•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lancement du Bal de neige virtuel : coup dur pour l'industrie du tourisme

La  sculpture de neige arbore le logo de l'événement.

Une sculpture de neige réalisée dans le cadre du Bal de neige 2019. (Archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'industrie touristique de la région de la capitale nationale doit composer avec une autre lourde perte : le passage au virtuel du Bal de neige qui attire des milliers de personnes dans la capitale nationale.

En moyenne, le festival qui anime les deux côtés de la rivière des Outaouais attire 600 000 personnes dans la région chaque année. Le tiers des festivaliers proviennent de l'extérieur ce qui représente une occasion en or pour les hôteliers, les restaurateurs et les commerçants.

Le Bal de neige rapportait des dizaines de millions de dollars dans notre économie touristique à travers les hôtels, la restauration, l’utilisation des modes de transport, a souligné la vice-présidente du développement de la destination pour Tourisme Ottawa, Catherine Callary.

Ça affectera toute l’industrie du tourisme à Ottawa parce que tout le monde bénéficie des événements comme le Bal de neige.

Une citation de :Catherine Callary, vice-présidente du développement de la destination pour Tourisme Ottawa

Le Bal de neige va nous manquer beaucoup ici pour l’industrie du tourisme qui est très fortement touchée par la pandémie, mais nous respectons la décision de Patrimoine canadien d’y aller avec une version virtuelle cette année, a indiqué Mme Callary.

Cette dernière fait valoir qu'il est primordial de pouvoir relancer le tourisme quand il sera sécuritaire de le faire. Elle garde toutefois espoir quant aux activités virtuelles et espère que cela donnera envie aux Canadiens de visiter la capitale nationale une fois la pandémie terminée.

Catherine Callary en entrevue chez elle.

Catherine Callary soutient que sans le Bal de neige, le mois de février serait une période creuse pour le tourisme.

Photo : Radio-Canada

Stéphane Pelletier, le directeur de l'Association des hôteliers d'Ottawa et de l'Outaouais a fait valoir que le passage au virtuel de l'événement aura un impact significatif sur l'industrie.

Également gestionnaire d'un hôtel d'Ottawa, M. Pelletier a mentionné que le taux d'occupation est en deçà de 15 % pour le moment dans son hôtel. Ce dernier se désole de voir un autre événement volé par la pandémie.

D'ordinaire, c’est un festival très populaire, c’est un attrait très important pour notre ville, a-t-il ajouté. Quant aux pertes financières que cela engendrera, le directeur de l'association n'a pas de chiffres précis, mais il affirme être en pourparlers avec les différents ordres de gouvernement.

Le Carnaval de Québec, qui se tient du 5 au 14 février, a réussi à intégrer quelques activités en présentiels dans sa programmation. En Outaouais, tout se fait virtuellement cette année.

La porte-parole du Bal de neige, Isabelle Jetée, a affirmé que des démarches ont été entreprises jusqu'à la toute dernière minute pour intégrer des activités en présentiel au festival, mais qu'en raison de mesures sanitaires, cela ne pouvait se faire.

On souhaite que chacun célèbre l’hiver et le Bal de neige en sécurité à la maison.

Une citation de :Isabelle Jetée, porte-parole du Bal de neige

On a dû prendre une décision à contrecœur pour la sécurité et la santé des Canadiens et Canadiennes, a-t-elle indiqué.

Un spectacle virtuel pour l'ouverture du festival

Toutes sortes d'activités ont été prévues, on en compte plus d'une centaine étalées sur les 17 jours du Bal de neige. On retrouve entre autres des concours, des capsules vidéos, une chasse au trésor, des défis culinaires et une histoire virtuelle personnalisée.

Le lancement des festivités se fera en grand avec un spectacle virtuel dès 19 h vendredi. Divers artistes seront présents dont Ariane Moffatt, Corneille, Ria Mae et l'Orchestre du Centre national des Arts.

Il serait possible de visionner le spectacle en direct (Nouvelle fenêtre) sur la chaîne YouTube de Patrimoine canadien.

Avec les informations de Catherine Morasse et de Laurie Trudel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !