•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mamadi Camara disculpé une fois pour toutes

Mamadi Camara portant un masque.

Mamadi Camara à sa sortie de la salle d'audience au palais de justice de Montréal

Photo : Radio-Canada

La police de Montréal annonce que de nouvelles preuves permettent maintenant d’exclure hors de tout doute la culpabilité de Mamadi III Fara Camara dans le dossier du policier désarmé et blessé la semaine dernière dans le quartier Parc-Extension. Les accusations déposées contre lui seront donc retirées par la Couronne.

C’est le directeur du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Sylvain Caron, qui en a fait l’annonce vendredi, au cours d'un bref point de presse tenu en fin de journée devant le quartier général de la rue Saint-Urbain.

Il en a profité pour présenter des excuses publiques au principal intéressé, qui a recouvré sa liberté mercredi après avoir purgé à tort six jours de prison.

Je veux que les Montréalaises et les Montréalais sachent qu'il n'a rien à se reprocher.

Une citation de :Sylvain Caron, directeur du Service de police de la Ville de Montréal

Ce sont des tests d'ADN sur une preuve matérielle qui auront permis de disculper de manière objective M. Camara, a-t-il expliqué.

Par souci d'ouverture, une séance visant à expliquer les processus d'enquête criminelle en semblable matière sera organisée pour la population et les médias, a ajouté le chef Caron.

La date de celle-ci sera annoncée en temps et lieu, a-t-il précisé, avant de mettre fin au point de presse sans répondre aux questions des journalistes.

Sylvain Caron en conférence de presse à l'extérieur du quartier général du SPVM, à Montréal, entouré d'autres personnes.

Le directeur du SPVM, Sylvain Caron.

Photo : Radio-Canada / François Sauvé

Jeudi, le directeur du SPVM avait expliqué qu'il était encore trop tôt pour présenter des excuses à M. Camara. Il s'était néanmoins dit prêt à les lui offrir au moment opportun.

Ce moment est venu plus rapidement qu'on ne l'aurait cru. Vendredi, M. Caron a affirmé avoir convenu d'une rencontre avec le chargé de laboratoire de 31 ans afin de lui offrir [ses] excuses les plus sincères, à sa famille et à lui, pour tous les inconvénients liés aux malheureux événements des derniers jours.

La mairesse Valérie Plante lui a également présenté les siennes sur Twitter.

Nous accueillons la déclaration et les excuses du SPVM, et nous souhaitons réitérer les nôtres auprès de M. Camara et sa famille, a-t-elle indiqué vendredi soir. Redoublons les efforts pour trouver le ou les fautifs de l’attaque envers un agent du SPVM et faisons la lumière sur ce qui s’est passé.

La Couronne tourne la page

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), qui avait publié un communiqué plus tôt dans la journée pour expliquer sa démarche, a confirmé vendredi soir que les accusations déposées contre M. Camara seront bel et bien retirées.

À la lumière des récentes informations communiquées par le SPVM, le DPCP confirme qu’il n’entend pas reprendre les procédures à l’égard de M. Camara, tel que l’aurait permis l’article 579 du Code criminel, a tweeté Me Audrey Roy-Cloutier.

Conséquemment, le dossier de M. Camara est définitivement terminé, a-t-elle précisé.

L'enquête se déplace à LaSalle

Pendant ce temps, l'enquête visant à déterminer qui a désarmé et blessé le policier Sanjay Vig le 28 janvier lors d'une opération pour cellulaire au volant se poursuit. Les enquêteurs ont passé la journée dans l'arrondissement de LaSalle pour suivre une piste dans ce dossier.

Un poste de commandement a été installé dans le stationnement d'un immeuble de logements de la rue Jean-Brillon, où les policiers ont retrouvé plus tôt cette semaine une voiture volée qui serait liée au suspect impliqué dans cette attaque.

Selon les enquêteurs, le véhicule, une Hyundai Elantra rouge, aurait été utilisé par le suspect pour prendre la fuite après l’agression. Il a été remorqué pour être passé au peigne fin.

Une agente de police surveille un stationnement.

La voiture, une Hyundai Elantra rouge, a été retrouvée dans le stationnement d'un immeuble de logements sur la rue Jean-Brillon, dans l'arrondissement de LaSalle.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Wagner

Selon nos informations, ce sont des images du véhicule suspect captées par une caméra appartenant au ministère des Transports du Québec qui ont mené les enquêteurs dans ce secteur de la ville.

D'autres perquisitions pourraient aussi être menées, selon le SPVM, qui devait lever son poste de commandement en fin d'après-midi.

L'arme du policier, elle, n'a toujours pas été retrouvée.

Vers une enquête indépendante?

Cette affaire fait grand bruit à Montréal depuis la semaine dernière.

Mercredi et jeudi, plusieurs voix se sont fait entendre pour réclamer une enquête indépendante sur les événements ayant mené à l'arrestation, à l'incarcération et à l'inculpation de Mamadi Camara.

Ce fut le cas de Valérie Plante, qui s'est fait rabrouer vendredi par la Fraternité des policiers et des policières de Montréal, selon qui la mairesse fait preuve d'ingérence politique dans ce dossier.

Au moment où le directeur du SPVM s'adressait à la presse, vendredi, des manifestants s'étaient également regroupés dans Parc-Extension pour dénoncer le profilage racial et apporter leur soutien à Mamadi Camara. On ne signalait vendredi soir aucun débordement.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.