•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les effets du « COVID long » sous la loupe des chercheurs de Moncton

Des images de cerveaux sur un écran.

L’équipe de la docteure Chamard-Witkowski fera passer des tests cognitifs à plusieurs participants, tous guéris de la COVID-19 il y a au moins trois mois.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Fatigue, problèmes de concentration, et perte de mémoire sont quelques effets neurologiques enregistrés chez des personnes remises de la COVID-19. Un groupe de chercheurs de Moncton au Nouveau-Brunswick tente d’y voir plus clair.

76 % des personnes remises de la COVID-19 présenteraient toujours au moins un symptôme six mois plus tard, selon une étude effectuée auprès de 1733 personnes et parue dans la revue The Lancet en janvier 2021 (Nouvelle fenêtre).

Souvent, il s’agit de fatigue ou de troubles du sommeil. Plus rarement, il est question de problèmes pulmonaires et rénaux.

La neurologue et clinicienne chercheuse du Centre hospitalier universitaire Dr-George-L-Dumont, Dre Ludivine Chamard-Witkowski, affirme que des individus ayant contracté la COVID-19 peuvent aussi souffrir de problèmes de concentration un mois après leur hospitalisation.

Ce n’est pas de la démence profonde, souligne-t-elle. Mais, à long terme, on n’a aucune réponse à cette question.

La neurologue et clinicienne chercheuse du Centre hospitalier universitaire Dr-George-L-Dumont, Dre Ludivine Chamard-Witkowski,

La neurologue et clinicienne chercheuse du Centre hospitalier universitaire Dr-George-L-Dumont, Dre Ludivine Chamard-Witkowski.

Photo : Radio-Canada

Si l’accumulation de fatigue peut expliquer les problèmes de concentration et de mémoire, il ne s’agit que d’une explication parmi d’autres, selon la Dre Ludivine Chamard-Witkowski.

Au niveau de la cognition, on n’a aucune idée de l’impact que ça peut avoir et on ne sait pas non plus dire par quel moyen ça atteindrait la cognition.

Série de tests

L’équipe de la docteure Chamard-Witkowski fera passer des tests cognitifs à plusieurs participants, tous guéris de la COVID-19 il y a au moins trois mois.

Ces épreuves de calculs, de langue et de mémoire seront en mesure de détecter même une faible perte de concentration dont les participants eux-mêmes ne se seraient pas rendu compte.

Un ordinateur sur lequel nous pouvons voir une carte du joker.

Des tests cognitifs sur des participants aideront l'équipe de la Dre Ludivine Chamard-Witkowski a trouver des réponses.

Photo : Radio-Canada

L’équipe de la docteure Chamard-Witkowski a reçu du financement pour 12 mois, soit jusqu’en décembre.

La chercheuse espère avoir les résultats à l’automne et les publier ensuite le plus rapidement possible.

D’après le reportage de Frédéric Cammarano

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !