•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une année record pour le secteur de la rénovation

Un marteau et des clous sur une surface de bois

L'année 2020 est une année record en matière de construction et de rénovation au Québec (archives).

Photo : iStock

Radio-Canada

Malgré les perturbations causées par la pandémie, l'année 2020 aura permis au secteur de la rénovation et de la construction d'atteindre des sommets inégalés. Des acteurs du milieu soutiennent même qu'il s'agit d'une année record.

Au printemps dernier, le milieu de la construction a dû prendre une pause d'environ deux mois en raison de la première vague de COVID-19 qui venait tout juste de frapper le Québec.

Depuis la fin de la première période de confinement, les projets de rénovation se sont multipliés, soutient le directeur général de l'Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) pour les régions de l'Outaouais et de l'Abitibi-Témiscamingue.

Il y a eu une hausse de demandes comme on a rarement vu dans le passé, autant pour la construction de maison neuve que la rénovation, explique Nicolas Brisson.

Pour tout le Québec, ça a été une année record dans le nombre de mises en chantier en 2020 malgré le fait qu’on ait dû fermer pendant deux mois.

Une citation de :Nicolas Brisson, directeur général de l'APCHQ Outaouais-Abitibi-Témiscamingue

L'Outaouais fait toutefois exception à cette observation puisque 2019 avait déjà été une année record. N'empêche , les entrepreneurs de l'Outaouais ont eu une grosse année pour la construction résidentielle, indique M. Brisson

Les gens ont de l'argent disponible, soutient-il en guise d'explication pour cette hausse marquée de projets de rénovation. Quand vous annulez des voyages, que vous restez à la maison, vous dépensez moins.

La saison estivale aura été un véritable marathon qui se poursuit, souligne M. Brisson. Cette longue période de foisonnement provoque cependant quelques effets pervers, selon lui.

On se retrouve avec de hausses de prix des matériaux substantielles, fait-il valoir en entrevue. Il donne en exemple le prix du bois qui a doublé depuis l'avant-pandémie. Il rappelle aussi que l'industrie de la construction doit faire face à une pénurie de main-d'œuvre.

Des problèmes d'approvisionnement

Le directeur général de l'APCHQ Outaouais-Abitibi-Témiscamingue fait également état des problèmes d'approvisionnement concernant certains matériaux de construction. Il recommande d'ailleurs aux consommateurs de faire affaire avec des professionnels pour éviter les pépins et les délais.

Maryse Gariépy est propriétaire de l'entreprise Mon espace design à Hull. Elle remarque également que l'approvisionnement est problématique pour certains secteurs.

On voit l’effet de la pandémie au niveau de nos fournisseurs, mentionne-t-elle. Au niveau des accessoires de plomberie, il y a beaucoup de retards, de back-order. Selon elle, les pires délais sont à prévoir pour la plomberie.

Maryse Gariépy, en entrevue dans sa cuisine.

Selon Mme Gariépy, l'impatience des consommateurs qui font affaire avec eux a également augmenté.

Photo : Radio-Canada

J’ai un robinet qui a été commandé au mois d’octobre et qui n’est toujours pas reçu, dit-elle pour illustrer l'importance des retards.

Un de ses fournisseurs lui a confié que la source du problème est le manque de conteneurs pour livrer la marchandise. Même si les matériaux sont prêts à être envoyés, ils n’ont plus de conteneurs, ils ne sont donc pas capables de les livrer, ajoute-t-elle.

Avec la situation de la pandémie, on s’attend à avoir des délais même si on fait de notre mieux pour tout avoir et commander d’avance.

Une citation de :Maryse Gariépy, propriétaire de Mon espace design

Mon espace design a dû s'ajuster à cette nouvelle réalité. La propriétaire soutient qu'il faut désormais tout commander le plus rapidement possible pour éviter les délais.

Avec les informations de Jean-François Poudrier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !