•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éclosion au Collège Stanislas : l'enseignement à distance offert à toutes les classes

Une éclosion d'une quarantaine de cas de COVID-19 est survenue parmi les élèves du primaire.

Deux étudiants franchissent les portes de l'entrée du collège Stanislas.

Une éclosion d'une quarantaine de cas de COVID-19 est survenue parmi les élèves du primaire du collège Stanislas à Outremont.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

La direction du Collège Stanislas de Montréal a annoncé mercredi soir avoir placé toutes les classes du primaire et du secondaire en enseignement à distance à la suite d’une éclosion d’une quarantaine de cas de COVID-19 parmi les élèves du primaire.

La semaine dernière, par mesure préventive, la direction du Collège, sur recommandation de la DRSP, avait décidé d’offrir l'enseignement à distance seulement pour les classes du niveau primaire.

Mais la direction de l'école a expliqué par voie de communiqué les raisons pour lesquelles elle a élargi cette mesure à toutes les classes.

Bien que nous n'ayons pas de souci au niveau épidémiologique, nous avons pris la décision d'étendre l'enseignement à distance à nos élèves du niveau secondaire et collégial. Sachant que plusieurs élèves du secondaire ont des frères ou des sœurs inscrits au primaire, nous sommes très sensibles à la situation dans laquelle plusieurs parents se retrouvent. Nous sommes convaincus que la décision que nous prenons est la plus respectueuse et responsable, a déclaré le directeur général du Collège, Thomas Saène.

Lors d'un point de presse mercredi après-midi, la directrice de santé publique de Montréal, Mylène Drouin, a confirmé que la veille, une quarantaine de cas de COVID-19 avaient été détectés dans l'établissement.

L'un de ces cas serait associé au variant britannique du coronavirus. On a un cas suspect dans cette école-là, oui, a précisé Mme Drouin.

Le variant britannique suscite des inquiétudes, car il est plus transmissible et plus virulent que la souche originale de la COVID-19.

La directrice de santé publique a expliqué que la décision de prodiguer l'enseignement à distance au Collège Stanislas a été prise après qu'on eut constaté l'ampleur de l'éclosion, le nombre de classes touchées, la vitesse à laquelle la transmission se fait et, évidemment, le patron de transmission dans la fratrie et à différents niveaux de l'école.

Le but de l'opération est de briser la chaîne de transmission, a-t-elle résumé.

Dans une lettre envoyée aux parents à la fin de la semaine dernière, le directeur Thomas Saène soulignait que [...] la majorité des élèves contaminés par la COVID-19 sont asymptomatiques, ce qui participe à la propagation du virus sans que nous ne puissions l’identifier.

Une banderole sur laquelle est écrit COVID-19 devant le collège Stanislas.

La direction du Collège Stanislas de Montréal a annoncé mercredi soir avoir placé toutes les classes du primaire et du secondaire en enseignement à distance.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Sur la recommandation de la Direction régionale de santé publique (DRSP), le Collège Stanislas a mis à la disposition du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l'Île-de-Montréal quelques-uns de ses locaux afin qu'un dépistage y soit mené auprès de l'ensemble des élèves et du personnel de niveau primaire et secondaire.

Des contaminations au primaire

Mercredi, en dressant le portrait actuel de la pandémie à Montréal, la Dre Drouin a affirmé que les cas et les éclosions avaient augmenté dans le milieu scolaire et dans les services de garde. La rentrée des classes et le retour au travail de nombreuses personnes le mois dernier expliqueraient cette situation.

Lors d'une rencontre avec les médias mercredi, le ministre de l'Éducation Jean-François Roberge a révélé qu'au Québec, 1153 classes sont fermées en raison de la pandémie. C'est moins qu'en décembre dernier, où il y en avait 1300 de fermées.

En janvier, le port du couvre-visage en classe a été élargi aux élèves de cinquième et de sixième année du primaire. Des statistiques récentes illustrent que des enfants de 9 ou 10 ans courent autant de risques que les adolescents d'être contaminés par la COVID-19, a expliqué le ministre de l'Éducation.

La bonne nouvelle est qu'en comparaison avec l'automne dernier, on est en mesure de fermer plus rapidement une classe lorsqu'on suspecte une contamination. Des fois, fermer une classe nous permet de garder le reste de l'école ouverte, de conclure Jean-François Roberge.

Avec les informations de Mélissa François

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !