•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éclosions à T.-N.-L. : les élections provinciales plongées dans la tourmente

Montage de trois photos des trois chefs.

Les trois chefs de parti, de gauche à droite : Alison Coffin du NPD, Ches Crosbie du Parti progressiste-conservateur, Andrew Furey du Parti libéral.

Photo : Heather Gillis (CBC), Paul Daly (La Presse canadienne), Patrick Butler (Radio-Canada)

Une série de nouveaux de cas de COVID-19 signalée lundi dans la région de Saint-Jean, à Terre-Neuve, plonge la dernière semaine des élections provinciales dans la tourmente.

Consultez toutes nos nouvelles électorales.

La médecin hygiéniste en chef de la province, la Dre Janice Fitzgerald, a annoncé lors d’une conférence de presse inattendue, que la région de la capitale provinciale pourrait bientôt passer au niveau d’alerte 3 après la découverte de 11 nouveaux cas de COVID-19.

Depuis le déclenchement des élections, le 15 janvier dernier, les progressistes-conservateurs et les néo-démocrates dénoncent la décision d’appeler les électeurs aux urnes lorsque la grande majorité de la population n’a pas encore été vaccinée.

Le premier ministre sortant, Andrew Furey, n’a pas voulu admettre s'il regrettait sa décision de déclencher les élections, malgré la situation actuelle.

Nous comprenons tous l’incertitude que crée la pandémie. Nous avons pris cette décision en fonction du faible nombre de cas à l’époque, et nous avons toujours, pour le moment, des chiffres qui sont relativement bas, a exprimé le chef libéral lors du point de presse.

Andrew Furey.

Le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Andrew Furey, n'a pas voulu indiquer s'il avait des regrets relatifs au déclenchement des élections provinciales.

Photo : Radio-Canada

Andrew Furey indique que la décision de repousser les élections revient au commissaire des élections, Bruce Chaulk, en consultation avec la santé publique.

Élections T.-N.-L. ne repousse pas le vote pour le moment

En entrevue avec Radio-Canada, M. Chaulk indique que pour le moment, il n'a pas l'intention de repousser la date de scrutin.

Nous avons des indications de transmission communautaire dans un secteur en particulier, explique-t-il. Pour le moment, elle semble être localisée.

Bruce Chaulk en entrevue.

Le commissaire à l'éthique de Terre-Neuve-et-Labrador, Bruce Chaulk.

Photo : CBC

M. Chaulk ajoute parcontre qu’Élections Terre-Neuve-et-Labrador pourrait toujours décider de repousser le vote.

Nous pourrions prendre cette décision, mais plus près du jour du scrutin.

Une citation de :Bruce Chaulk, commissaire provincial aux élections

Le chef progressiste-conservateur, Ches Crosbie, a vivement critiqué la situation et la date du scrutin choisi par M. Furey.

Andrew Furey nous a mis dans cette situation, qui n’est pas du tout nécessaire, affirme-t-il.

M. Crosbie souligne que l’an dernier, la majorité des députés de la Chambre d’assemblée ont recommandé de tenir les élections en octobre, bien après le début des campagnes de vaccination et le dévoilement du rapport d’un comité indépendant qui se penche sur la restructuration des finances publiques.

Les électeurs en isolement ne pourront pas voter

Élections Terre-Neuve-et-Labrador indique que les personnes en auto-isolement ne pourront pas voter, parce que la loi électorale ne permet pas le vote en ligne ou par téléphone. Bruce Chaulk indique que les employés de l’agence ne peuvent pas être déployés aux domiciles des personnes en confinement à cause des règles sanitaires.

La cheffe du NPD, Alison Coffin, estime que des électeurs pourraient rester chez eux par crainte de contracter le virus au bureau de scrutin.

Nous avons des gens qui ne peuvent pas voter parce qu’ils sont en auto-isolement et d’autres qui vont décider de ne pas voter, malgré les efforts du personnel d’Élections T.-N.-L., soutient-elle.

Les écoles comme bureaux de scrutin?

La Dre Fitzgerald estime que pour le moment, les écoles pourront toujours être transformées en bureau de scrutin. Cette décision a déjà a été critiqué par l'Alliance de Terre-Neuve-et-Labrador et le NPD.

Le problème ici, ce sont les contacts, ce n’est pas l’école ou l’édifice, indique-t-elle.

La santé publique annonce que des centaines de personnes sont actuellement en isolement. Le covoiturage pour permettre aux électeurs sans véhicules d’aller voter n’est plus permis si toutes les personnes dans la voiture ne font pas partie de la même bulle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !