•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa considère que les fioles du vaccin de Pfizer-BioNTech contiennent six doses

Le Canada recevra conséquemment 400 000 doses du vaccin de Pfizer la semaine prochaine, et 475 000 doses la semaine suivante, annonce le major-général Dany Fortin.

Une fiole du vaccin Pfizer-BioNTech contre la COVID-19.

Ottawa considère maintenant qu'une fiole du vaccin de Pfizer-BioNTech contient six doses.

Photo : Reuters

Santé Canada considère désormais que les fioles du vaccin contre la COVID-19 de Pfizer-BioNTech contiennent six doses plutôt que cinq, comme c'était le cas jusqu'à présent.

En vertu de ce changement, le Canada s'attend désormais à recevoir 400 000 doses de ce vaccin la semaine prochaine et 475 000 doses la semaine suivante, a indiqué le major-général Dany Fortin.

Le changement, qui avait été demandé par Pfizer, fait en sorte que la compagnie se rapprochera plus facilement des 4 millions de doses qu'elle s'est engagée à livrer à Ottawa d'ici la fin mars.

En envoyant le même nombre de fioles que prévu, la pharmaceutique se trouve à fournir beaucoup plus de doses que ce qui aurait été le cas si le Canada avait continué de considérer qu'une fiole en contient cinq.

Le contrat qu'Approvisionnement Canada a conclu avec Pfizer prévoit la livraison de doses, et non de fioles, a rappelé la sous-ministre adjointe à Services publics et Approvisionnement Canada, Arianne Reza.

Même s'il y a une modification quant au nombre de doses par flacon, la part globale allouée au pays par le fabricant reste la même.

Une citation de :Le major-général Dany Fortin

La modification, qui ne touche pas les 70 000 doses du vaccin attendues cette semaine, mettra toutefois de la pression sur les provinces, qui devront maintenant s'assurer que leurs vaccinateurs peuvent extraire les six doses.

Le changement a été approuvé au terme d'un examen scientifique indépendant et exhaustif des renseignements fournis par Pfizer, a indiqué mardi en conférence de presse le directeur du Bureau des sciences médicales de Santé Canada, le Dr Marc Berthiaume.

Lors de l'examen, il a été déterminé que six doses complètes pouvaient être extraites de façon constante et fiable de chaque flacon de vaccin.

Une citation de :Le Dr Marc Berthiaume, directeur du Bureau des sciences médicales de Santé Canada
Le Dr Marc Berthiaume et la Dre Supriya Sharma, assis à une table, en conférence de presse.

Le Dr Marc Berthiaume, directeur du Bureau des sciences médicales de Santé Canada, et la Dre Supriya Sharma, conseillère médicale principale de Santé Canada, en conférence de presse le 23 décembre.

Photo : La Presse canadienne / David Kawai

Des seringues spéciales nécessaires

Pour parvenir à extraire six doses, les vaccinateurs doivent utiliser des seringues à faible volume mort, conçues pour limiter la quantité de liquide qui demeure dans le tube après l'administration du vaccin, a-t-il précisé.

Ottawa a commandé de telles seringues par millions, et de premières livraisons sont faites cette semaine aux provinces, a rappelé le major-général Dany Fortin, responsable de la logistique de distribution de vaccins au pays.

Grâce aux achats fédéraux, il y a suffisamment d'équipements en réserve pour effectuer une vaccination en fonction des doses de vaccins dont nous disposerons au cours des prochaines semaines, a-t-il affirmé.

Nous avons déjà reçu des seringues à faible volume mort, et nous continuerons d'en recevoir jusqu'en mai 2021, a-t-il ajouté, sans donner de chiffres plus précis.

Les points de chute, les quantités exactes, ce sont des informations qu'on préfère ne pas divulguer trop ouvertement – comme l'endroit de livraison exact des vaccins – pour des raisons de sécurité, pour assurer la viabilité de nos programmes d'immunisation.

Une citation de :Le major-général Dany Fortin

Le sous-administrateur en chef de l'Agence de la santé publique du Canada, le Dr Howard Njoo, a indiqué qu'une formation sera bientôt offerte aux vaccinateurs pour s'assurer qu'ils puissent extraire toutes les doses d'une fiole.

La sous-ministre adjointe Reza n'a cependant pas pu dire si Pfizer s'engageait à dédommager le Canada pour des sixièmes doses non extraites des fioles. Elle s'est contentée de dire qu'Approvisionnement Canada suivra la situation.

Les mathématiques de l'extraction du vaccin

Une fiole du vaccin de Pfizer-BioNTech contient 0,45 millilitre de vaccin, auquel il faut ajouter 1,8 ml de solution saline, pour un total de 2,25 ml, a précisé le Dr Berthiaume en conférence de presse. Chacune des six doses de vaccin nécessite 0,3 ml, pour un total de 1,8 ml. Il reste donc un résidu de 0,45 ml. Selon lui, les pertes habituelles sur les parois d'une fiole ou restant dans une seringue doivent équivaloir normalement à 0,2 ml, ce qui laisse un coussin de 0,25 ml par fiole pour les vaccinateurs.

Une sixième dose difficile à extraire jusqu'ici

Le Secrétariat américain aux produits alimentaires et pharmaceutiques (FDA) des États-Unis et l'Agence européenne des médicaments avaient déjà accepté en janvier de considérer qu'une fiole du vaccin de Pfizer-BioNTech contient six doses plutôt que cinq.

L'autorisation de Santé Canada est assortie de certaines conditions. Pfizer devra notamment fournir de l'information sur les seringues à faible volume mort et le processus à employer, et fournir un rapport trimestriel sur les plaintes reçues pour déterminer s'il y a des problèmes pour extraire la sixième dose.

À la fin du mois de janvier, le major-général Fortin et le Dr Njoo avaient admis ne pas savoir à quelle fréquence les vaccinateurs du pays arrivaient à extraire cette sixième dose.

Une porte-parole du ministère québécois de la Santé avait préalablement indiqué dans un courriel à Radio-Canada que ses vaccinateurs n'y parvenaient qu'à l'occasion. Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, disait y parvenir 1 fois sur 7.

Mardi, le major-général Fortin a affirmé que plusieurs juridictions parvenaient à extraire cette sixième dose, mais sans être plus précis. Il a dit croire que le recours à des seringues à faible volume mort permettrait d'y parvenir avec plus de régularité.

Il y avait peut-être des fois une technique qui n’était pas optimale, puis une utilisation d’équipements variés [de sorte que l’obtention de six doses était plus aléatoire, a pour sa part avancé le Dr Berthiaume.

Maintenant, avec une formation, avec une clarté au niveau des équipements utilisés, avec des vidéos, avec des documents de référence pour les professionnels de la santé qui vont être distribués aux provinces, on est confiant qu’il va y avoir une obtention de six doses de façon systématique par fiole.

Une citation de :Le Dr Marc Berthiaume, directeur du Bureau des sciences médicales de Santé Canada

De très rares réactions allergiques graves

Santé Canada a aussi annoncé mardi qu'elle a mis à jour ses informations sur les réactions allergiques attribuables au vaccin de Pfizer-BioNTech.

Elles stipulent maintenant que de très rares réactions allergiques graves, y compris l'anaphylaxie, ont été déclarées lors de la vaccination de masse à l'extérieur du cadre des essais cliniques.

Une réaction allergique grave se produirait généralement de quelques minutes à une heure après l'administration d'une dose de vaccin, indique le ministère, qui maintient toutefois que cela ne modifie pas son profil avantage-risque.

Le vaccin AstraZeneca

Par ailleurs, la Dre Supriya Sharma, conseillère médicale principale de Santé Canada, a déclaré mardi que les autorités sanitaires du pays devraient approuver bientôt le vaccin de la compagnie AstraZeneca. Le processus d'approbation de produit en est à ses dernières étapes.

La Dre Sharma a précisé que les préoccupations entourant l'efficacité du vaccin AstraZeneca pour de nouveaux variants de la COVID-19 allaient être prises en compte.

Les experts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont dit lundi qu'ils examinaient ce vaccin. Son efficacité est remise en question auprès des personnes plus âgées et contre le variant sud-africain du virus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !