•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Résidence des Bâtisseurs de Matane : le rapport d'enquête demeurera secret

La Résidence des Bâtisseurs de Matane.

La Résidence des Bâtisseurs de Matane est sous haute surveillance de la part des autorités de la santé en raison du nombre anormalement élevé de plaintes reçues depuis 2018 (archives).

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent refuse de rendre publiques les conclusions de l'enquête administrative menée cet automne à la résidence pour aînés des Bâtisseurs de Matane.

Cette enquête interne avait été déclenchée après une vague de plaintes de la part des usagers et de leur famille dont un certain nombre concerne des allégations de maltraitance.

Des plaintes portant sur un total de 58 objets différents ont été transmises depuis 2018 en lien avec cette résidence d'environ 200 places. Celles-ci concernaient entre autres la qualité des soins, l'hygiène et le personnel, surtout en ce qui concerne les places en ressources intermédiaires.

Du jamais vu , avait mentionné la Commissaire aux plaintes du Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent sur nos ondes cet automne.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent a toutefois refusé notre demande d'accès à l'information à ce sujet. L'enquête portait sur les places en ressources intermédiaires financées par le réseau public.

Isabelle Malo en entrevue dans son bureau.

Isabelle Malo est la présidente-directrice générale du CISSS du Bas-Saint-Laurent (archives).

Photo : Radio-Canada

Pour justifier sa décision, le Centre intégré de santé et de services sociaux évoque le fait qu'un organisme public peut refuser de dévoiler des recommandations qui lui ont été faites dans le cadre d'un processus décisionnel en cours.

Définition de maltraitance retenue par le gouvernement du Québec

Il y a maltraitance quand un geste singulier ou répétitif, ou une absence d’action appropriée, intentionnel ou non, se produit dans une relation où il devrait y avoir de la confiance, et que cela cause du tort ou de la détresse chez une personne aînée.

Source : gouvernement du Québec

La résidence de Matane a aussi été le théâtre de l'une des plus importantes éclosion de COVID-19 au Québec cet automne, avec 79 cas.

Deux poids, deux mesures?

Contrairement au Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent, celui de Chaudière-Appalaches a été forcé par la ministre responsables des Aînées, Marguerite Blais, de rendre public le rapport d'enquête interne sur une situation similaire survenue à Lévis, et ce, malgré une mise en demeure des propriétaires de la résidence.

Dans le cas du Manoir Liverpool, le ministre de la Santé, Christian Dubé, a même déclenché une enquête indépendante du Centre intégré de santé et de services sociaux.

Radio-Canada a appris qu'une telle enquête n'est cependant pas envisagée aux Bâtisseurs de Matane.

Inquiétude en lien avec la sécurité des usagers

Le Centre intégré de santé et de services sociaux a néanmoins accepté de dévoiler la lettre envoyée à la direction du Groupe Les Bâtisseurs le 21 septembre dernier pour les informer qu'une enquête interne allait avoir lieu dans leur établissement.

On peut y lire que des informations portent à croire que la santé, la sécurité, l'intégrité ou le bien-être des usagers hébergés dans la ressource pourraient être compromises.

Les mains d'un homme âgées posées sur les bras d'un fauteuil

Quatre rapports d'enquête font état d'un manque de personnel au moment des faits (archives).

Photo : CBC

Des écarts de qualité avaient été constatés dans 19 services, notamment en lien avec l'hygiène, le maintien des liens entre l'usager et sa famille et la collaboration avec les autres services de santé.

Pas de visite à l'improviste

L'une des plaignantes, Lucille Gauthier, dont le conjoint occupait une place en ressource intermédiaire à la résidence des Bâtisseurs à ce moment-là, se demande pourquoi le Centre intégré de santé et de services sociaux a avisé la direction qu'ils allaient effectuer une inspection sur place.

Sans mentionner une date précise, la lettre envoyée par le Centre intégré de santé et de services sociaux par huissier à la direction des Bâtisseurs le 21 septembre précise qu'une enquête aura lieu. Selon nos informations, les deux enquêtrices du Centre intégré de santé et de services sociaux se sont rendues sur les lieux quelques jours plus tard, en octobre.

J'ai vu les femmes de ménage faire des grands ménages avant que les gens concernés arrivent. Vous savez, les inspecteurs en alimentation, ils arrivent à l'improviste. Alors pourquoi pour des humains, ils ne prennent pas la peine aussi d'arriver à l'improviste, se demande la plaignante.

Lucille Gauthier a déposé plusieurs plaintes pour dénoncer la qualité des soins reçus par son mari qui demeurait à la résidence des Bâtisseurs de Matane.

Lucille Gauthier a déposé plusieurs plaintes pour dénoncer la qualité des soins reçus par son mari qui demeurait à la résidence des Bâtisseurs de Matane.

Photo : Radio-Canada

Mme Gauthier n'a pas reçu, elle non plus, une copie du rapport.

Elle se désole que le Centre intégré de santé et de services sociaux ait décidé de garder secret son contenu, au lieu de faire la lumière sur une situation qu'elle a contribué à dénoncer.

« Ce serait consolant de savoir que quelque chose sera fait pour améliorer la situation. Ils nous recommandent de faire des plaintes, mais on a aucun retour. »

— Une citation de  Lucille, Gauthier, veuve d'un ancien résident des Bâtisseurs

Le président du Groupe Résidence des Bâtisseurs n'a pas répondu à notre demande d'entrevue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !