•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les taux d'échec bondissent chez les élèves du secondaire

Des élèves d'une école secondaire descendent un escalier à Bonn, en Allemagne, le 12 août 2020. On ne voit que leurs jambes. Des flèches sont dessinées sur le sol avec du papier collant jaune pour diriger les gens dans une direction ou une autre.

Des élèves d'une école secondaire descendent un escalier.

Photo : Reuters / Wolfgang Rattay

Les taux de réussite ont chuté dans les écoles secondaires du Québec durant la première partie de l’année scolaire, particulièrement en mathématiques. Le quart des élèves, de la 2e à la 5e secondaire, ont obtenu des mentions d’échec dans cette matière, selon des chiffres préliminaires.

C’est une augmentation. Habituellement, le taux d’échec tourne autour de 15 %, précise le président de la Fédération québécoise des directions d’établissement (FQDE), Nicolas Prévost, en entrevue à l'émission Première heure mardi matin.

En français, le taux d’échec des élèves du secondaire tourne autour de 20 %, tous niveaux confondus.

J’ai coulé des matières que normalement je passe, comme les mathématiques, l’éthique et l’histoire. En ligne, c’est plus dur de suivre, mentionne Marianne Bernier, une élève de 4e secondaire de l’école Jean-de-Brébeuf à Québec. J’ai quand même bien réussi mon bulletin, comparativement aux autres personnes de ma classe.

C’est le fait que tu sois chez toi, un environnement où normalement tu ne fais pas tes études. Disons que ce serait plus facile de faire ça à l’école, renchérit William Power, élève de 5e secondaire de la même école.

La FQDE a recueilli les résultats du premier bulletin de l’année dans une centaine d’écoles primaires et une trentaine d’écoles secondaires de la province. Jusqu’à maintenant, le taux de réussite est plutôt stable dans les écoles primaires, selon la Fédération.

Un retard dans leur apprentissage

Habituellement, à cette période, les élèves devraient recevoir leur deuxième évaluation. Cette année, dans le contexte de la pandémie, le ministère de l’Éducation a décidé qu’ils ne recevront que deux bulletins. Selon Nicolas Prévost, les élèves ont accumulé un retard dans leur apprentissage puisque la crise sanitaire a bousculé le programme éducatif.

Oui, ce retard-là sera présent à la fin de l’année, dit-il. Il faut se laisser le temps, d’ici la fin de l’année et même l’année prochaine, pour revenir au niveau.

Une étudiante étudie en prenant des notes devant son ordinateur.

La pandémie a forcé les élèves à suivre leurs cours en ligne.

Photo : iStock

Selon lui, les élèves de 5e secondaire devront rattraper le retard qu’ils ont accumulé à leur entrée au cégep.

La tendance observée par la FQDE n'est toutefois pas la même partout. Par exemple, dans la région de Québec, le Centre de service scolaire des Premières-Seigneuries a plutôt remarqué une diminution du taux d'échec de 1 % au primaire et de 3 % au secondaire par rapport à l'an dernier. Au Centre de service scolaire des Découvreurs, le taux d'échec a connu une légère augmentation de 0,42 % au primaire et une diminution de 0,2 % au secondaire.

Le retour en classe demandé en zone orange

Alors que certaines régions du Québec connaissent des assouplissements des mesures sanitaires depuis lundi, la FQED plaide pour un retour en classe à temps plein pour tous les élèves du secondaire en zone orange.

Nicolas Prévost indique d’ailleurs en avoir fait la demande au ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge.

On va poursuivre ces demandes-là cette semaine, assure-t-il.

Depuis le début de l’année scolaire, les élèves de 3e, 4e et 5e secondaire suivent leurs cours à distance une journée sur deux. De manière générale, les résultats de ce premier bulletin de l'année laissent croire qu'ils n'ont pas été pénalisés par rapport aux élèves plus jeunes.

On s’attendait à avoir, en raison de l’enseignement à distance, un taux de réussite plus bas en 3e, 4e et 5e secondaire. Ce n’est pas le cas, note Nicolas Prévost.

Le programme de tutorat annoncé par Québec va donner un coup de pouce aux élèves en difficulté, ajoute-t-il, même si selon lui le montant alloué au programme n'est pas assez élevé.

Avec les informations de Hadi Hassin et de Kassandra Nadeau-Lamarche

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !