•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaire Camara : un témoin a dit aux policiers avoir vu un autre homme

Juan Angel Flores, portant une tuque et une casquette, est vêtu d'un manteau d'hiver. Il se tient devant le boulevard Crémazie.

Juan Angel Flores a appelé la police, le 28 janvier, après avoir vu une « bousculade » impliquant un policier.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le soir où Mamadi III Fara Camara a été arrêté par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), un autre homme pouvant être identifié comme un suspect dans cette affaire se trouvait à l'endroit où s’est déroulée l’agression, selon un témoin.

Juan Angel Flores venait de quitter sa résidence et marchait dans l'avenue Bloomfield, non loin de l’intersection avec le boulevard Crémazie, le 28 janvier, lorsqu’il a aperçu une bousculade.

Alors qu’il assistait à la scène, un peu en retrait, il a vu un policier [...] tomber par terre, raconte-t-il.

En s’approchant, M. Flores se souvient d'avoir entendu deux coups de feu. Il dit avoir par la suite croisé un homme qui revenait du lieu où s’était déroulée la bousculade.

J'ai vu un monsieur qui marchait sur le trottoir, pas très vite. Il m’a regardé; je l’ai regardé aussi. Ensuite, il est parti par la ruelle située un peu plus au sud, près de l'avenue Bloomfield, relate-t-il.

On s’est regardés face à face, et ensuite, il est parti dans la ruelle.

Une citation de :Juan Angel Flores

C’est à ce moment que M. Flores a appelé le 911.

En s’approchant du policier blessé, il a constaté qu’un autre homme se trouvait dans un véhicule gris, stationné non loin de la scène. L’individu en question restait calmement dans la voiture, d’après le témoin. Il n'est pas sorti de l'auto, ça, je peux l'assurer, dit-il.

M. Flores n’a pas été en mesure d’identifier l'homme dans la voiture comme étant Mamadi III Fara Camara. Il confirme toutefois qu'il s'agissait d'une personne afro-américaine.

En voyant des images de M. Fara Camara dans les médias après son arrestation, M. Flores a été à même de constater que celui-ci était bien plus grand que l’homme qu’il dit avoir vu partir par la ruelle, le 28 janvier.

Selon la description de M. Flores, cet homme était jeune et noir, vêtu d’une tuque, d’un manteau et d'un pantalon noirs.

Plusieurs voitures du SPVM sont stationnées près de l'autoroute.

La Section des crimes majeurs du SPVM doit remonter le fil des événements qui se sont produits dans le quartier Parc-Extension.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Wagner

Ce récit des événements, Juan Angel Flores l’a livré aux policiers qui sont arrivés en grand nombre peu de temps après son appel. Je leur ai indiqué par où la personne était partie, par la ruelle, assure-t-il.

Rappelé ensuite par un enquêteur des crimes majeurs du SPVM, M. Flores a de nouveau raconté les événements, selon sa perspective.

Malgré ce témoignage, Mamadi III Fara Camara a été arrêté par les agents du SPVM le soir même de l'incident. Il a comparu le 1er février au palais de justice de Montréal, où il a été accusé d'avoir désarmé et blessé l'agent Sanjay Vig.

Dès le moment de son arrestation, M. Fara Camara a assuré qu'il était innocent, affirmant avoir été témoin de l'agression du policier.

Après avoir passé injustement six jours en prison, M. Fara Camara a recouvré sa liberté en raison de nouveaux éléments de preuve. Le principal intéressé a ensuite été disculpé de toutes les charges qui pesaient contre lui.

Le directeur du SPVM, Sylvain Caron, a présenté vendredi des excuses publiques à M. Fara Camara et à sa famille.

Pendant ce temps, l'enquête a mené les agents dans l'arrondissement de LaSalle, où une voiture volée qui serait liée au suspect a été retrouvée.

Le SPVM est toujours à la recherche du suspect, tandis que l'arme du policier Sanjay Vig n'a pas encore été retrouvée.

Avec des informations d'Aimée Lemieux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !