•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Saskatchewan fait le point sur son plan de vaccination

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Paul Merriman s'adresse aux journaliste lors d'une conférence de presse à Regina.

En date du 8 février 2020, seul 9075 personnes ont reçu leurs deux doses du vaccin soit seulement 0,77 % de la population totale de la Saskatchewan.

Photo : La Presse canadienne / Michael Bell

Radio-Canada

La Saskatchewan a fait le point mardi sur le plan de vaccination provincial. Ils ont notamment donné davantage de détails sur la phase 2 de l’opération, celle où la population générale pourra recevoir le vaccin.

Initialement prévue pour le mois d’avril, le gouvernement reconnaît maintenant que la seconde étape du plan pourrait être repoussée jusqu’en juin en raison des retards de livraisons de vaccins tant par Moderna que par Pfizer-BioNTech.

La Saskatchewan prévoit d’ailleurs recevoir 13 100 doses de moins pour la première phase du plan provincial.

Une fois la vaccination auprès de la population générale sera commencée, la distribution se fera par tranche d’âge. Les personnes ayant entre 60 et 69 ans seront d’abord priorisées, suivront ensuite celles ayant entre 50 et 59 ans et ainsi de suite.

Ce choix a été fait puisque l’âge des malades de la COVID-19 est le principal facteur en ce qui concerne les risques de complication et même de mort.

La priorité sera également donnée aux adultes et aux employés des refuges communautaires ainsi qu’à ceux résidant ou travaillant dans les maisons communautaires où vivent des personnes atteintes de déficiences intellectuelles.

La Saskatchewan vaccinera également en premier les personnes ayant une santé cliniquement très vulnérable, comme les personnes souffrant de certaines formes de cancer ou ayant des problèmes respiratoires sévères.

La Saskatchewan souhaite vacciner le plus de personnes possible, a rappelé Paul Merriman. Le début de la vaccination générale dépendra toutefois de la quantité de doses disponibles et de la régularité de leur livraison. Nous demeurons confiants que la phase 2 du plan pourra s’amorcer en avril si l’on se fie au calendrier du gouvernement fédéral.

Où pourrez-vous vous faire vacciner?

Diverses options s’offriront aux Saskatchewanais pour recevoir le vaccin.

L’Autorité de la santé de la Saskatchewan (SHA) mettra en place 226 cliniques dans 181 communautés à travers la province. Parmi celles-ci, on retrouvera des cliniques mobiles, des cliniques standard et même des cliniques au volant.

La SHA mobilisera 2200 de ses employés pour vacciner la province.

D’autres lieux offrant le vaccin s’ajouteront à la liste telle que des pharmacies, des bureaux de médecin ou encore à travers des partenariats avec de grandes entreprises.

Une fois la première injection faite, une preuve de vaccination sera disponible tant en version papier qu’en version électronique.

Une distribution au ralenti

En date du 8 février 2021, la province a administré 44 521 doses de vaccin et 9075 personnes ont reçu deux doses. Cela correspond à 0,77 % de la population totale de la Saskatchewan.

Comparativement aux autres provinces et territoires, seule l'Île-du-Prince-Édouard a vacciné un plus grand pourcentage de sa population avec 1,9 %.

Cependant, le gouvernement provincial est loin d’être satisfait. Le premier ministre, Scott Moe, a déclaré lundi qu’un problème de disponibilité persiste et pourrait avoir un effet négatif sur le plan de vaccination initial.

Je serais ravi de dire que nous avons un flux rapide et fiable de livraison de vaccin en Saskatchewan chaque semaine, mais cela n'est tout simplement pas le cas.

En janvier, des retards de livraison de la part de Pfizer-BioNTech ont entraîné un ralentissement majeur des vaccinations. Scott Moe a aussi critiqué le gouvernement fédéral pour avoir manqué à sa promesse d’importer des doses de vaccin fréquemment.

Pour finaliser la phase 1, la province a besoin de 337 013 doses supplémentaires. Même si la province se mettait à administrer 2000 doses par jour, il lui faudrait 168 jours ou jusqu'au 26 juillet pour terminer la phase 1 et passer à la phase 2.

Les vaccins seront disponibles dès que nous les recevrons.

Scott Moe, premier ministre de la Saskatchewan

Le gouvernement provincial s'attend à recevoir 23 400 doses du vaccin Pfizer-BioNTech au cours des deux premières semaines du mois de mars.

Des paroles qui ne passent pas

Selon le premier ministre de la Saskatchewan, la pandémie de COVID-19 commencera à toucher à la fin uniquement au moment où le vaccin sera de plus en plus disponible. Des mesures supplémentaires, comme un autre confinement, ne sont pas envisagées.

Quels que soient les mesures et les confinements stricts mis en place, ils ne mettront pas fin à cette pandémie. Ce sont des mesures provisoires pour nous aider à atteindre la ligne d'arrivée, a confié Scott Moe lundi.

Actuellement, seuls les casinos et les salles de bingo sont fermés depuis l’automne dernier lorsque le nombre de cas quotidiens à commencé à grimper. Les sports d'équipe pour les moins de 18 ans sont autorisés, à certaines conditions : les participants doivent porter un masque, maintenir une distance physique et être dans un groupe de 8 personnes au maximum.

Cependant, le premier ministre refuse d'imposer un nouveau confinement pour permettre aux personnes qui ne peuvent pas faire du télétravail de continuer à travailler.

C’est facile pour certains de dire que nous devons tout refermer lorsqu'ils ont la possibilité de travailler à domicile.

Ryan Meili, portant le masque, lors d'une entrevue avec La Presse canadienne.

Dès le début de la pandémie en mars, Ryan Meili a rapidement mis de la pression sur le premier ministre Scott Moe. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Michael Bell

Des propos que le chef de l’opposition, Ryan Meili, qualifie de gifle au visage pour les Saskatchewanais ayant perdu un être cher ou envers ceux qui travaillent dans le domaine de la santé.

Le vaccin est fantastique, mais il ne ramènera pas ceux que nous avons perdus et ceux que l’on risque encore de perdre, explique le chef néo-démocrate. Au cours des deux dernières semaines, la Saskatchewan a eu plus de cas, plus de décès par 100 000 habitants que n’importe quelle autre province.

Autant de morts n’étaient pas nécessaires. Nous aurions pu changer les choses.

Ryan Meili, chef du Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan

Ryan Meili rappelle que lui et son parti n’étaient pas les seuls à demander un confinement provincial à la mi-novembre. 400 travailleurs de la santé avaient envoyé une lettre au gouvernement.

Ces personnes ne sont pas du genre à pouvoir travailler de la maison. Ces personnes sont celles qui se battent en première ligne pour sauver des vies, pour nous protéger.

À l’époque, la Saskatchewan comptait alors 32 décès liés à la COVID-19. La province en est maintenant rendue à 346.

Avec les informations de Adam Hunter

Visitez notre dossier sur les vaccins contre la COVID-19.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !