•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Forces armées canadiennes réduisent le recrutement à cause de la pandémie

Des recrues assises au sol à deux mètres de distance, respectant la distanciation physique.

L'instruction des recrues des Forces armées canadiennes se fait désormais en petits groupes.

Photo : École de leadership et de recrues des FC

Radio-Canada

L’intérêt pour les Forces armées canadiennes connaît une hausse depuis le début de la pandémie de COVID-19, mais les nouveaux membres sont acceptés en nombre réduit en raison des restrictions sanitaires.

On a vu une augmentation [du] nombre de personnes qui ont envie de postuler auprès des Forces, affirme le capitaine de vaisseau Pascal Belhumeur, commandant du Groupe du recrutement des Forces armées canadiennes.

Au cours d’une année normale, les Forces armées reçoivent environ 29 000 candidatures du mois de mars au mois de décembre. L’an dernier, ce chiffre est passé à environ 40 000 pour la même période.

La capacité d’enrôler est reliée à la capacité d’entraînement , explique cependant Pascal Belhumeur.

En mars 2020, les Forces armées ont suspendu les entraînements pour une période de trois mois. Lorsque les centres d’entraînement ont rouvert, leur capacité était grandement diminuée, afin d’assurer le respect des directives de la santé publique concernant la COVID-19.

L’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec, forme en temps normal plus de 5000 recrues par année. Or, entre le 1er avril et le 31 décembre 2020, seules 1085 recrues ont été enrôlées, contre 3800 au total pendant l'année fiscale 2019-2020.

Précision : Une version précédente de cet article mentionnait qu'en 2020, un peu plus de 3800 recrues ont été formées. Or, ce nombre correspond en fait aux personnes nouvellement recrutées et non pas formées, et est valable pour la période entre le 1er avril 2019 et le 31 mars 2020.

Il note que les Forces armées canadiennes ont dû adopter un modèle décentralisé pour augmenter leur capacité de formation des recrues en temps de pandémie. Pour ce faire, toutes les branches militaires ont dû prêter main-forte, ajoute M. Belhumeur.

Avec les informations d’Abdoulaye Cissoko

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !