•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des citoyens d'Anse-Bleue surpris que le projet de parc éolien continue d'avancer

Une éolienne, derrière une rangée d'arbre.

Des résidents d'Anse-Bleue craignent l'installation de cinq éoliennes dans la région.

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Des résidents de la région d'Anse-Bleue affirment être sollicités par l'instigateur du projet controversé de parc éolien à Anse-Bleue, Daniel Brassard. Ces démarches inquiètent la communauté, qui y voit un signe que le projet continue à prendre forme, malgré l'opposition locale.

Le porte-parole de Chaleur Ventus explique qu’il ne peut pas donner de détails à la population, à la demande d’Énergie NB.

Des propriétaires de terrains contactés

Laurent Léger, un résident de Maisonnette, est propriétaire d’un terrain boisé près de Saint-Léolin.

Récemment, il a eu un appel de Daniel Brassard. Selon Laurent Léger, Daniel Brassard lui a demandé d’attester une signature pour permettre la construction d’une ligne de transmission sur ses terres.

Cet appel le surprend. Je pensais que Naveco avait décidé d’aller vers le sud de la province à la place. Il dit que non, le gouvernement a décidé que l’Anse-Bleue était le site parfait pour ça.

Il m’a dit de garder ça confidentiel, notre conversation.

Une citation de :Laurent Léger
Laurent Léger est dans sa cabane de pêche en train d'agiter une ligne à l'eau.

Laurent Léger est inquiet que le projet aille de l'avant, malgré l'opposition locale.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Assis dans sa cabane de pêche à l’éperlan, Laurent Léger est inquiet. Il constate que malgré les apparences, le projet progresse encore. Il craint que sa communauté assiste, impuissante, à la construction de cinq tours éoliennes.

J’ai conclu que c’était un peu fait par en dessous et qu’il voulait justement qu’il n’y ait pas trop de monde qui soit mêlé dans ces décisions-là.

Laurent Léger ne serait pas le seul à avoir été sollicité de cette façon ces dernières semaines.

La présidente du DSL d’Anse-Bleue, Ginette Bertin, avance qu’il y a au moins trois propriétaires de la région qui ont été approchés. Il sollicite encore du monde.

Ce n’est pas la première fois que le projet progresse dans l'ombre, fait-elle remarquer. Daniel Brassard fait le même pattern qu’il a fait quand il a commencé à l’Anse-Bleue il y a 10 ans.

Un homme à une table tient un micro et lit un document.

Daniel Brassard, de Naveco Power, le 2 février 2020 à Anse-Bleue au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Un projet confidentiel selon Daniel Brassard

Le porte-parole du projet, Daniel Brassard assure qu’il souhaite apporter des précisions sur ses démarches.

Toutefois, il dit que c’est Énergie NB qui a demandé à Naveco Power et lui-même de ne pas parler aux médias.

Les hauts fonctionnaires d'Énergie NB ont exigé que nous adressions toutes les demandes des médias au personnel des « Relations avec les médias d'Énergie NB ”, explique-t-il.

Nous aimerions en discuter davantage, mais on nous a demandé de respecter ces paramètres et nous allons honorer cette exigence.

Une citation de :Daniel Brassard

Invité à faire une mise à jour sur le projet Chaleur Ventus, Énergie NB indique ne pas pouvoir dévoiler plus de détails pour l'instant.

Les ententes avec Chaleur Ventus sont toujours en place. Les détails sont sous protection de confidentialité, indique Marc Belliveau, responsable des relations médiatiques.

Le projet de parc éolien est actuellement entre les mains du comité de révision technique du ministère de l'Environnement et des Gouvernements locaux. Ce comité est chargé d’étudier le projet tel que présenté par l’entreprise Naveco Power. Il doit s’assurer que toutes les normes et règles environnementales soient respectées.

Keith Cronkhite, assis, discute avec des personnes.

Le PDG d'Énergie NB, Keith Cronkhite.

Photo : CBC/Robert Jones

Dans sa cabane de pêche, Laurent Léger se demande si la communauté d’Anse-Bleue sera bientôt prise au piège comme le poisson qu’il vient d’empaler.

Je ne sais pas ce qui se prépare. Daniel Brassard a dit que le projet était bel et bien en marche et que ça allait aller de l’avant, que la population soit pour ou contre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !