•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Îles débourseront 1 M$ de plus pour protéger le site historique de La Grave

Une maquette montre une plage complètement rechargée sur toute sa longueur.

Cette maquette montre l'aspect de la plage du site historique de La Grave après une recharge de galets (archives).

Photo : Avec l'autorisation de la Municipalité des Îles-de-la-Madeleine

La Municipalité des Îles-de-la-Madeleine déboursera un million de dollars supplémentaires pour réaliser le projet de recharge de la plage du site historique de La Grave, à Havre-Aubert.

Le coût du projet, d’abord estimé à 5,4 millions de dollars, a été revu à la hausse à 6,4 millions de dollars. Or, la part de financement de Québec demeure la même, à 4 millions de dollars.

Le conseil municipal a donc déposé un projet de règlement mardi soir pour augmenter son emprunt.

Le projet de recharge de plage vise à déverser 35 000 mètres cubes de galets afin de freiner l'érosion et de protéger les infrastructures patrimoniales du site historique de La Grave, qui sont malmenées par les tempêtes.

La plage de roches qui sera rechargée avec le derrière des bâtiments.

L'érosion de la plage menace la sauvegarde de plusieurs bâtiments historiques (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Le maire suppléant, Jean-Philippe Déraspe, explique que certains aspects du projet ont été modifiés et que les coûts globaux sont plus élevés qu’anticipés.

Les montants des soumissions sont plus élevés que prévu, mais il y a aussi eu un ajustement des besoins d’un des propriétaires pour s’assurer que la recharge soit adaptée à sa réalité géographique, affirme M. Déraspe, sans toutefois dévoiler trop de détails puisque qu'un propriétaire privé est touché par le dossier. Le projet a évolué et ça a fait monter les prix.

L'arrière d'un bâtiment est situé à quelques mètres de l'eau.

Le restaurant doit être déménagé avant de procéder à la recharge de plage, car il est situé si proche de l’eau qu’il vient briser la ligne de rivage (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

En décembre, le conseiller en adaptation aux changements climatiques de la Municipalité des Îles-de-la-Madeleine, Félix-Antoine Langlois, indiquait que le déplacement du bâtiment abritant le restaurant Le four à pain, qui était prévu pour l'automne dernier ou cet hiver, a été reporté à la suite de l’ouverture des soumissions qui se sont avérées trop élevées pour le budget prévu.

M. Langlois a précisé que le conseil municipal avait ensuite décidé de revoir la solution dans le but de réduire les coûts reliés à cette portion du projet et que des discussions avec les propriétaires et une firme d'architecte ont eu lieu pour élaborer une nouvelle solution qui conviendrait à tous.

C’est sûr et certain que c’est l’argent des contribuables et qu’il y a une réflexion qui s’est faite derrière ça, assure le maire suppléant.

Ce projet-là est beaucoup plus coûteux que notre volonté en tant que communauté. Malgré tout, on veut s'attarder à offrir le meilleur service pour la communauté, pour l'industrie et le site comme tel, parce qu'il est très important.

Une citation de :Jean-Phillipe Déraspe, maire suppléant des Îles-de-la-Madeleine

C’est sûr et certain qu’on s’attend à avoir de meilleurs contrats avec le gouvernement dans les prochaines demandes au niveau de l’érosion, admet M. Déraspe en faisant allusion au fait que Québec ne remette pas d'argent sur la table malgré la hausse des coûts du projet.

Le site historique de La Grave avec les buttes du Havre-Aubert en arrière-plan.

La Municipalité espère recharger complètement la plage bordant le site historique de La Grave, du côté de la baie de Plaisance (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Deux promenades côtières bientôt restaurées

En plus de cela, la Municipalité des Îles-de-la-Madeleine lance les appels d'offres pour la reconstruction de l'allée piétonnière du site historique de La Grave et du sentier cyclopédestre du Littoral de Cap-aux-Meules.

Les deux infrastructures côtières en proie à l’érosion ont subi les contrecoups du passage de la tempête Dorian.

La Municipalité estime la facture pour les restaurer à au moins 600 000 $.

Une partie d'un sentier est détruit par l'érosion et entouré d'une clôture

Plusieurs segments du sentier du Littoral ont dû être clôturés en raison de l'érosion côtière (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Le maire suppléant souligne que la réfection de ces infrastructures est importante pour la population, mais qu'elle doit être assortie de travaux pour contrer l'érosion.

Il y a un contexte de protection qui est omniprésent parce que justement on ne pouvait pas se permettre de faire ces projets-là sans avoir préalablement instauré des protections, parce que l'érosion nous gruge de façon très rapide, mentionne Jean-Philippe Déraspe.

Malgré les changements climatiques, l'érosion et tout ce qui se passe, il y a quand même une volonté de garder un accès aux lieux patrimoniaux qu’on a l’habitude de fréquenter.

Une citation de :Jean-Philippe Déraspe, maire suppléant

La Municipalité espère remettre sur pied la promenade piétonnière qui borde le site historique de La Grave en 2021. La restauration du sentier du Littoral est prévue pour 2022, parallèlement aux travaux pour freiner l’érosion sur les falaises de Cap-aux-Meules.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !