•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La levée de l'ordre de rester chez soi en Ontario inquiète des médecins hygiénistes

La santé publique est préoccupée par la propagation des variants.

Une enseigne à l'entrée du centre de soins de longue durée Roberta Place qui informe les visiteurs qu'il y a une éclosion.

Le foyer pour aînés Roberta Place, à Barrie, a fait face à une éclosion mortelle liée au variant britannique.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Radio-Canada

« J'aurais préféré attendre que la situation soit moins précaire », affirme le chef de la santé publique de la région de Simcoe Muskoka.

L'ordre provincial de rester à la maison est levé depuis mercredi dans la région de Kingston, notamment, et doit l'être dans 28 régions de l'Ontario le 16 février, y compris Simcoe Muskoka, au nord de Toronto.

Or, le variant britannique, plus contagieux, sème l'inquiétude dans la région. Il est lié à une éclosion qui a déjà fait 69 morts au foyer pour aînés Roberta Place, à Barrie.

Par ailleurs, au moins un cas lié à la mutation du coronavirus a aussi été confirmé parmi les personnes infectées au centre de santé mentale Waypoint, à Penetanguishene. L'éclosion a fait 5 morts depuis le 22 janvier, ajoute le médecin hygiéniste local, le Dr Charles Gardner.

Il presse ses concitoyens de continuer à limiter leurs déplacements le plus possible, même une fois que sera levé l'ordre provincial de rester chez soi.

Je crains de perdre une mesure très efficace de contrôle [des infections].

Une citation de :Le Dr Charles Gardner, médecin hygiéniste de Simcoe Muskoka

Même si les nouvelles infections sont à la baisse en Ontario depuis la mi-janvier, le nombre de cas causés par les variants plus contagieux et possiblement plus virulents est, lui, à la hausse.

Selon le dernier bilan, la province avait au moins 227 cas du variant britannique, 3 cas de la mutation sud-africaine et 1 cas du variant brésilien.

La médecin hygiéniste de Toronto, la Dre Eileen de Villa, a elle aussi exprimé ses craintes au sujet du déconfinement, qui doit avoir lieu le 22 février dans la Ville Reine. Le mieux pour Toronto, c'est de rester [en confinement], a-t-elle affirmé lundi.

Éclosion à North Bay

Dans le Nord de l'Ontario, les autorités de la santé publique soupçonnent qu'un variant soit responsable d'une éclosion dans un immeuble d'appartements à North Bay.

Au moins 19 personnes ont été infectées jusqu'à maintenant.

La santé publique a ordonné la fermeture d'une école où un cas lié à l'immeuble avait été signalé.

Le médecin hygiéniste local, le Dr Jim Chirico, presse les résidents de rester à la maison, affirmant qu'il s'agit d'une « menace sérieuse ».

Jusqu'à vendredi dernier, notre région avait un nombre relativement faible de cas [de COVID-19], dit-il. Ça nous donne la chance de contenir le variant. Mais plus que jamais, il faut redoubler de vigilance et prioriser la santé et la sécurité de notre communauté plutôt que [nos besoins] personnels.

Dans le comté de Prince Edward, où l'ordre de rester chez soi a été levé mercredi et où les magasins peuvent rouvrir, mais avec un nombre réduit de clients, les autorités de la santé publique interdisent, de la part de visiteurs des autres régions qui sont toujours confinées, les réservations d'hébergement, de services personnels et de restaurants, sauf dans le cas de visites pour des motifs essentiels.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !