•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau décès lié à la COVID-19 s’ajoute au bilan de l’Abitibi-Témiscamingue

Des dizaines de fenêtres se trouvent sur le côté du centre hospitalier.

L'hôpital de Rouyn-Noranda est le centre désigné pour les cas de COVID-19 en Abitibi-Témiscamingue (archives).

Photo : Radio-Canada / Mathieu Ouellette

Radio-Canada

La santé publique fait état d’un nouveau décès dans la région pour la deuxième journée de suite.

Une septième personne depuis le début de la pandémie est morte après avoir été infectée par le virus. C’est le troisième décès de la deuxième vague de la pandémie.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) indique qu’il n’y a plus de patient hospitalisé actuellement en lien avec la COVID-19.

Le Québec fait état de 989 nouveaux cas de COVID-19 et 34 décès supplémentaires.

Cas actifs

Dans les dernières 24 heures, un nouveau cas de COVID-19 a été recensé dans la MRC d'Abitibi.

Au moment de dévoiler les données, le CISSS-AT ignorait la source d’exposition au virus.

Le nombre de cas actifs dans ce secteur s’élève maintenant à 17. L’Abitibi-Ouest en compte 5. Les trois autres MRC de la région n’ont aucun cas actif.

Le variant sud-africain du coronavirus

Les premiers cas au Québec du variant de l’Afrique du Sud du coronavirus ont été signifiés en Abitibi-Témiscamingue mardi. Des cas considérés comme rétablis selon la santé publique régionale.

La santé publique tente toujours de déterminer l'origine de ce variant dans la région, mais ce virus pourrait-il avoir muté simplement dans la région?

La conseillère au Laboratoire de la santé publique du Québec, Sandrine Moreira, qui a elle-même analysé les échantillons en laboratoire, assure que ce n'est pas le cas.

Le séquençage est identique, ce qui signifie qu'il s'agit exactement du même virus que celui ayant été décelé en Afrique du Sud la première fois.

Plus contagieux et plus résistant

En entrevue à l’émission Tout un matin, Dre Cécile Tremblay, microbiologiste/infectiologue au Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM), a aussi parlé du variant sud-africain du coronavirus détecté en Abitibi-Témiscamingue.

Possiblement que le variant a été importé à un moment donné, mais que là il circule à bas bruit un petit peu partout, qu’il n’a pas encore été détecté et puis que finalement les cas que l’on recense maintenant l'ont attrapé de quelqu’un d’autre au pays et non pas nécessairement eux-mêmes d’un voyage à l’étranger , dit-elle.

Avec la transmission de nouveaux variants, elle réitère l’importance de respecter les consignes sanitaires.

Un virus qui ne se transmet pas, ne se réplique pas, ne mute pas. Dans la mesure où on réussit à empêcher au maximum la transmission, on diminue les chances que de nouveaux mutants émergent.

Dre Cécile Tremblay
Une infirmière vaccine une femme dans le Nord-du-Québec.

Une femme reçoit une dose de vaccin dans le Nord-du-Québec (archives).

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Invitée à Région zéro 8, la Dre Caroline Quach, microbiologiste-infectiologue et épidémiologiste au CHU Ste-Justine, s'est dite inquiète notamment que ce variant soit plus résistant à certains vaccins.

Le virologiste Benoit Barbeau expliquait à Des matins en or comment les formulations de vaccins comme ceux de Pfizer-BioNTech et Moderna peuvent être ajustées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !