•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fin de la vaccination au Canada : pas avant 2022, selon une étude

Plan rapproché du visage de Justin Trudeau, de profil.

Le premier ministre canadien Justin Trudeau défend le plan d'approvisionnement de vaccins contre la COVID-19 de son gouvernement.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Thomas Laberge

Les Canadiens devront-ils s’armer de patience avant de se faire inoculer le vaccin contre la COVID-19? C’est ce que suggère une étude de l'Economist Intelligence Unit, qui affirme que les objectifs de vaccination du gouvernement sont trop optimistes.

Justin Trudeau est catégorique : tous les Canadiens qui le souhaitent seront vaccinés d’ici la fin septembre. Talonné par l'opposition, il l'a encore affirmé cette semaine

La directrice des prévisions mondiales pour l’Economist Intelligence Unit, Agathe Demarais, a une autre vision des choses.

Avec les informations dont on dispose, début 2022 paraît être un objectif beaucoup plus réaliste pour le Canada, a affirmé, en entrevue aux Coulisses du pouvoir, la chercheuse affiliée à l'organisme d’études lié au magazine britannique The Economist.

Elle a ajouté que la situation n’est pas propre au Canada, puisque tous les pays européens sont confrontés à des délais dans leurs livraisons. L'ouverture de nouvelles usines en Europe pourrait changer la donne, mais cela reste relativement improbable, selon Agathe Demarais.

Protectionnisme vaccinal

L’Union européenne a annoncé qu’elle allait contrôler les exportations de vaccins. Bien que le Canada ne fasse pas partie des pays exemptés de ces contrôles, Justin Trudeau a affirmé avoir reçu des garanties de Bruxelles quant aux fioles destinées au Canada.

Le principal problème du Canada, c'est qu’il dépend d'usines de production de vaccins qui sont situées en Europe et ces usines rencontrent de grands problèmes pour produire les vaccins dans les délais escomptés [...] Par conséquent, ça coince pour les exportations vers le Canada, a expliqué Mme Demarais.

Elle ajoute que le Canada est le seul pays du G7 à ne pas produire de vaccins. Le premier ministre a annoncé qu’une usine de Montréal pourrait fabriquer les vaccins de Novavax. Toutefois, les installations ne pourraient commencer la production qu'à la fin de l’année.

L’intégrale de l’entrevue avec Agathe Demarais sera présentée dimanche à 11 h (heure de l'Est) à l’émission Les coulisses du pouvoir, sur RDI et ICI Télé.

Cela n'aura pas vraiment un réel impact sur l'approvisionnement en vaccins avant la fin de l'année 2021. [...] Et une seule usine ne permettra pas de régler le problème. Il y a quand même 38 millions de Canadiens. Ça fait des millions de doses. Si on imagine un schéma vaccinal avec deux doses, ça fait beaucoup de vaccins à produire, a soutenu Agathe Demarais.

Le Canada était conscient que le protectionnisme du précédent président américain Donald Trump aurait pu freiner l'approvisionnement en vaccins. Il s’est donc tourné vers l’Europe.

Il y a une certaine ironie : le Canada avait fait le choix de dépendre de l'Union européenne plutôt que des États-Unis parce qu'il craignait un protectionnisme américain. [...] Finalement, le Canada se retrouve dans la situation qu'il redoutait.

Agathe Demarais, directrice des prévisions mondiales pour l’Economist Intelligence Unit

COVAX : une décision controversée

Le Canada va recevoir 1,9 million de doses en vertu du programme COVAX, qui vise un accès équitable aux vaccins, particulièrement pour les pays moins nantis. Une décision vertement critiquée par les partis d’opposition et des organisations de lutte contre la pauvreté.

C'est une décision assez controversée du Canada. [...] La plupart des pays riches comme les États-Unis, l'Australie, l'Union européenne ou le Royaume-Uni ont fait le choix de dire que les vaccins COVAX iront en priorité aux pays les plus pauvres, a affirmé Agathe Demarais.

Signalons que si les États-Unis n'ont pas rejoint le programme COVAX quand Donald Trump était président, son successeur, Joe Biden, a indiqué que le pays était désormais prêt à le faire.

Mme Demarais doute également que ce choix ait un impact réel sur la vaccination. C’est moins de 3 % de la population canadienne qui pourrait être vaccinée avec ces doses. Cela ne fera pas une énorme différence pour le calendrier de vaccination du Canada, même si toutes les doses sont importantes.

Alors que la vaccination stagne au Canada, Justin Trudeau maintient le cap et assure que les cibles de vaccination seront atteintes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !