•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un rassemblement en soutien à Mamadi Camara

Un homme tient un micro face à une foule statique respectant les règles de distanciation.

Une cinquantaine de personnes se sont réunies pour apporter leur soutien, vendredi, à Mamadi Camara, une heure avant que le SPVM ne s'excuse publiquement.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Radio-Canada

Une cinquantaine de personnes se sont rassemblées, vendredi en fin d'après-midi, pour dénoncer le profilage racial et apporter leur soutien à Mamadi Camara, qui a été incarcéré injustement pendant six jours.

C’était important pour la communauté de se rassembler aujourd’hui, a déclaré Ève Torres, coordonnatrice de la Table de quartier de Parc-Extension.

Mme Torres a expliqué que ce rassemblement s'est organisé après qu'elle eut été contactée par plusieurs personnes sous le choc.

Arrêté la semaine dernière dans le quartier Parc-Extension, M. Camara était accusé d'avoir supposément désarmé et blessé un policier. Ces accusations ont toutefois été retirées par la Couronne vendredi soir.

En tant qu’organisme communautaire, les questions du profilage et du racisme systémique sont des enjeux sur lesquels nous travaillons depuis des années, a indiqué Mme Torres, en évoquant tous les cas qui n’ont cessé de se produire depuis la mort de Freddy Villanueva.

Elle dit appuyer l’idée d’une enquête indépendante demandée par la mairesse de Montréal, Valérie Plante, idée qui n’a pas encore été concrétisée par le gouvernement.

Au-delà des excuses et de la réparation qu’il doit y avoir, il est clair qu’il faut que cesse le profilage racial.

Une citation de :Ève Torres, coordonnatrice de la Table de quartier de Parc-Extension

Fausses informations policières?

En entrevue à Radio-Canada, Mme Torres a jugé que la déclaration initiale du chef du SPVM Sylvain Caron était trop prudente. Ce dernier avait déclaré jeudi que la situation était regrettable et s'était dit prêt à offrir ses excuses au moment opportun.

Ces excuses publiques, au nom de tout le SPVM, ont finalement été faites vendredi soir.

Mme Torres a souligné que la maison de M. Camara a été saccagée par les policiers à la recherche du pistolet manquant et a déploré du même souffle le traitement médiatique insupportable réservé au jeune homme.

En entrevue au Téléjournal Grand Montréal, l'avocat de Mamadi Camara est revenu sur ce dernier aspect, en évoquant le rôle extrêmement troublant des médias dans cette histoire.

Des sources anonymes policières qui révèlent [aux médias] des informations complètement fausses... M. Caron va vraiment devoir répondre à des questions là-dessus et faire une enquête à l’interne, a lancé Me Cédric Materne.

Il a notamment évoqué des informations policières « complètement fausses » voulant que M. Camara ait été identifié par des témoins comme le principal suspect dans cette affaire, ou que ce dernier avait du sang sur les mains.

Un peu plus tôt en journée, vendredi, la police avait confirmé avoir retrouvé la voiture du suspect dans l’arrondissement de LaSalle. Celle-ci fait désormais l’objet de prélèvements d’ADN afin de faire avancer l'enquête.

Avec les informations de Mélissa François

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !