•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Marie-Josée Lord : charismatique cantatrice

visage souriant de Marie-Josée Lord.

La soprano Marie-Josée Lord sur le plateau de l'émission « Pénélope McQuade », le 28 juillet 2014.

Photo : Radio-Canada / Julie Mainville

Radio-Canada

Avec sa voix cristalline et sa personnalité chaleureuse, la soprano Marie-Josée Lord envoûte le public depuis plus d’une quinzaine d’années. Retour en archives sur le parcours de cette cantatrice qui a su démocratiser l’art lyrique.

Marie-Josée Lord naît en 1970 à Port-au-Prince en Haïti. Adoptée par une famille de Lévis, elle arrive au Québec à l’âge de six ans.

Elle étudie d’abord le violon, puis le piano durant 15 ans. C’est d’ailleurs lors de ses études au Conservatoire de musique de Québec comme pianiste qu’elle découvre le chant lyrique.

En marchant dans les couloirs du Conservatoire, elle entend des élèves répéter Les noces de Figaro. L’effet sur elle est immédiat. Elle est bouleversée par le son des voix.

C’est ça la vie, 10 février 2011

Comme elle l’explique à l’animatrice Marcia Pilote à l’émission C’est ça la vie le 10 février 2011, 10 ans sont nécessaires pour former une soprano. Son expérience du violon et du piano lui permettra de réduire son temps d’apprentissage d’au moins trois ans.

Marie-Josée Lord arrive au chant à l’âge de 21 ans. Un âge tardif dans le métier, si l’on tient compte des nombreux concours auxquels doivent participer les jeunes artistes pour se forger un nom.

En 1998, elle remporte le prestigieux Concours international de chant de Verviers et le prix Raoul-Jobin.

Montréal ce soir, 7 février 2002

Le 7 février 2002, la journaliste Johanne Faucher présente au Téléjournal un reportage sur l’Atelier d’art lyrique de Montréal. Marie-Josée Lord y effectue un stage rémunéré d’une durée de trois ans en compagnie de dix autres chanteurs de talent.

La soprano entamera sa carrière professionnelle dès l’année suivante.

À l’automne 2003, elle interprète Liù dans Turandot (Puccini) à l’Opéra de Québec. À l’hiver 2004, dans une production de l’Opéra de Montréal, elle joue Mimi dans La bohème (Puccini).

C’est également en 2004 que le grand public fera sa connaissance alors qu’elle incarne Marie-Jeanne dans la version symphonique de l’opéra rock Starmania de Luc Plamondon et Michel Berger.

Téléjournal midi, 20 novembre 2004

Comme en témoigne la journaliste Lise Villeneuve qui assiste à la première montréalaise pour le Téléjournal du 20 novembre 2004, cette version symphonique de l’OSM, dirigé par Jacques Lacombe, laisse toute la place à l’interprétation des plus belles voix québécoises.

Des grands airs délicieusement orchestrés, livrés par des voix magnifiques, particulièrement celle de Marie-Josée Lord, magistrale, émouvante et renversante.

Une citation de :Lise Villeneuve

Après l’expérience de Starmania, la chanteuse sera invitée sur plusieurs plateaux télé, et sa personnalité rayonnante, drôle et empreinte de chaleur séduira même les plus néophytes de l’art lyrique.

En entrevue avec Sébastien Bovet au Téléjournal du 12 novembre 2010, Marie-Josée Lord présente son premier album qui reprend plusieurs classiques de l’opéra, mais aussi la chanson Le monde est stone tirée de Starmania.

Téléjournal midi, 12 novembre 2010

L’album comprend de grands airs comme Summertime (tiré de Porgy and Bess de Gershwin), La mamma morta (Andrea Chénier de Giordano) et Si mi chiamano Mimi (La bohème de Puccini).

Pour ce premier album enregistré avec l’Orchestre Métropolitain sous la direction de Simon Leclerc, Marie-Josée Lord recevra un trophée Félix et une nomination aux Juno.

Trois autres albums suivront sous étiquette d’Atma Classique : Yo soy Maria (2012), qui reprend des classiques latins, Amazing Grace (2014), un album de Noël, et Femmes (2018), qui rend hommage aux héroïnes des opéras de Verdi, Puccini et Massenet.

Marie-Josée Lord a interprété plusieurs grands rôles au cours de sa carrière, dont Laoula (L’étoile de Chabrier), Mère Lidoine (Dialogues des carmélites de Poulenc), Soeur Angélique (Suor Angelica de Puccini) et Violette (La traviata de Verdi).

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.