'entourage du président russe Vladimir Poutine, pour répliquer à l'incarcération d'Alexeï Navalny.

Cette annonce a fait bondir Moscou, qui a qualifié mardi de trahison le fait que des ressortissants russes parlent avec des pays étrangers de telles mesures.

Leonid Volkov et Ioulia Navalnaya, au milieu d'une foule.

Leonid Volkov et Ioulia Navalnaya se connaissent depuis longtemps. On les voit ici lors d'une manifestation organisée à Moscou le 1er mars 2015, dans la foulée de l'assassinat de l'opposant russe Boris Nemtsov.

Photo : Reuters / Maxim Shemetov

Mardi, M. Volkov avait lancé un appel pour une nouvelle manifestation nationale dimanche en faveur d'Alexeï Navalny.

Afin de permettre aux protestataires de se tenir à l'écart de la police, il avait demandé aux habitants des grandes villes russes de se rassembler près de chez eux et d'allumer la lampe de leur téléphone portable pendant plusieurs minutes.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a de son côté jugé approprié de légiférer pour qualifier d'actes criminels les appels à des sanctions contre la Russie, une loi en ce sens étant en cours de rédaction.

L'UE a réclamé à maintes reprises la libération d'Alexeï Navalny. Elle accuse Moscou de refuser d'enquêter sur l'empoisonnement de l’opposant en août, ce qui a conduit les Européens à sanctionner plusieurs responsables russes.

Moscou nie tout lien avec l'empoisonnement.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !