•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Basse-Côte-Nord maintenant connectée à Internet haute vitesse

Une femme utilise un téléphone devant un clavier d'ordinateur portable.

L'installation du réseau sur les 400 kilomètres de la Basse-Côte-Nord, non reliés par une route, aura été un défi logistique important pour l'entreprise Telus (archives).

Photo : Getty Images / vorDa

Radio-Canada

Les résidents des 14 communautés isolées de la Basse-Côte-Nord ont maintenant accès à un réseau cellulaire moderne et à la connexion Internet haute vitesse de l'entreprise Telus. Une avancée technologique qui risque sans doute de bouleverser le quotidien des 2000 foyers de la région.

L'installation du réseau sur les 400 kilomètres de la Basse-Côte-Nord, non reliés par une route, aura été un défi logistique important pour l'entreprise Telus. La livraison d’équipement de télécommunication aura été entièrement faite par bateau, par hélicoptère et en véhicule tout terrain.

On a connecté 19 sites sans fil, en plus de passer 200 kilomètres de fibre optique à travers tout le territoire. On avait prévu dans l'échéancier que, s’il y avait des pépins au niveau de la météo, on aurait du temps prévu dans nos plans. La réalité, c'est que nos équipes ont travaillé d'arrache-pied et ont été capables de livrer le projet avant le temps prévu, se réjouit le chef de la direction de Telus Québec, François Gratton.

Une antenne.

En absence de route, il était impossible de transporter l'équipement nécessaire par camion (archives).

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Cette opération de branchement aura aussi permis de connecter l’ensemble des centres de santé et des 15 écoles de la Basse-Côte-Nord au réseau de fibre optique, une technologie beaucoup plus rapide et efficace.

Pour le préfet de la MRC du Golfe-du-Saint-Laurent, Randy Jones, cette implantation du réseau haute vitesse pourrait faire économiser beaucoup de temps et d'argent aux résidents des communautés de la région. Il entrevoit le développement de la télémédecine en région éloignée comme une véritable solution de rechange aux déplacements vers les centres urbains.

Au lieu d'aller à Sept-Îles pour une consultation ou bien une intervention que tu entres, tu dis bonjour au médecin, tu signes un papier, puis tu sors, on va faire ça autrement! Ça va être fait par Zoom. Tu vas dans une chambre et tu parles avec ton médecin, explique M. Jones.

Le maire de Gros-Mécatina, Randy Jones.

L'implantation d'une connexion Internet rapide fait partie des préoccupations de M. Jones depuis bien des années (archives).

Photo : Radio-Canada / Nicolas Lachapelle-Plamondon

Dans le cadre de la mise en place du réseau, Telus a aussi tenu à offrir 20 tablettes numériques ainsi que des forfaits de données gratuits à la Fondation du Dr Camille-Marcoux. Ce don permettra aux établissements de santé de la Basse-Côte-Nord d’étendre plus facilement le service de télémédecine entre les communautés.

Une question de sécurité

En territoire éloigné et dépourvu de route, le manque de couverture cellulaire représentait un enjeu de sécurité publique, selon des élus de la Basse-Côte-Nord.

Le chef de la communauté innue d’Unamen Shipu, Brian Mark, souligne que le réseau cellulaire, déjà implanté dans sa communauté depuis 2020, permet au service d’urgence de réagir rapidement auprès de personnes en détresse.

Cela a été le cas l'automne dernier, alors que des membres de la communauté partis en mer se sont fait surprendre par la météo.

Grâce au réseau cellulaire, ils ont réussi à rejoindre des personnes de La Romaine, et les services d'urgence ont été déployés rapidement. Quand ils ont été ramenés ici, c'était un début d'hypothermie pour eux autres. Mais imaginez s’ils n'avaient pas pogné le réseau cellulaire, raconte M. Mark.

Bryan Mark en marge des audiences de la commission Viens.

Le chef de la communauté innue d'Unamen Shipu, Bryan Mark (archives)

Photo : Radio-Canada

Pas que des heureux

Si elle se réjouit de ce que l'ensemble du territoire de la Basse-Côte-Nord ait maintenant accès à Internet haute vitesse et à la téléphonie cellulaire, la mairesse de Blanc-Sablon, Wanda Beaudoin, indique qu'un litige persiste quant à l'emplacement de l'antenne de Telus au centre de sa municipalité.

Certains citoyens estiment que l'installation de Telus est une nuisance pour le paysage, selon Mme Beaudoin, qui rappelle cependant que la majorité des Blanc-Sablonnais a accepté cet emplacement lors des consultations organisées par la Municipalité en 2019.

Annoncé en 2018 par le précédent gouvernement libéral, il était prévu que l'installation du réseau soit terminée d’ici au début de l’année 2022. Les travaux ont donc été achevés un an à l'avance par rapport à l’échéance initiale.

Le projet, d'un montant total de près de 24 millions de dollars a été financé à hauteur de 11 millions de dollars par le gouvernement du Québec, tandis que le gouvernement fédéral a contribué pour 9,3 millions de dollars.

L’entreprise Telus a quant à elle déboursé 3,6 millions de dollars dans le projet.

Avec les informations de Marc-Antoine Mageau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !