•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hygiène sociale, de Denis Côté, et 8 autres films canadiens à la Berlinale

Un homme et une femme sont dehors.

« Hygiène sociale », de Denis Côté

Photo : Lou Scamble

Radio-Canada

Le nouveau film Hygiène sociale, du cinéaste québécois Denis Côté, sera en compétition au Festival international du film de Berlin, qui se déroulera du 1er au 5 mars. 

Il a été sélectionné dans la catégorie Encounters, qui a été lancée l’an dernier pour mettre en avant des films indépendants et originaux. 

Avec Hygiène sociale, qu’il a écrit, produit et réalisé, Denis Côté signe sa première comédie. Ce film tourné l’été dernier suit un dandy prénommé Antonin dans ses pérégrinations avec cinq femmes, dont son épouse, sa sœur, une perceptrice d’impôts et la femme qu’il désire. 

C’est l’acteur Maxim Gaudette qui incarne Antonin. Éléonore Loiselle, Larissa Corriveau, Kathleen Fortin, Evelyne Rompré et Eve Duranceau complètent la distribution de ce long métrage. 

Denis Côté est un habitué de la Berlinale puisque Hygiène sociale sera le sixième film qu’il y présente depuis Bestiaire, en 2012.

Night Raiders, un film de science-fiction autochtone

Le réalisateur ne sera pas le seul à représenter le Canada à la Berlinale. Night Raiders, le film de science-fiction de la réalisatrice autochtone Danis Goulet, a été sélectionné dans la catégorie Panorama, qui fait la part belle aux films politiques. Il y sera projeté en première mondiale. 

Coproduction canadienne et néo-zélandaise, Night Raiders plonge le public dans une société dystopique vivant sous un pouvoir militaire dans laquelle une femme crie tente de récupérer sa fille, qui, comme les autres enfants, appartient à l’État.

La crise d’Oka dans Beans

Autre film portant sur la réalité autochtone, Beans sera également du festival allemand. Ce long métrage est construit autour du personnage de Beans, une adolescente autochtone dont le véritable nom est Tekahentahkhwa. 

Pour le tourner, la cinéaste mohawk Tracey Deer s’est inspirée de ses souvenirs d’enfance de la crise d’Oka, en 1990. 

Son film fait partie de la catégorie de la catégorie Generation Kplus, qui est l’une des deux sélections jeunesse de la Berlinale avec la catégorie Generation 14Plus. 

Dans cette dernière sera présenté Tabija (The White Fortress), du réalisateur canadien et bosniaque Igor Drljača. Ce film coproduit par le Canada et la Bosnie-Herzégovine raconte l’histoire de deux jeunes dans le Sarajevo d’après-guerre. 

Des films canadiens d’avant-garde 

Trois films canadiens et une coproduction en partie canadienne ont trouvé leur place dans les catégories Forum et Forum Expanded, qui mettent l’accent sur le cinéma expérimental et d’avant-garde. Ste. Anne, de la réalisatrice manitobaine et métisse Rhayne Vermette, se veut une allégorie portant sur la réclamation de la terre de la nation Métis. 

Réalisé par la cinéaste d’origine chinoise Sabrina Zhao, Sichuan hao nuren (The Good Woman of Sichuan) est adapté de la pièce La bonne âme du Se-Tchouan, écrite par le dramaturge allemand Bertolt Brecht à la fin des années 1930.

Quant à Medicine and Magic, il a été tourné par la Saskatchewanaise Thirza Cuthand, qui a des origines cries et écossaises. Son film raconte l’histoire de son arrière-grand-père Misatimwas et d’Isobelle Sinclair, une de ses possibles ancêtres écossaises, qui a été exécutée pour sorcellerie en 1633.  

Coproduction américaine, sud-africaine et canadienne, The Zama Zama Project, de Rosaline Morris, porte sur les mines d’or abandonnées en Afrique du Sud. 

Enfin, dans la catégorie des courts métrages, le jury pourra découvrir International Dawn Chorus Day, du cinéaste ontarien John Greyson.

Les titres des films sélectionnés dans les catégories Competition et Berlinale Special seront annoncés jeudi.

En raison de la pandémie de COVID-19, les projections des films sélectionnés à destination du public n’auront lieu qu’au mois de juin. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !