•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : le NPD demande le maintien de la semaine de relâche

La chef de l'opposition officielle de l'Ontario, Andrea Horwath, les  bras au ciel, en conférence de presse.

Pour la chef de l'opposition officielle de l'Ontario, Andrea Horwath, le gouvernement a le pouvoir de poser les gestes nécessaires maintenant afin de permettre une relâche qui soit sécuritaire.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Radio-Canada

Le NDP demande au gouvernement de Doug Ford de s’engager à maintenir la semaine de relâche scolaire prévue dans cinq semaines.

L'opposition néo-démocrate exige également la mise en place le plus tôt possible de mesures comme le dépistage rapide à plus grande échelle ainsi que l’instauration de congés de maladie payés.

Le ministre de l'Éducation, Stephen Lecce, a demandé la semaine dernière au médecin hygiéniste en chef de la province, le Dr David Williams, d'évaluer l'idée d'annuler la semaine de relâche, afin de limiter les déplacements et la propagation de la COVID-19. Il a affirmé que sa décision sera prise uniquement en fonction des recommandations de la santé publique.

En conférence de presse lundi, la chef de l'opposition officielle du NPD, Andrea Horwath, a sommé le gouvernement ontarien de ne pas annuler la semaine de relâche prévue du 15 au 19 mars en Ontario afin de donner une pause à la fois aux élèves, à leurs parents et aux enseignants.

Pour les parents, les enseignants, les élèves, les éducateurs; tout le monde est épuisé., a lancé d’emblée Mme Horwath, ajoutant que cette pause sera bénéfique pour la santé mentale et émotive de tous.

La possibilité évoquée par le ministre Lecce d'annuler la semaine de relâche cette année à cause de la pandémie a suscité une levée de boucliers chez les syndicats d'enseignants.

Des enfants font de la luge.

La chef de l’opposition Andrea Horwath affirme que même une semaine de relâche plus modeste peut permettre aux familles de se changer les idées.

Photo : getty images/istockphoto / EvgeniiAnd

Une relâche à la maison ?

La chef de l’opposition affirme que même si les activités de la relâche devront fort probablement être restreintes en raison des risques de transmission qui demeurent élevés, il faut permettre aux familles de décrocher.

La relâche sera un moment pour respirer, pour ne pas se soucier que son enfant est bien branché [...] et juste pour ne pas penser à l’école.

Les experts en santé sont toutefois partagés. Certains évoquent une pause nécessaire tant pour les élèves que les enseignants, d’autres parlent de risques de transmission relativement plus faibles en poursuivant les classes.

Selon Andrea Horwath, Doug Ford doit aussi montrer l’exemple.

Qu’il ne dise pas aux gens d’un côté de passer la relâche à la maison alors que lui-même se rend à son chalet, comme nous l’avons vu par le passé

Une citation de :Andrea Horwath, chef du NPD.

Une décision « claire plus tôt que tard »

Le NPD demande également au gouvernement de communiquer sa décision quant à l’annulation ou non de la semaine de relâche dans les plus brefs délais, dès aujourd’hui si possible , lance Andrea Horwath.

La critique du NPD en matière d'éducation, Marit Stiles, réclame pour sa une prise de décision claire. Nous avons besoin d’un gouvernement qui a retenu les leçons apprises l'année dernière, qui prendra des mesures nécessaires et qui aura un message clair et cohérent pour les Ontariens, indique-t-elle.

Mme Horwath admet cependant que même si une décision est prise dans les prochains jours concernant l’annulation ou non de la semaine de relâche le mois prochain, la santé publique pourrait devoir revenir sur celle-ci advenant une remontée des cas de transmissions.

Mais le gouvernement a le pouvoir de poser les gestes nécessaires maintenant afin de permettre une relâche qui soit sécuritaire, insiste la chef néo-démocrate.

Plus d'investissements

Pour permettre aux élèves et aux enseignants de profiter d’une relâche qui ne mettent à risque la santé des Ontariens, le NPD réitère ses demandes d’investissement ciblés vers des programmes de congés de maladie payés ainsi que pour un plan de dépistage rapide accessible aux personnes asymptomatiques.

Pour s’assurer d’avoir une semaine de relâche sécuritaire, Doug Ford doit investir et mettre en place des mesures dès maintenant, comme un meilleur plan de dépistage et des congés de maladie payés.

Une citation de :Andrea Horwath, chef du NPD.

Le NPD demande également un nombre d’élèves par classe réduit à un maximum de 15 ainsi que de meilleurs systèmes de ventilation dans les écoles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !