•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un élu de Regina appelle à protéger les conseillers municipaux des groupes de pression

Gros plan sur l'édifice qui abrite l'hotel de ville de Regina.

Le conseiller Daniel LeBlanc, qui a déposé la motion visant à interdire tout partenariat entre la Ville et les compagnies pétrolières, avait finalement retiré son appui à la proposition, estimant que cette dernière avait trop divisé la communauté. (archives)

Photo : Radio-Canada / Kirk Fraser

Radio-Canada

Le conseiller municipal de Regina Daniel LeBlanc aimerait que le type de poste qu’il occupe soit dorénavant considéré comme un emploi principal et à temps plein, afin de protéger les élus de toutes formes de menaces.

Un tel changement permettrait selon lui aux élus de se concentrer sur la réalisation de leurs promesses électorales plutôt que de craindre les menaces de conséquences économiques sur leur vie personnelle en fonction de leur travail politique.

De nombreux conseillers municipaux font face au défi de garder leur emploi régulier comme principale source de revenus, malgré leur travail auprès de la Ville.

Cette proposition a pour but de réduire l’influence économique que certains groupes puissants peuvent avoir sur nous, tels que l’industrie du gaz et du pétrole, soutient-il. C’est mauvais pour la démocratie si les élus font des choix politiques dans le but d’éviter des représailles personnelles ou économiques.

Cette suggestion survient près de trois semaines après que Daniel Leblanc ait proposé un amendement le 20 janvier dernier afin d’interdire les partenariats et commandites de l’industrie pétrolière avec la ville de Regina.

De vives réactions de différents groupes de pression ont suivi cet épisode, sans oublier de nombreux messages écrits par des citoyens fâchés et inquiets et même une menace financière pour la Ville de la part du premier ministre Scott Moe.

Bien que certaines personnes lui aient affirmé soutenir les politiques écologiques (excepté cet amendement), d'autres sont allées jusqu’à lui souhaiter de perdre son emploi ou de mourir gelé.

J’ai peur qu’une minorité très bruyante de personnes qui ne veulent pas combattre les changements climatiques réussisse à enterrer la voix de la majorité désirant protéger l’environnement.

Une citation de :Daniel LeBlanc, conseiller municipal à la Ville de Regina

D’ailleurs, le 29 janvier, soit 9 jours après le dépôt de l’amendement sur les partenariats, la firme d’avocats GRJ Law qui embauchait Daniel LeBlanc a mis fin à son contrat de travail.

Ce dernier ne souhaite pas commenter la situation avec son ancien employeur tandis que celui-ci affirme que le dossier est confidentiel.

Sans emploi, Daniel LeBlanc a choisi de commencer sa propre firme d’avocat : LeBlanc Law.

Il espère ainsi avoir la flexibilité nécessaire pour accomplir son travail auprès du conseil municipal. Il croit également que cette nouvelle position le rendra moins vulnérable face aux différents lobbys.

Je ne dis pas que c’est la raison pour laquelle j’ai perdu mon emploi, mais je dis que de nombreuses personnes nous ont contactés, moi et d’autres conseillers municipaux, pour nous faire des menaces sur notre sécurité économique. De tels agissements sont faits dans le but que l’on change nos positions et nos votes, ce qui est très mauvais pour la démocratie.

Daniel LeBlanc croit que le conseil municipal aura besoin de courage politique pour maintenir plusieurs engagements écologiques faits lors de la dernière campagne électorale. Un tel courage sera facilité si les citoyens soutenant ces différentes initiatives se font entendre, rappelle-t-il.

Avec les informations de Heidi Atter

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !