•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Qu’est-ce qu’un voyage essentiel?

Vous êtes nombreux à nous écrire pour savoir si vous pourriez être exemptés du séjour à l'hôtel obligatoire à 2000 $.

Des passagers avancent vers l’accueil des douanes canadiennes à l’aéroport.

Les douanes canadiennes à l’Aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau, à Montréal

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Votre fiancé étranger doit venir vous visiter, vous attendez des travailleurs temporaires pour la bonne marche de votre entreprise, vous devez vous rendre au chevet d’un parent malade en Europe… S’agit-il de voyages essentiels aux yeux du Canada? Avec l’entrée en vigueur imminente de nouvelles mesures de restriction, cette question devient cruciale pour plusieurs.

Depuis le début de la pandémie, le gouvernement canadien recommande d’éviter tout voyage dit non essentiel. Il s’agissait jusqu’à maintenant d’une directive à suivre selon la bonne volonté des voyageurs. Et choisir de voyager quand même comportait alors peu de conséquences financières, outre celle de devoir payer un test de dépistage de la COVID avant d’embarquer sur son vol de retour et celle de devoir respecter scrupuleusement une quarantaine une fois revenu.

Or l’annonce faite par Justin Trudeau le 29 janvier dernier quant au resserrement des restrictions pour les passagers aériens implique désormais des dépenses considérables pour tous ceux qui doivent rentrer au pays : environ 2000 $ pour effectuer un test de dépistage à l’arrivée et éponger les coûts de trois jours à l’hôtel dans l’attente du résultat. Une facture salée qui a aussi un objectif dissuasif, ce dont le gouvernement canadien ne se cache pas.

Ottawa n’a cependant pas encore détaillé comment ces mesures seront appliquées ni quand elles entreront officiellement en vigueur. On ne sait pas non plus quand il fournira ces précisions.

Tous les yeux sont donc rivés sur le gouvernement canadien afin d’en savoir davantage, notamment en ce qui concerne des exemptions pour ceux qui voyagent par obligation.

Alors, qu’est-ce qu’un voyage essentiel selon le gouvernement fédéral? Voici quelques exemples.

Les réunifications familiales

Venir au Canada pour rejoindre un membre de sa famille immédiate qui est citoyen canadien, qui bénéficie du statut d’Indien ou qui est résident permanent est considéré comme un voyage essentiel par le gouvernement fédéral. Si le séjour est de moins de 15 jours, le voyageur devra toutefois prouver qu’il effectue son voyage par obligation.

Les membres de la famille immédiate d’une personne sont :

  • son époux ou conjoint de fait;

  • tout enfant qui est à sa charge ou à la charge de son époux ou conjoint de fait;

  • ses petits-enfants;

  • ses parents ou beaux-parents;

  • les parents ou beaux-parents de l’époux ou du conjoint de fait;

  • un tuteur.

De la même manière, venir au Canada pour rejoindre un membre de sa famille élargie qui est citoyen canadien, qui bénéficie du statut d’Indien ou qui est résident permanent est considéré comme un voyage essentiel par le gouvernement fédéral. Or, si le voyage est de moins de 15 jours, cette personne devra notamment obtenir une autorisation écrite du ministère de l’Immigration.

Les membres de la famille élargie d’une personne sont :

  • une personne qui a 18 ans ou plus et qui est dans une relation amoureuse exclusive avec la personne, qui a 18 ans ou plus, et qui entretient cette relation depuis au moins un an et qui a passé du temps en présence physique de la personne au cours de la relation;

  • un enfant à charge de la personne dans la relation amoureuse exclusive;

  • un enfant de la personne ou de son époux, de son conjoint de fait ou de la personne dans la relation amoureuse exclusive;

  • un petit-enfant;

  • le frère, la sœur, le demi-frère, la demi-sœur, le beau-frère ou la belle-sœur de la personne ou de son époux ou conjoint de fait;

  • un grand-parent de la personne ou de son époux ou conjoint de fait.

Les résidents temporaires ont également le droit de recevoir des membres de leur famille immédiate au Canada, mais ces derniers devront systématiquement prouver qu’ils voyagent par obligation. Par exemple, le fait de venir assister à la naissance de son enfant ou de venir pour honorer ses obligations en matière de garde partagée pourrait être considéré comme un motif valable d’entrer au Canada.

Travailleurs temporaires

Le voyage d’un travailleur temporaire qui doit entrer au Canada peut aussi être considéré comme essentiel. Ce dernier se doit d’avoir un permis de travail valide et sa résidence principale doit être au Canada. Sinon, il doit avoir une lettre d’introduction pour un permis de travail, qu’il soit ouvert ou lié à un employeur précis, et avoir une offre d’emploi valide.

C’est quoi, des motifs d’ordre humanitaire?

Cette expression fait en quelque sorte référence à des motifs qui concernent l’état de santé ou la mort de quelqu’un.

Un étranger peut entrer au Canada malgré la COVID-19 s’il vient pour soutenir un citoyen canadien, un résident permanent ou un résident temporaire qui est gravement malade ou s’il vient assister à la mort de cette personne.

Il en va de même pour un étranger qui souhaite venir au pays pour fournir des soins à un citoyen canadien, un résident permanent ou un résident temporaire. Il pourrait s’agir, par exemple, de prendre soin d’une personne âgée ou d’assister une femme lors d’une grossesse ou d’un accouchement.

Les étrangers peuvent aussi entrer au Canada pour venir assister aux funérailles ou à une cérémonie de fin de vie.

Qu'en est-il des Canadiens qui reviennent de l’étranger?

Les citoyens canadiens et les résidents permanents peuvent rentrer au pays à tout moment, les frontières ne leur sont pas fermées en raison de la COVID-19. Le gouvernement n’a donc pas établi officiellement ce qui pourrait constituer un voyage essentiel pour ces personnes dans le cadre de la pandémie.

Des discussions sont cependant en cours à Ottawa pour exempter certains de ces voyageurs des frais liés aux trois jours de quarantaine surveillée. Le Bloc québécois demande notamment que les personnes ayant voyagé pour des raisons humanitaires, pour une réunification familiale ou pour un traitement médical à l’étranger puissent être exemptées des nouvelles mesures.

Si vous avez des questions, écrivez-nous à temoin@radio-canada.ca (Nouvelle fenêtre)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !