•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manoir Liverpool : « Tous les gestionnaires sont imputables », lance Marguerite Blais

Marguerite Blais.

Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés

Photo : Radio-Canada

Après avoir pris connaissance d'un rapport accablant sur le Manoir Liverpool, la ministre responsable des Aînés s’explique mal la tolérance du CISSS de Chaudière-Appalaches. « Tous les gestionnaires sont imputables, ils doivent répondre de leurs décisions », lance Marguerite Blais.

Les résidents de l’établissement situé à Lévis vivaient dans des conditions insalubres depuis cinq ans. Le rapport du CISSS de Chaudière-Appalaches rendu public vendredi évoque de la maltraitance physique et organisationnelle. Des lacunes récurrentes ont été observées depuis 2016.

C'est tout à fait accablant, un rapport inacceptable, je ne peux pas comprendre qu'on puisse négliger des personnes de cette façon-là, dénonce la ministre.

Selon Marguerite Blais, la culture qui entoure l'encadrement des résidences privées pour aînées doit changer.

Mais quand on accompagne depuis des années, force est de constater que quelque chose ne va pas et, un moment donné, il faut prendre des actions. Les gestionnaires et les dirigeants des établissements sont imputables, soulève la ministre.

Affiche de couleur blanche devant un immeuble.

Le Manoir Liverpool est une résidence pour aînés du secteur Saint-Romuald, à Lévis.

Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Bouchard

Il n’y a personne qui est à l'abri de ça, il n’y a pas un gestionnaire du réseau qui n’est pas imputable.

Une citation de :Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés

La ministre compte resserrer les règles. Il va falloir qu'on soit capable de justifier nos actes. Ce n'est pas possible que ces gens-là s'en tirent comme ça, ajoute-t-elle.

Elle a d’ailleurs envoyé une lettre à tous les PDG des CISSS et des CIUSSS de la province pour leur rappeler leurs obligations et leurs responsabilités.

Elle leur donne jusqu'au 26 février pour lui envoyer leur processus de surveillance de qualité.

Le directeur de la vaccination montré du doigt

La ministre responsable des Aînés attend des explications du président-directeur général du CISSS de Chaudière-Appalaches, Daniel Paré.

Bien qu'il soit temporairement absent de son poste pour diriger la campagne provinciale de vaccination contre la COVID-19, Marguerite Blais affirme que c'est à lui de répondre, c'est à lui de nous dire quelles sont les décisions qu'il a prises, pourquoi et quelles sont les mesures qu'il a mises en place.

Il est à la tête de la plus grande campagne de vaccination du Québec, il fait bien son travail, mais c'est à lui de répondre aux questions.

Une citation de :Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés
Daniel Paré, président-directeur général du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches.

Daniel Paré, président-directeur général du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches

Photo : Radio-Canada

Par courriel, le cabinet du ministre Christian Dubé déclare également que tous les gestionnaires et les dirigeants du réseau de la santé sont responsables.

Personne n’en fait exception. Comme tous les PDG, monsieur Paré aura à expliquer cette situation et décrire toutes les actions qui ont été mises en place pour corriger la situation, peut-on lire.

Le cabinet rappelle que Daniel Paré gère actuellement la plus importante opération de vaccination du Québec, mais que le gouvernement promet de faire la lumière sur ces événements.

Nous avons tout à fait confiance que monsieur Paré saura expliquer ses décisions. Le ministre de la Santé est clair à l’effet que ce rapport n’est d’aucune manière la fin de cette histoire. Nous allons creuser plus loin, jusqu’à ce que toutes les questions soient répondues, précise-t-on.

Enquête dans une autre résidence

La ministre a aussi ordonné une enquête concernant le Pavillon Bellevue, un CHSLD privé conventionné de Lévis qui appartient à Claude Talbot, l'un des deux propriétaires du Manoir Liverpool.

Marguerite Blais compte faire des démarches pour évaluer la possibilité d'intenter des recours judiciaires. Je vais demander entre autres aux affaires juridiques du MSSS d'examiner très sérieusement et très rapidement la possibilité de poursuivre des propriétaires d'établissements qui ferment les yeux sur des situations de négligence et de maltraitance, explique-t-elle.

Concernant le Manoir Liverpool, les propriétaires Manon Belleau et Claude Talbot sont forcés de vendre l'établissement sous peine de perdre leur certification et leurs contrats publics.

Toutefois, ils conservent leurs certifications et leurs contrats pour leurs deux autres résidences de la région : la Villa Bellevue et la Villa des Etchemins.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !