•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’école à la maison plus populaire malgré les défis reliés à la pandémie

Une mère aide ses enfants à faire des devoirs.

De plus en plus de familles font l'école à la maison. (archives)

Photo : Getty Images / Imgorthand

Le nombre d’enfants qui font l’école à la maison, par choix, a plus que doublé depuis le début de la pandémie au Québec. Il est passé de 5900 enfants inscrits au ministère de l'Éducation en 2019 à près de 13 000 en 2020. C’est ce que rapporte l’Association québécoise pour l’éducation à domicile (AQED).

Les défis de cette pratique sont toutefois nombreux en raison du confinement, alors que les familles sont plus que jamais isolées .

Josée Blais a choisi d’offrir l’éducation à domicile à son fils, qui a aujourd’hui huit ans. Elle accompagne aussi les autres familles qui souhaitent adopter ce mode de vie.

Pour l’année 2019-2020, 23 enfants étaient inscrits au ministère de l’Éducation pour l’éducation à domicile en Abitibi-Témiscamingue.

Ce chiffre est aujourd’hui beaucoup plus élevé, croit Josée Blais. La mère de deux enfants fait partie d’un groupe Facebook où 75 familles de l’Abitibi-Témiscamingue font l’école à la maison ou s'y intéressent de façon marquée.

Quand on a eu le premier confinement, des familles ont trouvé ça difficile, mais d’autres ont vraiment aimé ça. Elles se sont aperçues que d’être toujours avec leurs enfants, c’est super plaisant, et que de faire l’école à la maison, ça peut être une option, croit Josée Blais.

Avant la pandémie, elle se réunissait plusieurs fois par mois avec des familles qui avaient aussi choisi l’éducation à domicile. Ensemble, les enfants pouvaient poursuivre leurs apprentissages par l'intermédiaire de diverses activités. Depuis mars, les contacts sociaux sont quasi inexistants.

On n’a jamais de moment pour relâcher la pression comme on pouvait le faire avant. On est là pour s’entraider, les familles d’école à la maison. Tout ça, ça a un peu pris le bord. Le cumul de la dernière année, on le ressent beaucoup plus à l’intérieur des familles, déplore Mme Blais.

Les bulles éducatives

L’Association québécoise pour l’éducation à domicile a fait plusieurs interventions auprès de la santé publique afin que les enfants et les parents puissent reprendre des activités de socialisation.

On aimerait ça que les familles d’école à la maison puissent former des bulles éducatives comme les enfants qui sont dans des classes-bulles. Nous, ça pourrait être des bulles de deux ou trois familles qui se voient chaque semaine pendant deux ou trois heures. Ça a été refusé, explique la présidente de l’AQED, Marine Dumont.

L’AQED croit que la socialisation entre les familles qui font l’école à la maison est primordiale pour l’apprentissage des enfants.

On a besoin de cet espace-là pour discuter de nos réalités, de nos défis, de ce qui va bien. C’est nécessaire pour permettre une bonne expérience éducative à nos enfants, ajoute Marine Dumont.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !