•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éclosion à la prison Maplehurst : enquête en cours

Quatre cellules de prison avec des portes ouvertes.

Plus d'une centaine de détenus et d'employés de la prison Maplehurst ont été déclarés positifs à la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / William Bastille-Denis

Thalia D’Aragon-Giguère

Le ministère du Travail de l’Ontario a ouvert une enquête à la fin janvier, après avoir reçu une plainte en lien avec le complexe correctionnel Maplehurst à Milton.

Depuis, neuf ordres ont été formulés au sujet de conditions de travail non sécuritaires au sein de l’établissement carcéral aux prises avec une éclosion de COVID-19, rapporte le ministère.

J’ai toujours été très clair sur le fait que je demanderai des comptes à quiconque [ne respecte pas les procédures], a insisté Monte McNaughton, ministre du Travail, de la Formation et du Développement des compétences, en conférence de presse vendredi.

Son ministère fait front à celui du Solliciteur général, en dénonçant les conditions de travail en vigueur dans la prison provinciale Maplehurst, en banlieue de Toronto.

Le ministre du Travail de l'Ontario, Monte McNaughton, répond à une question en conférence de presse.

Monte McNaughton, ministre du Travail de l'Ontario (archives).

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Je me moque de savoir qui est l’employeur, a ajouté M. McNaughton. Le ministère du Travail est présent à Maplehurst [...] et nous continuerons d’y être afin de protéger la santé et la sécurité des travailleurs et du public.

Le nombre de cas de COVID-19 a augmenté drastiquement en une semaine au sein de la population carcérale de Maplehurst. En date de vendredi, 118 détenus et 68 employés de la prison ont reçu un diagnostic positif.

Maplehurst est un vieil établissement qui a de nombreux problèmes de ventilation, affirme Warren Thomas, président du Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario (SEFPO). J’ai malgré tout espoir qu’avec les ordres du ministère, nous parviendrons à rendre les lieux plus sécuritaires.

J’ai confiance que nous réussirons à sortir le virus de cet endroit.

Une citation de :Warren Thomas, président du Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario

M. Thomas se réjouit de l'intervention ministérielle dans le dossier de la prison Maplehurst. Il croit que l’enquête actuellement en cours permettra de faire la lumière sur les problèmes et forcera la mise en place de mesures de protection supplémentaires.

Une deuxième vague sous les radars

M. Thomas se désole toutefois de constater que le système carcéral a été davantage laissé pour compte lors de la seconde vague de COVID-19. Il cite en exemple la réduction du nombre de détenus en prison lors des premiers mois de la pandémie.

Il y a certaines choses qui auraient dû rester en vigueur, souligne M. Thomas. Si cela a fonctionné il y a quelques mois, cela pourrait fonctionner à nouveau.

C’est un avis que partage Justin Piché, professeur en criminologie à l’Université d’Ottawa. Il affirme qu’au début de la pandémie, la population carcérale a été réduite de 30 % à l’intérieur de quelques semaines en Ontario.

Justin Piché dans son bureau.

Justin Piché, professeur en criminologue à l'Université d'Ottawa (archives).

Photo : Justin Piché

Maintenant, nous sommes rendus à environ 7100 prisonniers, ce qui est une diminution de 14 % du nombre de gens que nous avions en prison en février 2020, précise le professeur. Il y a donc eu un certain relâchement lors de la seconde vague.

C’est important que nous gardions en tête les leçons apprises lors de la première vague en "dépopulant" nos prisons dans la mesure du possible et en mettant en place du soutien dans la communauté.

Une citation de :Justin Piché, professeur en criminologie

M. Piché presse le gouvernement de passer à l’action afin d’assurer de meilleures conditions dans les prisons provinciales. L’enquête ministérielle laissera des preuves incontestables, croit-il. C’est sur papier. Ils ne peuvent pas dire que ce n’est pas arrivé.

Entre-temps, le ministère du Solliciteur général dit prendre la situation au sérieux. La protection de la santé et de la sécurité du personnel des services correctionnels et des personnes détenues dans des établissements provinciaux est notre priorité, fait valoir le ministère.

Il indique travailler en étroite collaboration avec le personnel du complexe correctionnel Maplehurst afin de répondre aux ordres du ministère du Travail, en ce qui concerne notamment l’utilisation appropriée de l’équipement de protection individuelle, la gestion des espaces communs ainsi que l’amélioration des protocoles de nettoyage et de désinfection.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !