•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Iain Rankin sera le prochain premier ministre de la Nouvelle-Écosse

À 37 ans, il a été élu samedi soir chef du Parti libéral de la province.

Iain Rankin prononce une allocution.

Iain Rankin après son élection comme chef du Parti libéral de la Nouvelle-Écosse, le 6 février 2021 à Halifax.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Iain Rankin a été élu samedi chef du Parti libéral de la Nouvelle-Écosse et deviendra, à 37 ans, le nouveau premier ministre de la province.

Le député de Timberlea-Prospect a été élu après un vote tenu ces derniers jours auprès de quelque 8100 membres du parti. Les résultats ont été annoncés samedi soir lors du congrès, virtuel, de la formation politique.

Cette course à la direction avait été déclenchée en août l’année dernière lorsque le premier ministre Stephen McNeil, aux commandes de la province depuis 2013, avait annoncé qu’il allait quitter ses fonctions avant les prochaines élections.

Iain Rankin succédera donc à M. McNeil et deviendra le 29e premier ministre de la Nouvelle-Écosse. La date de son assermentation n’a pas été précisée.

Élu au deuxième tour

Les trois aspirants à la succession de Stephen McNeil étaient tous d’anciens ministres de son Cabinet : Randy Delorey, Labi Kousoulis et Iain Rankin. Sur les bulletins de vote, les délégués devaient classer les trois candidats en ordre de préférence.

Montage photo des trois candidats.

Les trois candidats à la direction du Parti libéral de la Nouvelle-Écosse. De gauche à droite : Iain Rankin, Randy Delorey et Labi Kousoulis.

Photo : Photos : Craig Paisley/CBC et John Woods/La Presse canadienne

Le premier tour de scrutin s'est révélé serré. Iain Rankin a obtenu 40 % des voix, contre un peu moins de 37 % pour Labi Kousoulis, député d'Halifax Citadel-Sable Island.

Avec 23 % des voix, Randy Delorey a été exclu du second tour, une performance décevante pour le député d'Antigonish, qui a été ministre de la Santé, des Finances et de l'Environnement.

Le deuxième tour était seulement nécessaire si aucun candidat ne récoltait plus de 50 % des appuis au premier tour. Après le calcul des votes de seconde place, Iain Rankin a reçu 52,41 % des votes, contre 47,59 % pour M. Kousoulis.

Les libéraux votaient depuis lundi et les derniers bulletins ont été acceptés à 15 h, samedi. Selon le parti, le taux de participation s’est élevé à 96,9 %, et seulement 251 délégués sur environ 8100 ne se sont pas prévalus de leur droit de vote.

La pandémie, priorité du futur premier ministre

Iain Rankin prononce une allocution.

Iain Rankin après son élection comme chef du Parti libéral de la Nouvelle-Écosse, le 6 février 2021 à Halifax.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Iain Rankin a été élu pour la première fois député de Timberlea-Prospect, une communauté plus rurale de la région métropolitaine d’Halifax, en 2013. Il a été réélu en 2017.

En octobre dernier, il renonçait à ses fonctions de ministre des Terres et des Forêts pour se lancer dans la course à la direction du Parti libéral. Avant de piloter ce ministère déterminant en Nouvelle-Écosse, il avait été ministre de l’Environnement pendant un an.

Sans surprise, Iain Rankin fait de la pandémie sa priorité, alors qu’il s’apprête à remplacer Stephen McNeil comme visage public de la lutte contre la COVID-19 aux côtés du médecin hygiéniste en chef de la province, Robert Strang.

Le docteur Strang sera l'une des premières personnes avec qui il aura un entretien, a-t-il mentionné samedi.

Stephen McNeil et Robert Strang rient de bon coeur après un savoureux calembour du médecin.

Depuis près d'un an, le premier ministre de la Nouvelle-Écosse est apparu chaque semaine aux côtés du Dr Robert Strang pour faire le point sur la pandémie.

Photo : Len Wagg / Gouvernement de la Nouvelle-Écosse

Durant sa campagne à la direction des libéraux, M. Rankin a aussi parlé de ses objectifs d’améliorer les services en santé mentale, en particulier dans le milieu scolaire, et de s’attaquer aux problèmes de logement abordable et d’insécurité alimentaire.

L’ancien ministre de l’Environnement promet aussi une action audacieuse en ce qui a trait au climat, la fin de la dépendance au charbon d’ici 2030 et une plus grande électrification des transports en commun.

« Une nouvelle génération »

L'ascension d'un des plus jeunes députés de la province ne signifie pas que le parti rompt avec l'ère McNeil, a affirmé M. Rankin.

Il a qualifié le chef libéral de mentor et a déclaré que Stephen McNeil avait démontré plus de courage que tout autre premier ministre dans l'histoire de la province.

C'est une nouvelle génération, a cependant dit Iain Rankin. Elle veut nous voir passer à l'action au sujet du climat, et continuer à réparer des erreurs historiques. Je propose qu'on avance ensemble.

Iain Rankin à l'extérieur devant ses bureaux.

Iain Rankin le 14 mai 2018 à Beechville.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Villeneuve

Nous devons trouver le juste milieu entre une économie forte et des programmes sociaux adaptés, a dit M. Rankin, en français, lors de l'allocution qui a suivi l'annonce de sa victoire. Il a mentionné vouloir assurer le renforcement de nos diverses communautés, [dont] les communautés acadiennes.

Je ne suis pas totalement bilingue, mais j'ai pris l'immersion de la 7e année jusqu'à la fin, a précisé M. Rankin dans un français relativement assuré, lors d'une mêlée de presse, plus tard samedi. Il a affirmé qu'il croyait en l'importance de protéger la langue et de promouvoir la culture acadienne.

Vers la prochaine élection

Félicitations au premier ministre désigné Rankin, a écrit sur Twitter le chef du Parti progressiste-conservateur de Nouvelle-Écosse, Tim Houston.

C’est un honneur incroyable de servir la Nouvelle-Écosse et je sais qu’il a les meilleures intentions. Je lui souhaite la meilleure des chances, a déclaré M. Houston, qui est chef de l’opposition officielle à Halifax.

Blaine Higgs, le premier ministre progressiste-conservateur du Nouveau-Brunswick, a souligné la collaboration de sa province avec le gouvernement McNeil dans la réponse de la région Atlantique à la pandémie. J’ai hâte de pouvoir bâtir une relation de travail tout aussi positive avec M. Rankin, a écrit M. Higgs dans un communiqué, samedi soir.

Dans une déclaration écrite, le premier ministre Justin Trudeau a félicité le nouveau chef des libéraux néo-écossais. Ensemble, nous poursuivrons la lutte contre la COVID-19, bâtirons une économie qui profite à tout le monde et ferons avancer les dossiers qui sont les plus importants pour la province, a-t-il écrit.

Le Parti libéral de la Nouvelle-Écosse a souligné samedi, avant l’annonce du résultat du vote, le travail du premier ministre Stephen McNeil.

Devenu chef des libéraux en avril 2007, il a dirigé ses troupes vers la victoire aux élections de 2013, puis à celles de 2017. Il est le premier depuis les années 1950 à avoir mené les libéraux de la province à des gouvernements majoritaires consécutifs.

Stephen McNeil assis sur une chaise devant deux tableaux.

Stephen McNeil est premier ministre de la Nouvelle-Écosse depuis 2013.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

M. McNeil prévoit rester député d’Annapolis jusqu’à la prochaine élection, mais ne compte pas se présenter de nouveau.

Dans une allocution par vidéoconférence avant le dévoilement des résultats du vote, Stephen McNeil a invité les membres du parti à se rallier derrière le gagnant, quel qu’il soit.

Son successeur a d'ailleurs fait un geste d'ouverture envers les deux candidats qu'il a défait lors de cette course. Labi Kousoulis et Randy Delorey ont dû délaisser leurs fonctions de ministre pour briguer la direction du parti. Iain Rankin affirme qu'il les voit jouer un rôle dans le Cabinet qu'il aura à constituer.

La Nouvelle-Écosse est la seule province canadienne à ne pas tenir d’élections générales à date fixe. Le gouvernement libéral peut légalement attendre jusqu’au printemps 2022 pour en organiser.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !