•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La vérité sur l’écrasement du vol PS752 pourrait ne jamais être révélée

Des travailleurs du Croissant-Rouge vérifient les débris de l'avion PS752 d'Ukraine International Airlines.

Des travailleurs du Croissant-Rouge vérifient les débris de l'avion PS752 d'Ukraine International Airlines.

Photo : Reuters / Nazanin Tabatabaee/WANA

Radio-Canada

Dans un enregistrement secret obtenu par CBC, un homme identifié comme étant Mohammad Javad Zarif, le ministre iranien des Affaires étrangères, évoque parmi « 1000 possibilités » que l’avion ukrainien abattu près de Téhéran par deux missiles en janvier 2020 soit une attaque délibérée impliquant « deux ou trois infiltrés ».

Il y aurait eu deux ou trois personnes qui ont fait ça. Et ce n'est pas du tout improbable. Ils auraient pu être des infiltrés […] Peut-être que c'était vraiment à cause de la guerre et c'était le radar, a dit l’homme dans l’enregistrement.

Il cite également la Russie comme un exemple de pays accusé d'avoir participé à l'abattage d'un avion (vol 17 de Malaysia Airlines en 2014), mais qui ne l'a jamais admis.

Il s’agirait d’une conversation privée tenue dans les mois qui ont suivi la destruction du vol PS752.

Dans cet enregistrement, on entend l’orateur dire que la vérité ne sera jamais révélée par les plus hauts niveaux du gouvernement et de l'armée iranienne.

Il y a des raisons pour lesquelles la vérité ne sera jamais révélée, dit-il en farsi.

Ils [les Gardiens de la révolution, NDLR] ne nous le diront pas, ni à personne d'autre, car s'ils le font, cela ouvrira des portes dans les systèmes de défense du pays qui ne seront pas dans l'intérêt de la nation de le dire publiquement.

Le 8 janvier 2020, le corps des Gardiens de la révolution islamique iranien a abattu le vol 752 d'Ukraine International Airlines au-dessus de Téhéran avec deux missiles sol-air, tuant les 176 personnes à bord, dont 138 personnes liées au Canada.

Durant cette nuit, du 7 au 8 janvier,l’armée iranienne avait lancé une salve de missiles balistiques contre des bases américaines en Irak en représailles à l’assassinat du général Qassem Soleimani en Irak le 2 janvier par un drone américain.

Au cours de l'année écoulée, M. Zarif a maintenu l'affirmation officielle du gouvernement selon laquelle l'erreur humaine était à l'origine de la catastrophe.

Peu de temps après l'accident, M. Zarif a déclaré qu'il était courageux de la part de l'armée de revendiquer la responsabilité, mais a ajouté que des responsables militaires l'ont gardé, lui et le président, dans l'obscurité pendant des jours.

Les responsables de la sécurité étudient l'enregistrement

Ralph Goodale, conseiller spécial du premier ministre Justin Trudeau pour le dossier du vol PS752, a dit que le gouvernement était au courant de l'enregistrement. L'équipe canadienne d'examen et d'évaluation médico-légale en a obtenu une copie en novembre, a-t-il affirmé.

M. Goodale a ajouté que le fichier audio contient des informations sensibles et commenter publiquement ses détails pourrait mettre des vies en danger.

Il a mentionné que la GRC, le Service canadien du renseignement et de sécurité (SCRS) et le Centre de la sécurité des télécommunications évaluaient l'authenticité de l'enregistrement.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !