•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 150 personnes placées en isolement préventif à l'école du Touret

La façade de l'école du Touret.

L'école du Touret de Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Sébastien Prieur

Radio-Canada

Près de 150 personnes fréquentant ou enseignant à l'école du Touret à Sherbrooke ont été placées en isolement après une éclosion de COVID-19 qui force la fermeture complète du troisième étage de l'établissement. Jusqu'à maintenant, deux membres du personnel et sept élèves ont reçu un diagnostic de COVID-19.

La Direction de la santé publique de l'Estrie a dévoilé dimanche que 42 des 115 membres du personnel ainsi que 96 des 165 élèves de l’établissement ont été placés en quarantaine de façon préventive.

La médecin-conseil à la direction de la santé publique du CIUSSS de l'Estrie-CHUS, Mélissa Généreux, explique que la vocation de l’école nécessite une intervention particulière, puisque les élèves de l’école sont âgés de 4 à 21 ans et ont une déficience intellectuelle. Beaucoup d'entre eux sont à risque de complications s'ils attrapent la COVID-19.

On a voulu être plus prudent que pas assez dans un contexte où on sait que les élèves du Touret présentent une déficience intellectuelle, ce qui fait en sorte que le rapport entre les membres du personnel et les élèves est plus un rapport de proximité, précise la Dre Généreux. On veut maximiser nos chances de freiner la propagation du virus.

On sait que l’isolement des jeunes pendant 14 jours peut avoir un impact psychosocial pour les familles. C’était un dur choix.

Une citation de :Dre Mélissa Généreux, médecin-conseil à la direction de la santé publique du CIUSSS de l'Estrie-CHUS

Le fait que plusieurs élèves de l’école fréquentent aussi certaines ressources du CIUSSS de l’Estrie-CHUS a plaidé en faveur de la fermeture de l’étage.

On ne voudrait pas que les gens développent la maladie et qu’en plus, ils risquent de l’importer dans des ressources et créer des éclosions, explique Dre Généreux

Difficile pour les élèves et pour leur famille

L'isolement n'est pas facile pour les élèves et pour les membres de leur famille, qui ont été avertis dimanche de l'éclosion.

Denize Fournelle fait partie des parents touchés; son fils Enzo a été placé en isolement préventif de deux semaines et elle doit l'amener passer un test de dépistage lundi matin. Elle ne sait pas encore comment elle et son mari pourront travailler et s'occuper de leur fils, qui requiert des soins constants. De plus, les règles sanitaires liées à la quarantaine font en sorte qu'elle ne pourra pas recevoir d'aide à domicile.

Contrairement à la première période où les écoles avaient été fermées, j'avais quelqu'un qui venait à la maison s'occuper de mon garçon. Cette fois-ci, je ne peux pas avoir personne qui puisse venir à la maison, donc c'est juste moi et mon conjoint qu'on peut pallier à ses besoins et répondre à toute l'organisation que ça va demander, explique-t-elle.

Je ne sais pas trop, en fait, comment on va s'organiser pour maintenir notre travail et pouvoir en même temps s'occuper de lui, et possiblement faire l'école à la maison.

Une citation de :Denize Fournelle

Même si elle dit comprendre la décision de l'administration de l'école, elle remarque aussi que l'isolement pèse lourd sur son fils.

Enzo a eu beaucoup de peine sachant qu'il ne pourrait pas voir ses amis pendant deux semaines, car c'est son seul milieu socialisant. Donc c'est encore plus difficile pour ces enfants-là, quand ils n'ont pas accès à l'école, conclut-elle.

Dépistage massif et réorganisation des tâches

La direction de l'établissement effectue actuellement une réorganisation des tâches pour permettre aux élèves qui ne sont pas en isolement de continuer à fréquenter l'école, note par communiqué le Centre de services scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSSRS).

Le CSSRS assure que les élèves qui n’ont pas été placés en isolement préventif peuvent continuer à se rendre à l'école en toute quiétude.

Une équipe de dépistage mobile se rendra à l'école lundi pour les membres du personnel. Les élèves devront quant à eux se rendre au centre de dépistage de Sherbrooke.

La Direction de la santé publique de l’Estrie dit s'attendre à ce que le bilan s’aggrave.

D'après les informations d'Emy Lafortune

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !