•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Doug Ford met un masque des Maple Leafs lors d'un point de presse le 8 février.

Le premier ministre Doug Ford en a fait l'annonce en point de presse lundi. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Radio-Canada

L'Ontario se déconfine. Les magasins non essentiels pourront rouvrir - avec certaines conditions - le 10, le 16 ou le 22 février, dépendamment de la région.

Les régions desservies par les bureaux de santé publique suivants pourront souffler dès mercredi :

  • Santé publique Hastings Prince Edward
  • Santé publique Kingston, Frontenac et Lennox & Addington
  • Unité de santé du du district de Renfrew County

Ces trois régions retourneront au code de couleur vert. Il s'agit d'un retour au code de couleurs utilisé dans la province avant le 26 décembre, date à laquelle le gouvernement a imposé un confinement panprovincial.

Ceci signifie, entre autres, que les bars et restaurants de ces trois régions pourront rouvrir leurs portes, sous certaines conditions. Cliquez ici pour une liste complète des mesures par code de couleur.

Les couleurs des autres régions à venir

Presque toutes les régions passeront à un code de couleur le 16 février. Ces couleurs n'ont toujours pas été attribuées, ce qui signifie que les règles sanitaires en vigueur mardi prochain seront dévoilées sous peu.

Trois exceptions demeurent : la ville de Toronto ainsi que ses banlieues de Peel et de York resteront en confinement jusqu'au 22 février.

Déconfinement en trois temps :

  • 10 février (3 régions) : Bureaux de santé publique de Kingston, comtés de Prince Edward et Renfrew
  • 16 février (28 régions) : Bureaux de santé publique d'Algoma, Brant, Chatham-Kent, Durham, Est ontarien, Grey Bruce, Haldimand-Norfolk, Halton, Haliburton, Kawartha et Pine Ridge, Hamilton, Huron-Perth, Lambton, Leeds, Grenville et Lanark, Middlesex-London, Niagara, Nord-Ouest, North Bay-Parry Sound, Ottawa, Peterborough, Porcupine, Sudbury, Waterloo, Simcoe Muskoka, Sud-Ouest, Thunder Bay, Timiskaming, Wellington-Dufferin-Guelph et Windsor-Essex
  • 22 février (3 régions) : Bureaux de santé publique Toronto, Peel et York

Aider les PME

Le premier ministre Doug Ford a donné les détails de son plan de réouverture de l'économie en point de presse lundi.

L'état d'urgence sanitaire déclaré en janvier prendra fin mardi.

Selon le premier ministre, la priorité demeure la santé publique, mais il souligne que le taux de chômage est élevé et qu'il faut faire tout ce qui est possible pour aider les PME.

Il affirme fonder son plan de déconfinement sur des indicateurs comme les nouveaux cas et les hospitalisations, qui sont à la baisse.

Nous voyons des éclaircies à travers les nuages. Mes amis, les restrictions fonctionnent et l'ordre de rester chez soi sauve des vies.

Une citation de :Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

Il faut donner un peu d'espoir aux gens, a ajouté lundi la solliciteure générale, Sylvia Jones, pour expliquer la décision du gouvernement d'amorcer le déconfinement. Toutefois, elle presse les Ontariens de continuer à respecter les consignes de la santé publique, y compris de porter un couvre-visage.

La ministre de la Santé, Christine Elliott, a déclaré pour sa part qu'il ne s'agit pas d'un retour à la normale et que le déconfinement pourrait être interrompu brusquement et en tout temps si les taux d'infection bondissent. Elle n'a pas fixé de seuil précis, toutefois.

Nous avons constaté certains progrès dans notre lutte contre la COVID-19, mais la situation dans nos hôpitaux reste précaire et les nouveaux variants constituent une menace considérable pour nous tous.

Trop tôt?

Le nombre de nouvelles infections quotidiennes dans la province se situe autour de 1500 ou moins depuis une semaine. L'Ontario a recensé 1265 nouveaux cas lundi.

Les hospitalisations sont aussi à la baisse, se chiffrant à moins de 1000 dimanche, pour la première fois depuis le début janvier. Il y avait toutefois 335 patients infectés par la COVID-19 aux soins intensifs lundi.

Le médecin hygiéniste en chef de l'Ontario, le Dr David Williams, avait laissé entendre à la mi-janvier qu'il faudrait que les nouveaux cas de coronavirus chutent à environ 1000 par jour et qu'il y ait moins de 150 patients aux soins intensifs avant de lever le confinement.

Nous voyons nos chiffres évoluer dans la bonne direction, mais notre situation reste précaire, car les variants préoccupants demeurent un risque sérieux, précise le Dr Williams dans un communiqué émis lundi.

La cheffe de l'opposition officielle, la néo-démocrate Andrea Horwath, disait avant l'annonce craindre que le confinement soit levé « trop rapidement » et que le gouvernement « répète les erreurs » qui ont mené à la deuxième vague. Il ne faut pas juste rouvrir, affirmait-elle. Il faut le faire en sécurité.

Elle accuse Doug Ford de ne pas avoir fait les investissements nécessaires dans les soins de longue durée, le dépistage et les écoles, notamment. La deuxième vague n'aurait pas dû être aussi dévastatrice. Mais Doug Ford a choisi d'épargner de l'argent au détriment de la santé publique.

Au Québec, les commerces non essentiels peuvent rouvrir leurs portes lundi, après six semaines de fermeture.

Réouverture des écoles

Les élèves de 13 autres régions du Sud de l'Ontario, y compris Durham, Hamilton et Windsor, retournent en classe lundi.

Les écoles étaient déjà rouvertes dans le Nord de l'Ontario et dans la région d'Ottawa, notamment.

Les élèves des zones chaudes de Toronto, Peel et York, où les écoles sont fermées depuis le congé des Fêtes, devront poursuivre leur apprentissage en ligne jusqu'au 16 février.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !