•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les camps d’été seront-ils ouverts en 2021?

On voit 6 enfants et un animateur regarder la faune dans un parc

Toronto ouvre typiquement les inscriptions pour ses camps d’été municipaux vers la première semaine du mois de mars.

Photo : Anne-Marie Gagné

Nicolas Haddad

C’est le moment pour les familles de songer aux camps d'été.

En temps normal, la mi-février représente le moment d’embaucher les moniteurs des camps, avant que les familles inscrivent leurs jeunes dans les programmes de leur choix au printemps.

Mais les services seront-ils au rendez-vous?

Si on se fie aux habitudes d’avant la pandémie, Toronto ouvre les inscriptions pour ses camps d’été municipaux vers la première semaine du mois de mars.

Des enfants et des animateurs qui se tiennent par la main assis en cercle.

Certaines activités typiques des camps de jour ne pourront se dérouler cet été en raison de la distanciation sociale.

Photo : Facebook: Sonart Musique

Mais sondée par Radio-Canada, la Ville affirme qu’elle n’a pas encore déterminé si elle offrira des programmes en 2021. Elle affirme qu’elle attend l’aval de la province avant de déterminer si ses programmes de camp d’été seront programmés, et sous quelles modalités cela se ferait.

La Dre Vinita Dubey, médecin hygiéniste adjointe de la Santé publique de Toronto, donne une entrevue dans son bureau.

Dre Vinita Dubey, médecin hygiéniste adjointe de la Santé publique de Toronto.

Photo : Radio-Canada

La Santé publique de Toronto continue de surveiller attentivement notre situation locale et de fournir des recommandations et des conseils [au gouvernement provincial] fondés sur les preuves actuelles et les données locales, explique la Dre Vinita Dubey, médecin hygiéniste adjointe de la Santé publique de Toronto (TPH).

Nous sommes impatients d'offrir des programmes de camps d'été si les conditions de santé publique et les restrictions provinciales le permettent.

Une citation de :Dre Vinita Dubey, la médecin hygiéniste adjointe, Santé publique de Toronto

La Dre Dubey a aussi confirmé à Radio-Canada que la Ville n’a pas encore évalué les impacts de l'absence possible d'activités physiques et sociales pour les jeunes torontois, qui sont perpétuellement en grande demande dans la Ville Reine.

Par exemple, le 2 mars 2019, la Ville de Toronto avait confirmé que plus de 24 000 inscriptions avaient été effectuées dans les 10 premières minutes suivant l’ouverture des inscriptions.

Interrogées à ce sujet, les autorités municipales n’ont pas non plus confirmé si elles avaient entamé le processus d’embauche pour combler les postes de moniteurs de camps d’été offerts par la Ville.

En temps normal, la Ville embauche un moniteur pour tous les cinq enfants âgés entre 4 et 5 ans, un moniteur pour tous les huit enfants âgés entre 6 et 12 ans, et un superviseur pour tous les 5 membres du personnel dans ses camps.

Les camps privés se préparent à un scénario optimiste

Pendant ce temps, de nombreux camps d’été privés ont déjà entamé leurs processus d’embauche de personnel saisonnier.

Des centaines de postes — pour des rôles qui vont de cuisinier, à animateur, à directeur de camp — sont affichés depuis octobre dernier sur le site web de l’Association ontarienne des camps (OCA). De nombreux nouveaux postes à combler y sont aussi affichés quotidiennement.

On y retrouve de nombreux camps d’été opérés par le YMCA, ainsi que plusieurs camps spécialisés, comme les camps Ooch et Trillium, qui desservent des jeunes atteints de cancers.

Affiche du YMCA vue de l'extérieur du bâtiment.

Le YMCA a confirmé qu'il prévoit d’offrir des camps d’été en 2021, avec des mesures sanitaires adaptées à la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Bernier

Le YMCA a d’ailleurs confirmé à Radio-Canada qu’il a prévu d’offrir des camps d’été en 2021, et qu’il ouvrira les inscriptions pour ses programmes le 16 février.

Selon le vice-président, Camping et éducation en plein air du YMCA du Grand Toronto, Brandon McClounie, si la santé publique ne donne pas de directives d’ici le début du printemps, le YMCA du Grand Toronto prendra une décision à ce moment-là quant à s’il ira de l’avant avec ses plans pour les camps de jour.

Quant aux camps de nuit, ceux-ci étaient interdits en Ontario l'été dernier. Mais M. McClounie confirme que le YMCA du Grand Toronto a travaillé en étroite collaboration avec nos collègues des camps YMCA d’à travers le Canada pour créer des lignes directrices qui seraient suivies (conformément aux directives de santé publique locales) si et quand les camps de nuit recevront le feu vert pour opérer cet été.

Ce dernier précise aussi que le YMCA planifie d'offrir des programmes lors de la relâche scolaire, si les directives du gouvernement le jugent sécuritaire.

Autre phénomène qui suscite peu de surprise : de nombreux camps seront offerts virtuellement cet été.

Ce sera le cas au Camp Lake Joe de l’Institut national canadien pour les aveugles, et dans de nombreux autres camps privés dont les camps de tennis Mayfair Clubs, le camp culinaire Rooks to Cooks, ou encore le camp de théâtre Randolph Kids Performing Arts.

Retour sur l’été 2020

Bien que les camps d'été en 2020 aient été initialement annulés au mois de mai dernier, la Ville a par la suite été en mesure de mettre en place un nouveau programme nommé CampTO — une série de camps spécialisés en activités de plein air et physiques, en jeu, en travaux manuels, ou en apprentissage.

Lors de l’été 2020, la Ville a recensé plus de 17 900 inscriptions sur 32 000 places disponibles pour des enfants âgés de 6 à 12 ans. Les camps ont eu lieu pendant huit semaines dans environ 150 lieux à travers la ville.

Selon une porte-parole de la Ville, CampTO présentait des ratios inférieurs et une capacité réduite, une distance physique, un dépistage médical quotidien obligatoire et un nettoyage amélioré des installations.

La Ville confirme aussi qu’en 2020, elle avait employé environ 900 jeunes pour aider à offrir ces programmes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !