•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Ma rencontre avec celui qui était l’homme le plus puissant du monde »

Christine Dikongué a rencontré Barack Obama à Toronto il y a plus d’un an

Christine Edith Dikongué et Barack Obama debout se prennent en photo.

Christine Edith Dikongué et Barack Obama en 2020 à Toronto lors de la conférence de l'Economic club of Canada.

Photo : Christine Edith Dikongué

Lorsque Christine Dikongué s'est présentée à l'ancien président américain Barack Obama, à Toronto il y a plus d'un an, elle a mentionné que son pays d'origine est le Cameroun. M. Obama l'a immédiatement saluée en français.

Elle garde toujours le souvenir de sa brève discussion avec M. Obama et n’oublie pas les mots de l’ancien président américain lorsqu’il lui serre la main à la fin de la conférence.

« Je me suis sentie très honorée par le fait qu’il sache qu’au Cameroun, on parle le français et l’anglais. J’ai vraiment aimé le fait qu'il aille dans ma culture et qu’il parle avec moi en français.  »

— Une citation de  Christine Edith Dikongué

Des mots inspirants

Barack Obama et une femme assis sur l'estrade devant un panneau sur lequel on peut lire Consecious ecomics

Barack Obama s'exprimant au forum Future Of Work

Photo : CBC / Sannah Choi

Du discours prononcé par Barack Obama ce jour-là, elle retient notamment sa phrase : Soyez vous-même dans votre propre authenticité.

Je voulais lui raconter tellement de choses, mais j’avais juste peu de temps pour lui parler, car il y avait plus de 50 personnes qui étaient invitées à prendre la photo avec lui. J’ai eu une bonne conversation et c'était très enrichissant, dit-elle.

En 2008, lorsque M. Obama est élu pour la première fois, Mme Dikongué est à Maputo au Mozambique où elle vivait avec sa famille.

Barack Obama prête serment.

Barack Obama est assermenté par le président de la Cour suprême, John Roberts, le 20 janvier 2009 au Capitole, sous le regard de sa femme, Michelle Obama.

Photo : Getty Images

Elle ne pouvait jamais s’imaginer qu'un jour elle serrerait la main de Barack Obama lorsqu’elle suivait en direct à la télévision le dépouillement du vote de l’élection du premier président noir de l’Amérique à Maputo au Mozambique en 2008.

« Je n’aurais jamais cru si on m’avait dit il y a 10 ans lorsque j’arrive au Canada en tant qu’étudiante internationale que je rencontrerais un jour le 44e et premier président noir des États-Unis. »

— Une citation de  Christine Edith Dikongué

Mme Dikongué rencontre M. Obama à Toronto lors de la conférence Future Of Work organisée par le Economic Club of Canada. Elle a participé à cette conférence en tant que jeune leader. Elle indique avoir obtenu la participation sans frais à cet événement de 100 jeunes de divers milieux, dont des francophones. Je suis très contente d’avoir rencontré celui qui était l’homme le plus puissant du monde, conclut-elle.

Obama, homme exceptionnel

Christine Dikongué et son père sur le dos d'un chameau à côté d'une femme, elle aussi sur le dos d'un autre chameau.

Christine Dikongué et son père Charles Nleppe en 2010 à Dubaï

Photo : Christine Edith Dikongué

Comme sa fille, Charles Dikongué Nleppe a de l’admiration pour M. Obama. C’est d'ailleurs lui qui au matin du 6 novembre 2008 annonce la nouvelle de la victoire d’Obama à sa fille lorsque la victoire du démocrate était devenue inévitable.

Je suis alors allé annoncer la nouvelle à mon épouse Edimo Suzanne Chantal et à ma fille aînée Christine Dikongué qui était encore mineure à 17 ans. Nous avons célébré en ces termes : c'est fait! Estafette, en portugais. Incroyable , se souvient-il.

D'après sa fille Christine, elle pouvait lire la joie contaminante sur la figure de son père qui selon elle vivait des moments d’intenses émotions inoubliables.

Elle ajoute que M. Obama a permis aux Noirs de trouver une figure dans laquelle leur propre attribut était incarné.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !